SÉBASTIEN EN RÊVE, Georg TraklFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la mi-mars 1914, Georg Trakl (1887-1914) s'est rendu d'Innsbruck à Berlin auprès de sa sœur, avec laquelle il avait noué une relation incestueuse et qu'il avait entraînée sur la pente de la drogue (née en 1891, elle se donnera la mort en 1917). Il écrit alors à Ludwig von Ficker : « Ma vie s'est brisée. [...] Dites-moi que je ne suis pas fou. Je suis plongé dans une obscurité de pierre. Ô mon ami, comme je suis devenu petit et malheureux. »

Au même moment, un second recueil de ses poèmes est prêt, qu'il envoie à l'éditeur de Leipzig, Kurt Wolff : Sebastian im Traum (Sébastien en rêve). Le recueil est divisé en quatre cycles (« Sébastien en rêve » ; « L'Automne du solitaire » ; « Septuor de la mort » ; « Chant du séparé ») et un poème final (« Rêve et folie »). Chaque pièce de ce recueil publié en deux volumes en 1915, qui constitue un des sommets de la poésie de langue allemande, mériterait une analyse particulière. L'enfance perdue et la mort qui la ronge, le déclin de l'histoire occidentale et la descente aux Enfers des amants maudits, les images du mal et de la faute, de la souffrance et de la folie, dans un langage haletant, asyntaxique et souvent hermétique, alliant une musicalité exceptionnelle à une visualité qui fait de Trakl le plus grand « coloriste » de sa génération : ces thèmes et ces moyens langagiers permettent au recueil Sébastien en rêve de compter parmi les œuvres clés de l'expressionnisme.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « SÉBASTIEN EN RÊVE, Georg Trakl - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-en-reve/