EMPIRE SECOND (1852-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’Empire autoritaire : une période faste ?

« Fête impériale » et unanimité autour du régime ?

Durant l’Empire dit autoritaire, l’appareil d’État, la vie politique et même l’ensemble de la société sont muselés. Les décrets de 1852 ont étouffé la liberté d’expression. La répression et les commissions mixtes ont eu raison de la menace républicaine, à part quelques bastions en province, en particulier dans les grandes villes. Les légitimistes et les orléanistes, trop divisés et affaiblis, ne peuvent constituer une opposition sérieuse.

La première législature (1852-1857) est donc une période faste pour le régime. Elle coïncide en effet avec de grands succès diplomatiques qui sont autant d’occasions de réjouissances. L’Empire exalte aussi le souvenir napoléonien et met en scène la vie impériale. Dès 1852, un décret érige la Saint-Napoléon (15 août) en fête officielle. Destinée à légitimer le régime et à fédérer la population autour de l’Empire et de son souverain, cette célébration se place à la fois dans la continuité du premier Empire (naissance de Napoléon Ier) et de la monarchie (fête chrétienne de l’Assomption institutionnalisée par Louis XIII en 1638). En janvier 1853, le mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo, comtesse de Teba, est l’occasion d’une grande liesse. Cette union puis la naissance du prince impérial le 16 mars 1856 ‒ dont le baptême est célébré en grande pompe le 14 juin 1856 ‒ assurent l’avenir de la dynastie et donc du régime.

L'Impératrice Eugénie et ses dames d'honneur, F.X. Winterhalter

Diaporama : L'Impératrice Eugénie et ses dames d'honneur, F.X. Winterhalter

Franz Xaver Winterhalter, L'Impératrice Eugénie et ses dames d'honneur, huile sur toile. Musée national du château de Compiègne. 

Crédits : Print Collector/Getty Images

Afficher

L’ensemble de ces cérémonies, véritables opérations de relations publiques, contribue à l’image de « fête impériale » qui s’attache au second Empire (et qui devient prépondérante dès les années 1870), vision pour le moins réductrice, face à une action culturelle de grande ampleur qu’il s’agisse d’enseignement (lois de Victor Duruy dans les années 1860), de sciences (découvertes de savants de renom comme Claude Bernard et Louis Pasteur ou encore l’astronome Urbain Le Verrier) mais aussi d’art. Les « séries de Compiègne », organisées chaque automne, ou les « lundis de l’impératrice » contribuent également à la politique de prestige de l’Empire, de même que la pratique du thermalisme (Biarritz, Deauville, Plombières…), les parades militaires (notamment au retour des troupes de Crimée ou d’Italie), l’accueil de souverains étrangers ou encore les deux Expositions universelles (inspirées du modèle anglais de 1851 et auxquelles l’empereur accorde une nouvelle dimension artistique). Celle de 1855 est, politiquement, la plus réussie. Elle contribue à asseoir la légitimité d’un Napoléon III alors dynamique et ambitieux. En 1867, si Paris enregistre une affluence record et que l’on vient admirer la transformation de la capitale par Haussmann, la situation générale est moins favorable et le régime, trop fragilisé, ne peut en tirer réellement bénéfice.

Une politique de grands travaux et de modernisation économique

Les politiques de grands travaux ou de modernisation économique concernent l’ensemble de la période du second Empire. Mais c’est dès le début du règne que les enjeux et les objectifs sont définis et que l’impulsion est donnée par un État qui se veut le moteur bienveillant du progrès et de la croissance économique.

Second Empire, économie

Dessin : Second Empire, économie

Développement de l'infrastructure économique de la France sous le second Empire (1852-1870). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Grands travaux urbains et haussmannisation

Sous le second Empire, la métamorphose des villes ‒ non seulement Paris mais aussi les grandes villes de province ‒ est souvent résumée au phénomène dit de l’haussmannisation. Si cette expression a le mérite de mettre en valeur le rôle réel du baron Eugène Haussmann, préfet de la Seine de juin 1853 aux premiers jours de 1870, elle passe en revanche sous silence le fait que les transformations ne commencent pas avec lui et qu’il ne travaille pas seul. C’est en effet de l’empereur ‒ que la modernité de Londres inspire et qui collabore étroitement au projet ‒ que vient l’impulsion première. La Commission des embellissements de Paris (août-décembre 1853) joue également un rôle essentiel quoique longtemps oublié ; on lui doit certaines des grandes idées qui sous-tendent le programme de travaux parisiens. Le sens de l’esthétique qui caractérise Haussmann s’avère lui aussi fondamental dans ce grand projet, surtout face aux préoccupations essentiellement utilitaristes de l’empereur.

