LAGERLÖF SELMA (1858-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'Histoire de Gösta Berling »

Il faut prendre garde à une image, qui conclut L'Histoire de Gösta Berling, le livre dont découle toute l'œuvre ; il y est question des « abeilles de l'imagination » qui ne parviennent pas à entrer dans la « ruche de la réalité ». Voilà qui situe exactement une inspiration qui aura sans cesse hésité entre merveilleux, fantastique, surnaturel invisibles, et constats du rationnel appliqué. Ajoutons-y la première phrase d'Histoire d'une histoire, qui retrace la genèse du livre évoqué plus haut : « Il y avait une fois une histoire qui voulait (som ville, c'est moi qui souligne) être racontée. » Ainsi, nous tenons les deux clefs d'une œuvre particulièrement attachante.

Selma Lagerlöf est née au manoir de Mårbacka, paroisse d'Östra Ämtervik, dans le Värmland, haut en couleur et riche de traditions, qui fut une zone de passage et de confluences des siècles durant. Elle confessera un jour que le cerveau de son enfance « était empli à déborder de fantômes et d'amours sauvages, de dames merveilleusement belles et de cavaliers épris d'aventures ». Le milieu où elle vécut était un peu aristocratique, à l'échelle du pays, et bien protestant. Mais son père, ruiné, devra vendre le domaine familial – et ce sera toute l'ambition, couronnée de succès, de Selma que de parvenir un jour à le racheter, à l'habiter. De plus, la petite Selma, paralysée temporairement d'une jambe, souffrait d'une malformation de la hanche qui la faisait boiter bas. Cela lui vaudra de rester toujours un peu à l'écart, de beaucoup observer et écouter. Il n'est pas exclu qu'elle ait entendu l'écriture comme une évasion et une compensation.

Selma Lagerlöf entre à l'école normale de Stockholm et prend, pour dix ans (1885-1895), ses fonctions d'institutrice à l'école élémentaire de filles de Landskrona. C'est probablement là qu'elle aura mis au point cet art de raconter en maintenant constamment en éveil l'intérêt de son auditoire. En 1890, elle envoie à la revue Idun, qui organisait un concours [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LAGERLÖF SELMA (1858-1940)  » est également traité dans :

LA FABRIQUE DE L'ÉCRIVAIN NATIONAL (A.-M. Thiesse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 1 395 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’écrivain, quintessence de l’esprit national »  : […] À compter du milieu du xix e  siècle, les écrivains sont définitivement chargés de l’écriture du roman national. Ils l’élaborent à travers des poésies au lyrisme patriotique et des œuvres panoramiques qui décrivent l’éventail national des types sociaux. Au moment des éveils nationaux, ils composent des hymnes et des manifestes, montent des pièces engagées. La publication de la littérature dans le […] Lire la suite

LE MERVEILLEUX VOYAGE DE NILS HOLGERSSON À TRAVERS LA SUÈDE, Selma Lagerlöf - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 760 mots
  •  • 1 média

Il n'existe probablement pas d'ouvrage qui aura fait davantage que Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède (1906-1907) pour nous donner à connaître et aimer, non seulement la Suède, mais la Scandinavie dans son ensemble. Le Nord tout entier se résume dans les aventures du petit Nils juché sur le dos de son jars. On prendra garde toutefois que, au-delà des images figées, une l […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Visages du romantisme »  : […] Parce que la Suède sort amoindrie des guerres napoléoniennes, que le classicisme y survit plus longtemps qu'ailleurs en Europe, que les centres de la vie intellectuelle se placent dans les villes universitaires de Lund et d'Uppsala et non plus à Stockholm, que le prestige de la France le cède à celui de l'Allemagne, un bouleversement se produit qui entraîne un sursaut de patriotisme et un réveil r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « LAGERLÖF SELMA - (1858-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/selma-lagerlof/