SELS

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'hydrolyse des sels »  : […] Dans l'eau pure, en vertu de l'équilibre (c), il existe autant d'ions H + que d'ions OH , et comme [H + ] [OH ] = 10 —14 , on en déduit [H + ] = 10 —7  = [OH ] soit pH = 7 ; au-dessous de ce pH […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_1176

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 051 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Il convient de distinguer les propriétés du gaz ammoniac de celles de ses solutions aqueuses (ammoniaque). Dans la molécule à l'état gazeux, l'azote est au degré d'oxydation minimal (–3), ce qui explique ses propriétés réductrices. La présence d'un doublet libre, qui traduit une non-saturation de la molécule, se manifeste par des réactions d'addition ; enfin certaines réactions de substitution lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/#i_1176

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Composés oxygénés »  : […] L' oxyde d'antimoine III peut être produit soit par oxydation directe du métal fondu, soit par hydrolyse de sels, en particulier du chlorure en milieu faiblement basique. Deux variétés cristallines, stables à haute et basse températures, sont connues à l'état naturel, car le passage à la variété stable, à la température ambiante, est extrêmement lent . La variété cubique cristallise sous forme d'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_1176

ARGENT, métal

  • Écrit par 
  • Robert COLLONGUES
  •  • 5 186 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chimie des solutions aqueuses »  : […] Dans les calculs de l'enthalpie d'hydratation fondée sur le modèle ionique des solutions, on retrouve les mêmes divergences que dans le calcul des énergies de réseau fondées sur le modèle d'état solide. L'enthalpie d'hydratation standard de l'ion Ag + est relativement élevée (644 kJ ( mol -1 soit − 420 kJ ( mol -1 pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argent-metal/#i_1176

COBALT

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL
  •  • 2 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Degré d'oxydation + 2 »  : […] Les sels cobalteux donnent des hydrates et des solutions aqueuses colorées en rose. L'oxyde correspondant est CoO, de couleur grise, fondant à 2 078  0 C, sans dissociation ; il est préparé en chauffant l'hydroxyde ou le carbonate à l'abri de l'air pour éviter une oxydation qui fournit l'oxyde salin Co 3 O 4 appartenant au groupe des spinelles, stable jusqu'à 905  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cobalt/#i_1176

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Composés du cuivre »  : […] Le cuivre est moins utilisé sous forme de sel que sous forme métallique. Le métal à l'état pur présente des propriétés de catalyseur mises à profit par certaines industries, la pétroléochimie notamment. Le plus employé des sels de cuivre est le sulfate, qui est à la base de la bouillie bordelaise, dans laquelle l'acidité du sulfate est neutralisée par de la chaux. Ce produit est employé en agric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuivre/#i_1176

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 256 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'eau en tant que solvant »  : […] L'eau, polaire et de grande constante diélectrique, mauvais solvant des composés non polaires (hydrocarbures), est un bon solvant des composés à liaisons H et des électrolytes. Les solutés non polaires comme l'air, le méthane et l'éthylène sont environ dix mille fois moins solubles que l'ammoniac. Ces composés renforcent la structure cristalline de l'eau par formation d'« icebergs » autour du sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-proprietes-physico-chimiques/#i_1176

ÉLECTROLYTES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 641 mots

On classe sous ce vocable l'ensemble des conducteurs ayant la propriété de conduire le courant électrique par transport simultané de matière vers les électrodes. Appartiennent à ce groupe les acides, les bases et les sels, à l'état fondu ou en solution, ainsi que certains cristaux dit ioniques. Dans le cas des solutions, il s'agit le plus souvent de solutions aqueuses, mais un grand nombre d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrolytes/#i_1176

HALOPHYTES

  • Écrit par 
  • Paul BINET
  •  • 2 675 mots

Dans le chapitre « Le milieu »  : […] Les relations des plantes « halophiles » avec le milieu permettent de définir des halophytes submergées , plongées entièrement dans de l'eau salée (algues et plantes marines) ; des halophytes terrestres dont seuls les organes souterrains sont en contact avec des teneurs importantes de sel ; des aérohalophytes recevant sur leurs pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halophytes/#i_1176

HYDROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre HUBERT, 
  • Gaston RÉMÉNIÉRAS
  •  • 9 869 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Mesure des débits »  : […] L'hydrogramme, courbe des débits en fonction du temps, Q =  f  ( ), à une station de jaugeage, se déduit, en général, de la courbe des hauteurs d'eau H( ) au droit de cette station ; ces hauteurs d'eau sont lues par un observateur sur une échelle limnimétrique qui indique l'altitude du plan d'eau par rap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrologie/#i_1176

KALAHARI

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN, 
  • GEORGE BERTRAND SILBERBAUER
  •  • 3 524 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Géographie physique et géologie  »  : […] Le Kalahari est une plaine sableuse dépourvue de relief, à la surface légèrement ondulée, dont l'altitude est supérieure à 900 mètres. Le substrat rocheux n'affleure que dans les kopje , collines basses à pente verticale qui s'élèvent rarement mais ostensiblement au-dessus de la surface générale. Outre ces kopje , le Kalahari se caractérise essentielleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalahari/#i_1176

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les composés alcalins »  : […] La stabilité des hydrures alcalins croît avec le numéro atomique. L'hydrure de lithium possède une stabilité exceptionnelle. Fondu, il conduit l'électricité et, par électrolyse, on recueille de l'hydrogène à l'anode, ce qui permet d'affirmer l'existence d'une structure Li + H - . Ce composé s'obtient facilement en faisant passer un courant d'hydrog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_1176

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Conformément à sa position dans le groupe IIa de la classification périodique, la structure électronique du radium est : [Rn] + 7 s 2 . C'est l'élément le plus électropositif des métaux alcalino-terreux. Le potentiel normal calculé du couple Ra 2+ /Ra est E H  = — 2,92 V ; le potentiel de demi-vague correspondant à la décharge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/#i_1176

ROUELLE GUILLAUME-FRANÇOIS, dit ROUELLE L'AÎNÉ (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 798 mots
  •  • 1 média

Guillaume-François Rouelle (dit l’Aîné, pour le distinguer de son cadet Hilaire-Marin, également chimiste) est un apothicaire et chimiste français né à Mathieu (près de Caen) le 15 septembre 1703, dans une famille de fermiers normands. Ses cours parisiens furent suivis tant par les chimistes de son époque que par de nombreux philosophes des Lumières. Après avoir commencé des études de médecine à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-francois-rouelle/#i_1176

SALINES ROCHES

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN, 
  • Jean-Pierre PERTHUISOT
  •  • 3 136 mots
  •  • 6 médias

Les roches salines naissent de processus chimiques qui se réalisent dans des conditions voisines de la normale. On en exclut habituellement les paragenèses d'origine hydrothermale. La condensation à l'air libre de gaz volcaniques en efflorescences constitue un mode de genèse des roches salines très particulier. Dans tous les autres cas, celles-ci, tout comme les dépôts réalisés artificiellement da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-salines/#i_1176

SEL

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 11 192 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La récolte du sel marin »  : […] Un mètre cube d'eau de mer contient de 28 à 29 kg de chlorure de sodium et 8 kg d'autres sels et le saunier sait que s'il laisse s'évaporer toute l'eau il récoltera un sel (NaCl) impur, âcre, fondant, de basse qualité commerciale et de transport difficile. Dès le Moyen Âge, grâce à la connaissance empirique du principe de la cristallisation des sels, il a réussi, en isolant le NaCl utile à la cui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sel/#i_1176

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 688 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sels de sodium »  : […] À côté des composés ci-dessus décrits, dont beaucoup sont détruits par l'eau (hydrure, amidure, composés organométalliques, etc.) et sont préparés à partir du métal, il existe de très nombreux sels solubles dans l'eau. Le cation Na + a un rayon intermédiaire entre ceux des ions Li + et K + . Aussi les sels de sodium sont- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodium/#i_1176


Affichage 

Sels des bassins continentaux ou marins

tableau

Principaux sels correspondant aux paragenèses des bassins continentaux ou marins sans carbonates (les sels les plus courants sont en italique) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sels des bassins continentaux ou marins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau