SEIGLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une production de régions septentrionales et des échanges très limités

La production de seigle est aujourd'hui limitée aux régions de sols acides et lessivés qu'on rencontre en particulier en bordure de la mer Baltique et dans la grande plaine germano-polonaise. Elle est souvent associée à la culture de la pomme de terre. La production mondiale a nettement diminué depuis la Seconde Guerre mondiale, passant de 45 millions de tonnes en 1950 à 14 millions de tonnes en 2013, soit un recul de près de 70 p. 100. L'Union européenne est devenue, grâce à l'Allemagne et à l'intégration en 2004 de la Pologne, le premier producteur mondial de seigle. Elle assure plus de la moitié de la production mondiale, l’Allemagne et la Pologne fournissant chacune respectivement 4 et 3 millions de tonnes de seigle par an. En France, où cette céréale a couvert jusqu'à 2,5 millions d'hectares au début du xixe siècle, quelque 30 000 hectares seulement demeurent désormais consacrés à cette culture. La Russie est le deuxième producteur mondial, avec une production qui varie, selon les années, entre 2 et 3 millions de tonnes. Puis vient la Biélorussie.

Le marché international du seigle est très limité : il porte sur 3,5 p. 100 de la production mondiale, soit sur 500 000 tonnes. Le principal exportateur est le Canada (en moyenne 150 000 tonnes/an), devant l’Union européenne et la Biélorussie. Les principaux importateurs sont les États-Unis (en moyenne 175 000 tonnes/an), l'Union européenne (dont les niveaux d'importation sont très variables d'une année à l'autre) et le Japon. Les exportations des pays de la mer Noire (Russie, Ukraine) sont très modestes et, comme pour les autres céréales, très variables d’une année à l’autre, en fonction des conditions climatiques.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, correspondant national de l'Académie d'agriculture de France

Classification


Autres références

«  SEIGLE  » est également traité dans :

CÉRÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 239 mots
  •  • 13 médias

Le terme céréales désigne un ensemble de plantes qui sont principalement cultivées pour leurs grains riches en amidon et, très secondairement, pour les fourrages qu'elles procurent dans le cas où elles sont récoltées en vert, c'est-à-dire avant la maturation des grains. Parvenus à maturité, les grains sont principalement – pour les deux tiers de la production mondiale – consommés directement par […] Lire la suite

GRAMINALES

  • Écrit par 
  • Henri PRAT
  •  • 2 234 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les Festucoïdées »  : […] Parmi les Graminées, la sous-famille des Festucoïdées est la plus familière, car elle comprend d'une part les herbes des prairies s'étendant dans les régions tempérées et froides, et d'autre part les principales céréales cultivées par les Indo-Européens : blé, orge, seigle, avoine. Elle compte 85 genres et 1 800 espèces et se distingue par toute une série de caractères soit morphologiques (épille […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « SEIGLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seigle/