SÉLÉNIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Allotropie et propriétés physiques

Le sélénium se présente à l'état solide sous deux formes désordonnées : amorphe et vitreuse, et sous trois formes cristallisées : la variété trigonale grise et les deux variétés monocliniques α et β.

Le sélénium amorphe, rouge, est obtenu par précipitation à partir d'une solution aqueuse, par exemple par réduction d'une solution d'acide sélénieux par l'hydrogène, le zinc, l'anhydride sulfureux, etc., ou par condensation de la vapeur sur une paroi froide. Il se transforme en sélénium gris à une température mal définie entre 110 et 180 0C. De densité 4,26, il est doué de propriétés photoconductrices.

Le sélénium vitreux, noir, se forme par refroidissement brutal du sélénium liquide. Il semble qu'il existe dans cette phase un ordre à courte distance : certains atomes Se auraient deux proches voisins situés à 0,230 nm et huit autres à 0,376 nm. S'il est maintenu au-dessus de 70 0C, le sélénium vitreux se transforme en sélénium gris, forme commerciale habituelle (densité 4,28).

Les variétés monocliniques α et β, rouges, sont constituées par des cycles Se8 non coplanaires, apparemment analogues dSe-Se # 0,234 nm, Se−Se−Se # 105,70). Elles se distinguent essentiellement par le mode d'association de ces cycles et par les paramètres de maille (pour la forme α : a = 0,905 nm, b = 0,907 nm, c = 1,161 nm, β = 90,770 et pour la forme β : a = 1,285 nm, b = 0,807 nm, c = 0,931 nm, β = 93,130). Elles cristallisent toutes deux par évaporation d'une solution de sélénium dans le sulfure de carbone ; une vitesse d'évaporation lente donne la forme α, une vitesse rapide la forme β. Ces deux variétés, de densité voisine de 4,46, métastables, se transforment en sélénium gris à une température mal définie un peu supérieure à 100 0C.

Le sélénium gris, parfois improprement appelé sélénium métallique, cristallise dans le système trigonal (groupe spatial P3121). Les atomes Se régulièrement espacés se réparti[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de chimie physique et inorganique et de physico-chimie du solide à l'université de Limoges

Classification


Autres références

«  SÉLÉNIUM  » est également traité dans :

CADMIUM

  • Écrit par 
  • Alexandre TRICOT
  •  • 8 048 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pigments de cadmium »  : […] Un mot sur le sélénium qui joue un rôle important dans l'association de ses sulfures avec ceux du cadmium. Par une coïncidence historique pour le moins assez inattendue, c'est Jöns Jacob Berzelius, chimiste suédois, un des savants précurseurs de la chimie moderne, qui, en 1817, découvrit cet élément dans les chambres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cadmium/#i_19954

CARLSON CHESTER FLOYD (1906-1968)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 425 mots
  •  • 1 média

est très différent de la photographie : on recouvre un tambour pouvant tourner sur lui-même d'une couche de sélénium positivement chargé et on focalise sur cette surface l'image d'un document à reproduire. Le sélénium étant photoconducteur, la lumière rend électriquement neutres ses ions sauf sur les parties sombres de l'image projetée. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chester-floyd-carlson/#i_19954

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 606 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides covalents »  : […] Avec des atomes de sélénium, qui contiennent six électrons de valence, on peut établir deux liaisons covalentes. Les atomes de sélénium se lient ainsi les uns aux autres et se retrouvent situés sur une hélice. Pour construire un cristal, il faut encore imaginer que les hélices s'empilent parallèlement les unes aux autres en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_19954

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle des oligoéléments indispensables »  : […] métalloprotéine à nickel. Chez les animaux et l'homme, le molybdène est présent dans la xanthine oxydase (métabolisme de l'acide urique) et l'aldéhyde oxydase. Le sélénium est un constituant, à l'état de sélénocystéine, de la peroxydase du glutathion, protéine enzymatique dont l'activité assure la protection des érythrocytes contre l'eau oxygénée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_19954

TELLURE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 380 mots

Symbole chimique : Te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tellure/#i_19954

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 094 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure des verres »  : […] nous limitant aux verres binaires – mais le phénomène est semblable dans les verres de compositions plus complexes –, nous prendrons l'exemple des verres formés par le sélénium et l'arsenic. On peut obtenir des verres pour toute composition allant de Se pur à As0,6 Se0,4, et englobant donc les composés définis As2Se3 et AsSe (soit As […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_19954

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GAUDREAU, « SÉLÉNIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/selenium/