Paris, second Empire

Dessin : Paris, second Empire

Les grandes transformations de Paris sous le second Empire (1852-1870). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le projet impérial répond ainsi à la fois à une nécessité urba [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Coup d’État du 2 décembre 1851

Coup d’État du 2 décembre 1851
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

L'Impératrice Eugénie et ses dames d'honneur, F.X. Winterhalter

L'Impératrice Eugénie et ses dames d'honneur, F.X. Winterhalter
Crédits : Print Collector/Getty Images

photographie

Second Empire, économie

Second Empire, économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Paris, second Empire

Paris, second Empire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en histoire, chercheuse associée au Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines de l'UVSQ/université Paris-Saclay

Classification

Autres références

«  EMPIRE SECOND (1852-1870)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 007 mots
  •  • 12 médias

Napoléon III n'est-il pas un souverain méconnu ? L'importance du second Empire n'a-t-elle pas échappé aux historiens ?À première vue, la personnalité de Napoléon III souffre de la comparaison avec celle de son oncle. Mais plus que le fondateur de la dynastie, le premier Napoléon, il a compris les problèmes sociaux de son temps et favorisé le développement industriel de la France. Largement étendu, […] Lire la suite

BALTARD LOUIS-PIERRE (1764-1846) ET VICTOR (1805-1874)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN, 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 1 360 mots
  •  • 1 média

Le nom Baltard est intimement lié aux Halles de Paris, dont Zola, au temps de leur opulence, a donné une magistrale description dans Le Ventre de Paris . Mais il y a Baltard et Baltard, le père et le fils, que l'on confond souvent. Le premier, Louis-Pierre Baltard, a effectué une importante carrière d'architecte dans l'administration et fut un défenseur de la tradition académique. Le second, V […] Lire la suite

BAZAINE FRANÇOIS ACHILLE (1811-1888) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 263 mots

Après avoir servi en Algérie et en Espagne, Bazaine commande une brigade pendant la guerre de Crimée. En 1855, il est nommé général de division et gouverneur de Sébastopol. Au cours de la guerre franco-sarde contre l'Autriche, il s'empare de Solferino (28 juin 1859). Envoyé au Mexique, en 1863, il prend Puebla , devient commandant en chef du corps expéditionnaire français et est élevé, en 1864, à […] Lire la suite

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le ministre-président de Prusse »  : […] Le 22 septembre 1862, Guillaume I er reçoit Bismarck au château de Babelsberg près de Potsdam. La situation intérieure de la Prusse était grave : en conflit avec le Landtag depuis 1858 sur la question des crédits militaires, le roi ne voyait d'autre issue que d'abdiquer. Bismarck combat cette résolution et s'engage à faire voter les lois sur l'armée : le roi cède, il nomme Bismarck ministre d'Éta […] Lire la suite

BONAPARTE NAPOLÉON JOSEPH CHARLES PAUL, dit LE PRINCE JÉRÔME ou PLON-PLON (1822-1891)

  • Écrit par 
  • José MURACCIOLE
  •  • 257 mots

Deuxième fils du roi Jérôme et de Catherine de Wurtemberg, Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte naquit à Trieste. Il eut une existence mouvementée, car son enfance s'écoula en exil. Il suivit les cours de l'académie militaire de Ludwigsburg au Wurtemberg, de 1837 à 1840. Puis il voyagea à travers l'Europe. À la chute de Louis-Philippe, il vint résider en France et se fit élire député de la Corse […] Lire la suite

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 820 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Norodom et le protectorat français »  : […] L'installation des Français en Cochinchine créa une situation nouvelle. En effet, par le traité qu'elle imposa au Vietnam (5 juin 1862), la France ne se faisait pas seulement céder Saigon et la Cochinchine orientale, elle se substituait aussi à la cour de Hué dans le « droit au tribut » que le roi du Cambodge adressait à l'empereur d'Annam. Inquiet de voir ainsi la France assumer les droits du V […] Lire la suite

CHEVALIER MICHEL (1806-1879)

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 309 mots

Saint-simonien et rédacteur du Globe dans sa jeunesse, Michel Chevalier se rallia plus tard à l'Empire, qui fit de lui un conseiller d'État, un sénateur, un professeur au Collège de France. Devenu libéral, il fut l'instigateur, avec Richard Cobden, du traité de libre-échange de 1860 entre la France et la Grande-Bretagne ; il défendit les vertus pacificatrices du commerce, qui devait, selon lui, m […] Lire la suite

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 470 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Naissance de la Commune »  : […] La guerre déclarée à la Prusse par Napoléon III, en juillet 1870, avait accumulé, en France, les désastres militaires. Le 4 septembre, sous la poussée populaire, la République est proclamée. Un gouvernement – auquel participent le général Trochu , président, Jules Favre et Jules Ferry – est chargé, en principe, de continuer la guerre. Le peuple de Paris, assiégé par les Allemands à partir du 19 s […] Lire la suite

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réservée à l'Assemblée unique (él […] Lire la suite

CRIMÉE (GUERRE DE)

  • Écrit par 
  • William Peter Jackson SMITH
  •  • 494 mots
  •  • 2 médias

Conséquence de la politique menée par Napoléon III pour essayer de rompre la coalition européenne qui, depuis 1815, réduit le rôle de la politique étrangère de la France. Envisageant certains remaniements de frontières, avec l'accord de l'Angleterre et de la Russie, et voulant engager l'intérêt de ces deux pays, Napoléon III choisit comme terrain d'action le Moyen-Orient et, en homme habile qu'il […] Lire la suite

DAVIOUD GABRIEL (1824-1881)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 122 mots

Entré au service de la ville de Paris après un début de formation à l'École des beaux-arts, Gabriel Davioud devient un architecte fonctionnaire associé activement aux chantiers du préfet Haussmann. Pour Paris, il multiplie les fontaines, les squares, dirige les travaux des promenades et des parcs Monceau et des Buttes-Chaumont, des bois de Boulogne et de Vincennes. Ses édifices traduisent un sens […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Stella ROLLET, « EMPIRE SECOND - (1852-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/