SÉDIMENTOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sédimentation continentale et lagunaire

La surface des continents est soumise à des processus physiques et bioclimatiques qui modifient la structure et la nature des roches. Des éléments meubles sont ainsi fournis, qui peuvent être transportés par divers agents ; parmi ceux-ci, les deux plus actifs sont l'eau, sous forme solide ou liquide, et l'air activé par les vents.

Statistiquement, la majeure partie des matériaux érodés parvient à la mer, mais les modalités du voyage sont complexes. C'est ainsi que de nombreux facteurs interrompent le transit et provoquent des accumulations pendant une durée plus ou moins longue. La sédimentation continentale apparaît alors comme un phénomène transitoire et les dépôts correspondants ne représentent qu'un volume négligeable par rapport à celui des sédiments marins. Pourtant l'étude des dépôts continentaux est du plus haut intérêt, car ils sont les témoins d'événements qu'il convient de préciser pour parvenir à une bonne compréhension de l'histoire de la Terre.

Les phénomènes simples, ceux qui sont dus par exemple à la gravité, comme les écroulements et les affaissements de falaises, les écoulements lents des sols (creep et solifluxion), les glissements de terrain fournissent des accumulations non triées, au voisinage même du point de départ. Ces dépôts, pas plus que les sols (cf. pédologie, sols) ne méritent le nom de sédiments, car ils n'ont pas été pris en charge par un fluide dont ils se soient séparés pour se sédimenter.

C'est pourquoi ne sera analysée ici que la genèse des dépôts continentaux résultant de déséquilibres dans la dynamique du transport par l'eau, la glace et le vent.

Sédimentation fluviatile

L'eau constitue le vecteur le plus actif des produits de l'érosion. Elle doit cette primauté à deux propriétés essentielles : d'une part, elle est un solvant et des quantités importantes d'ions sont transportables en solution ; d'autre part, elle est un fluide visqueux et son écoulement crée un champ de forces qui peuvent mobiliser les matériaux solides.

Énergie dépensée et transport des ma [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Graphique empirique de Hjulström

Graphique empirique de Hjulström
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Sédiments marins : répartition

Sédiments marins : répartition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Répartition des sédiments

Répartition des sédiments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Galets

Galets
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du laboratoire de géologie de l'École normale supérieure de Paris
  • : professeur à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest
  • : ancien conseiller scientifique à l'Institut français du pétrole

Classification

Autres références

«  SÉDIMENTOLOGIE  » est également traité dans :

BOURCART JACQUES (1891-1965)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 589 mots

Naturaliste de formation, Jacques Bourcart consacra une grande partie de sa vie à la géologie classique en y faisant preuve d'un esprit novateur et anticonformiste. Au cours de ses recherches sur le Quaternaire du Maroc, il aborda les problèmes littoraux et écrivit une œuvre d'une profonde réflexion : Essai sur les régressions et les transgressions marines (1938) ; ainsi commença une deuxième car […] Lire la suite

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 528 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Classement des canyons sous-marins »  : […] Dans leurs premiers essais, F. P. Shepard et Philip H. Kuenen avaient proposé une classification morphologique des vallées sous-marines. C'est ainsi qu'à côté des canyons à parois abruptes et profil transversal en V ils rangeaient également les rifts de dorsale (vallée de rift, disait-on), les vallées glaciaires de plateau, les vallées de glacis et les chenaux abyssaux. Dans notre classement, nou […] Lire la suite

CAYEUX LUCIEN (1864-1944)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 372 mots

Géologue français ; tout d'abord orienté vers l'enseignement, Lucien Cayeux fait trois ans d'École normale, puis il part pour Lille, où il préparera une licence de sciences. Après cinq ans d'assistanat à la faculté des sciences de Lille, il rejoint l'École des mines de Paris comme successeur de Marcel Bertrand. En 1912, il est appelé au Collège de France pour occuper la chaire laissée vacante par […] Lire la suite

DUNES ÉTOILES, géomorphologie

  • Écrit par 
  • Clément NARTEAU
  •  • 759 mots
  •  • 3 médias

Les dunes étoiles possèdent un dôme central de forme pyramidale et des bras dont les crêtes s’alignent suivant de multiples directions . Façonnées par le transport éolien dans des déserts arides soumis à de fortes variations saisonnières de la direction des vents, ces dunes sont de très grande taille (plus de 100 m de hauteur) et apparaissent le plus souvent sous forme d’essaims pour former d’i […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 5 630 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sédimentologie, paléontologie et géologie historique »  : […] La géologie historique, parfois qualifiée de géologie événementielle, a pour but d'établir la succession des âges géologiques. Elle étudie l'histoire de la Terre en établissant un catalogue temporel organisé de la succession des grands événements géologiques. Avant même que la radioactivité ne fournisse les outils de datation absolue, la succession des strates sédimentaires et leur contenu en fos […] Lire la suite

GÉOMICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DÉVIGNE
  •  • 984 mots

La géomicrobiologie est l'une des applications de la microbiologie aux milieux naturels. Son objectif est de résoudre les problèmes que posent les actions réciproques des micro-organismes et des milieux qui les abritent au cours des processus géodynamiques. L'individualisation de cette discipline (la lithobiology des Anglo-Saxons) s'est affirmée avec la découverte d'une intervention efficace de c […] Lire la suite

GLACIAIRES PALÉOMILIEUX

  • Écrit par 
  • François ARBEY
  •  • 511 mots

La reconnaissance des paléomilieux glaciaires et de leurs bordures périglaciaires peut se faire à la lueur de plusieurs types de critères : d'abord les indices perceptibles à l'observation directe, sans qu'il soit indispensable de faire des mesures ou des analyses : ce sont les critères macroscopiques de terrain ; ensuite des critères complémentaires, nécessitant l'emploi des techniques de la sédi […] Lire la suite

GRANULOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Fernand VERGER
  •  • 2 948 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Applications dans les sciences de la Terre »  : […] Comme moyen de description, la granulométrie permet d'établir une diagnose quantitative des formations meubles. Elle trouve ainsi une application particulièrement importante dans l'étude texturale des sols, à laquelle les pédologues attachent beaucoup d'importance. Par exemple, la classification américaine des textures, qui est très répandue, est présentée sous forme d'un diagramme triangulaire di […] Lire la suite

HARD-GROUNDS

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 419 mots

Les hard-grounds sont des surfaces lithifiées dues à la cimentation précoce du sédiment par des carbonates, des phosphates ou des hydroxydes de fer avant leur enfouissement sous de nouveaux apports sédimentaires. On reconnaît les hard-grounds dans les séries calcaires anciennes, actuellement entièrement indurées, à leurs perforations et à leurs encroûtements qui montrent que le sédiment était cime […] Lire la suite

INCLUSIONS, physique du solide

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 661 mots

Presque tous les cristaux comportent des lacunes de cristallisation ou des cavités remplies par des corps à l'état gazeux, liquide ou solide. Ces inclusions sont connues depuis très longtemps puisque H. Sorby en donne les premières descriptions dès le début du xix e  siècle, mais ce n'est que vers les années cinquante et sous l'impulsion de chercheurs comme G. Deicha en France, E. Roedder aux État […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André JAUZEIN, Jean-Pierre PINOT, André VATAN, « SÉDIMENTOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sedimentologie/