SÉCRÉTIONS ANIMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Activité sécrétoire et organisation glandulaire

Bien qu'on ait parfois tendance à confondre activité sécrétoire et activité glandulaire, il convient d'insister sur le fait que les cellules glandulaires n'ont pas l'exclusivité des activités sécrétoires de l'organisme. En effet, les fibroblastes du tissu conjonctif, les chondrocytes du cartilage, les ostéoblastes responsables des processus d'ossification, les odontoblastes qui élaborent la dentine sont des cellules qui synthétisent et exportent les macromolécules nécessaires à l'édification des substances fondamentales et de l'armature fibreuse requise par ces divers tissus. Dans l'épithélium intestinal, certaines cellules, isolées parmi les entérocytes, ont pour fonction d'excréter du mucus, d'autres sécrètent des amines biogènes. Les cellules plasmocytaires dispersées dans les ganglions lymphatiques et la rate assurent la fabrication et l'excrétion des immunoglobulines, glycoprotéines dont le rôle est essentiel pour la défense de l'organisme. Pour transmettre les signaux nerveux, la plupart des neurones libèrent au niveau de leurs terminaisons axonales un médiateur chimique, tel que l'acétylcholine ou la noradrénaline, après en avoir réalisé la synthèse et le stockage. Toutes ces activités d'élaboration, de stockage éventuel et de libération d'un produit correspondent effectivement à une activité sécrétoire.

Ce qui caractérise la sécrétion glandulaire réside essentiellement dans l'organisation architecturale de la glande, agencée en unités sécrétrices par l'association étroite de cellules différenciées.

– La sécrétion est exocrine si le produit excrété par ces unités est collecté dans des canaux qui le déversent à l'extérieur, c'est-à-dire à la surface de la peau ou des muqueuses digestives, respiratoires, génitales, urinaires, etc. Les unités sécrétrices constituant une glande exocrine peuvent se présenter sous divers aspects : soit des acini (lat. acinus, grain de raisin) plus ou moins sphériques, plus ou moins dilatés, soit des tubes plus ou moins allongés, plus ou moins flexue [...]

Glande exocrine

Glande exocrine

Diaporama

Diagramme illustrant les divers aspects des unités sécrétrices constituant une glande exocrine (d'après A. W. Ham, in « Histology », Philadelphie, 1965) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Glande exocrine

Glande exocrine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cellule de pancréas

Cellule de pancréas
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nucléotides puriques

Nucléotides puriques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÉCRÉTIONS ANIMALES  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite

ANDROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 983 mots

Hormones stéroïdes à dix-neuf atomes de carbone, les androgènes naturels sont biosynthétisés par les gonades, ovaires et testicules (et dans ces derniers par les cellules de Leydig), et par les corticosurrénales (zone réticulée). La testostérone est chez le mâle le principal androgène parmi ceux qui circulent dans le sang. D'activité plus faible et produite en outre à concentrations moindres, l' […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 667 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite

CHOLÉCYSTOKININE-PANCRÉOZYMINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 380 mots

Découverte en deux temps, d'abord pour son action sur la contraction de la vésicule biliaire et rattachée à la cholécystokinine par Ivy et Golberg en 1928, puis pour son action sur la sécrétion enzymatique pancréatique, attribuée à la pancréozymine par Harper en 1943, cette hormone n'a vu reconnaître son unité structurale qu'en 1971 par Mutt. La cholécystokinine-pancréozymine est sécrétée par les […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  État physiologique »  : […] L'état physiologique d'un animal varie bien évidemment avec son âge (cf. comportement animal - D éveloppement du comportement), mais également en fonction de ses taux d'hormones. Ces substances influencent le comportement à de nombreux niveaux, principalement en faisant varier la motivation de l'animal à accomplir tel ou tel comportement. Le plus spectaculaire est peut-être le comportement repr […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Communication chimique »  : […] La communication chimique n'est pas celle à laquelle on pense en premier lieu ; il s'agit pourtant du canal de communication le plus fréquent dans le monde animal, dans la mesure où il est très utilisé par les invertébrés, notamment les insectes, animaux les plus nombreux tant en nombre d'espèces qu'en nombre d'individus (un million d'espèces d'insectes répertoriées et plusieurs millions d'espèce […] Lire la suite

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Glandes endocrines »  : […] On connaît chez les crustacés plusieurs glandes dont les sécrétions interviennent dans le déroulement de divers processus physiologiques. La glande de mue (ou organe Y), la glande du sinus (ou organe X) et la glande androgène sécrètent des hormones qui jouent un rôle dans la croissance, la différenciation du sexe, le développement des gonades, l'adaptation chromatique, etc. Les recherches ont ess […] Lire la suite

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cas des boissons »  : […] Lorsqu'on boit entre les repas, l'estomac étant supposé vide, que se passe-t-il ? D'abord, le liquide est évacué par l'estomac, plus ou moins vite selon la nature de la boisson : un verre d'eau en moins d'une demi-heure ; le café naturel ou décaféiné, le thé, un soda, la bière en moins d'une heure ; le lait et les bouillons de viande en une heure et demie et les boissons très sucrées en près de d […] Lire la suite

