SELIMIYE, Edirne (Turquie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mosquée de Selim II, la Selimiye, en Thrace, est l'aboutissement de l'œuvre de Sinan, dont l'aspiration principale tendait vers la création de vastes espaces lumineux, unifiés sous une immense coupole. Ses salles à coupole sont certes issues des traditions architecturales byzantines et islamiques antérieures, mais ses édifices dépassent leurs modèles par leur audace, leur puissance et leur luminosité.

Selimiye, Erdine, Turquie

Selimiye, Erdine, Turquie

photographie

La mosquée de Selim II, la Selimiye, construite à Edirne par l'architecte Sinan (1489-1588). Edirne, Turquie. 1569-1574. Les quatre minarets ont 70 mètres de hauteur. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Sinan, élevé dans le corps des janissaires, fut ingénieur militaire, puis premier architecte de la cour ottomane ; il construisit, de 1543 jusqu'à sa mort en 1588, les édifices les plus importants de l'empire. La Selimiye d'Edirne adopte un plan octogonal – apothéose du plan de l'église Saints-Serge-et-Bacchus construite sous Justinien à Constantinople ; le diamètre de la coupole, de 31,50 mètres, dépasse celui de toutes les mosquées antérieures. Elle est étayée par d'étroits bas-côtés, reliés à la salle à coupole par huit hauts piliers et des arcades, l'idéal de l'espace unifié étant donc, aux yeux même de Sinan, atteint. Les quatre minarets élancés apportent un élan vertical extraordinaire à l'édifice.

La Selimiye frappe d'une part par sa perfection architecturale, et d'autre part par son insertion dans un külliye d'une complexité et d'une régularité remarquables. Ces complexes, qui constituent une des originalités de l'architecture ottomane, associent des édifices charitables (cuisines et auberges pour les pauvres, hôpitaux et maisons de repos) à des lieux consacrés à l'enseignement (medrese en turc, madrasa en arabe) et à la piété, et si ces regroupements correspondent à un idéal proprement islamique, ils reflètent aussi la tradition de l'évergétisme classique et byzantin.

—  Marianne BARRUCAND

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie islamiques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Marianne BARRUCAND, « SELIMIYE, Edirne (Turquie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/selimiye/