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

La coordination des activités au sein d'un organisme pluricellulaire nécessite l'existence de « dialogues » entre les différentes cellules qui le constituent. Cette communication peut se réaliser selon trois grandes modalités : communication directe, grâce à l'existence de jonctions communicantes par lesquelles les substances de petit poids moléculaire peuvent diffuser librement (de telles jonct […] Lire la suite

ENTÉROGASTRONES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 403 mots

Hormones peptidiques gastro-intestinales, les entérogastrones sont produites par certains constituants du système APUD, et apparentées à la sécrétine et au glucagon. Sécrété dans le duodénum et le jéjunum par les cellules K, le GIP ( gastric inhibitory peptide ) appartient à la famille de la sécrétine. Synthétisé, il peut être dosé par méthode radio-immunologique. Sa sécrétion est déclenchée par l […] Lire la suite

ESTOMAC

  • Écrit par 
  • Miguel LEWIN
  •  • 4 215 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Fonctions sécrétoires de l'estomac »  : […] Les cellules sécrétrices de l'estomac forment la dernière couche cellulaire séparant cet organe du milieu extérieur. Cette couche, ou épithélium, constitue, au niveau de l'antre et du fundus, des invaginations tubulaires, plus ou moins ramifiées en doigts de gant, que l'on appelle glandes gastriques (cf. photo). Deux sortes de sécrétions y prennent naissance, l'une dite exocrine en direction de l […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Le foie biliaire »  : […] L'une des principales fonctions de l'appareil hépato-biliaire est de produire ( sécrétion) et d'évacuer ( excrétion) la bile, liquide des plus complexes, dont la composition est une véritable gageure physico-chimique, qui élimine des déchets inutiles, voire nuisibles à l'organisme, mais liquide cependant indispensable, tant pour assurer une digestion correcte et une absorption suffisante des ali […] Lire la suite

GASTRINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 768 mots

Hormone digestive la mieux connue, découverte en 1964 par R. A. Gregory, la gastrine est sécrétée par les cellules G . Authentifiées par leurs caractères ultrastructuraux, celles-ci prédominent dans l'antre gastrique, mais sont également présentes dans le duodénum, les premières anses intestinales et le pancréas. La gastrine est un peptide composé de trente-quatre acides aminés (AA). Sa séquence e […] Lire la suite

GELÉE ROYALE

  • Écrit par 
  • Jean LOUVEAUX
  •  • 387 mots

Sécrétion des glandes pharyngiennes des abeilles ouvrières occupées aux fonctions de nourrices, la gelée royale constitue la base de l'alimentation des jeunes larves d'ouvrières et l'aliment exclusif des larves de reines. Elle entre également dans l'alimentation des reines adultes. Elle a l'aspect d'une bouillie blanchâtre tirant sur le jaune ; son odeur acide est caractéristique ; sa saveur est p […] Lire la suite

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Récepteurs histaminiques H1 et H2 »  : […] La stimulation de la sécrétion gastrique par l'histamine est connue depuis 1920 ; et, depuis cette époque, un débat était ouvert pour savoir s'il s'agissait d'une action purement pharmacologique ou si cette amine jouait un rôle dans la physiologie sécrétoire de l' estomac, comme le voulait C. Code. Fait remarquable, cette action gastrosécrétagogue n'était pas inhibée par les premiers antihistamini […] Lire la suite

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Synthèse, sécrétion et transport plasmatique »  : […] Les mécanismes impliqués dans la synthèse d'hormones homologues sont vraisemblablement similaires chez les divers Vertébrés. C'est ainsi que les précurseurs de certaines hormones comme la pro-insuline et la proopiocortine (le précurseur de l'ACTH, de la MSH et aussi les morphines endogènes que sont les endorphines) existent chez les Poissons comme chez les Mammifères. Cependant, certains caractèr […] Lire la suite

HYPOCHLORHYDRIE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 117 mots

Diminution du débit acide stomacal qui est notamment observée dans les ulcères gastriques et la plupart des gastrites. L'hypochlorhydrie est due soit à une diminution du nombre des cellules sécrétrices d'acide chlorhydrique dans les glandes de la muqueuse de l'estomac (cellules dites bordantes), soit à un défaut de stimulation de cette sécrétion, soit à l'alcalinisation du liquide gastrique. L'exp […] Lire la suite

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Éléments neurosécréteurs et neurosécrétion »  : […] C'est Scharrer, en 1933, qui introduisit la notion de neurosécrétion en montrant que certains neurones de l'hypothalamus des poissons paraissaient sécréter des gouttelettes d'une substance inconnue dont Bergman un peu plus tard allait faciliter la caractérisation par l'emploi d'une coloration histologique spéciale dite de Gomori. À l'époque, cette observation souleva des discussions passionnées […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Immunité des muqueuses et anticorps sécrétoires »  : […] Les muqueuses représentent le plus grand site d'exposition du système immunitaire aux antigènes de notre environnement et la principale voie de pénétration d'agents infectieux bactériens, viraux, parasitaires ou fungiques. Les mécanismes de défense des muqueuses comprennent des éléments cellulaires et moléculaires, les uns spécifiques de l'antigène (anticorps et lymphocytes T), les autres non spé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DROZ, « SÉCRÉTIONS ANIMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/secretions-animales/