SCLÉROSE EN PLAQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traitement de la SEP

On distingue le traitement des symptômes, le traitement de la poussée et le traitement de fond. Les formes agressives peuvent bénéficier d'un traitement immunosuppresseur. La rééducation et la prise en charge psychologique sont importantes.

Le traitement symptomatique améliore la vie quotidienne des patients. Ainsi sont considérés le traitement des troubles sensitifs, de la raideur, du tremblement, des troubles génito-sphinctériens, de la fatigue, des troubles de l'humeur.

Le traitement des poussées associe le repos à la corticothérapie intraveineuse de durée brève (méthyl-prednisolone à fortes doses, de 3 à 5 grammes sur 3 à 6 jours). L'objectif du traitement est de réduire l'intensité et la durée de la poussée.

Le traitement de fond comprend aujourd'hui deux classes thérapeutiques : les immuno-modulateurs et les immuno-suppresseurs. Les immuno-modulateurs injectables sont indiqués chez des patients ambulatoires ayant une forme de SEP avec poussées. Deux classes sont actuellement disponibles : les interférons et l'acétate de glatiramère. Ils réduisent la fréquence et la sévérité des poussées cliniques, et l'accumulation des nouvelles lésions en IRM. Ces traitements sont indiqués dans les formes RR de SEP avec au moins deux poussées dans les deux ou trois années précédentes.

Ces traitements peuvent être débutés dès le stade de SCI, si l’IRM confirme le caractère actif de la maladie. Chez des patients atteints d'une forme SP avec poussées surajoutées, certains interférons peuvent être proposés, sachant que les effets secondaires principaux sont le syndrome pseudo-grippal, les réactions aux points d'injection, et la toxicité biologique.

L'acétate de glatinamère, administré par voie sous-cutanée, peut entraîner des palpitations, et plus rarement une sensation de difficultés respiratoires nécessitant l'arrêt du traitement.

Un immunomodulateur par voie orale vient d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché en Europe et est commercialisé en France depuis 2014. Il s’agit du diméthylfumarate, indiqué dans la SEP rémittente. Un autre traitement oral est également disponible depuis juin 2014 dans ces mêmes formes, le terriflunomide, classé parmi les immunosuppresseurs spécifiques

Certaines formes de SEP sont très actives et nécessitent la mise en route d'un traitement immunosuppresseur. La mitoxantrone est de moins en moins utilisée. Deux autres traitements sont actuellement indiqués dans ces formes : des anticorps monoclonaux, comme le natalizumab (perfusions mensuelles), et d’autres, de puissants immunosuppresseurs comme le fingolimod, administré par voie orale.

Les autres mesures thérapeutiques comprennent la rééducation et la prise en charge psycho-sociale. La kinésithérapie active s'effectue en dehors des poussées, en respectant la fatigue. En cas de dysarthrie et de troubles de la déglutition, une rééducation orthophonique est nécessaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCLÉROSE EN PLAQUES  » est également traité dans :

DÉMYÉLINISATIONS

  • Écrit par 
  • Alain PRIVAT
  •  • 862 mots

Phénomène pathologique, la démyélinisation est observée principalement dans deux maladies : la sclérose en plaques , qui touche le système nerveux central et qui est fatale à plus ou moins longue échéance, et la maladie de Guillain-Barré, qui touche le système nerveux périphérique et qui est spontanément régressive. L'examen post mortem du cerveau d'un malade atteint de sclérose en plaques montre […] Lire la suite

MICROBIOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 817 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Effets généraux des microbiotes  »  : […] Il existe un lien désormais fortement établi entre dysbioses (déséquilibres) du microbiote intestinal et pathologies rhumatismales (arthrose et arthrite rhumatoïde), cutanées (dermatoses atopiques), cardiaques, respiratoires et surtout neurodégénératives, dont certainement la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques. Ces observations qui reposent sur l’analyse comparative des microbiotes de […] Lire la suite

NEURO-IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • E. SCHULLER
  •  • 1 270 mots

On désigne par neuro-immunologie l'étude des relations entre immunité et système nerveux, à l'état normal comme au cours des diverses maladies humaines ou animales. Deux observations, toutes deux faites à Paris au xix e  siècle, sont à l'origine de la neuro-immunologie. La première est la description par Cruveilhier (1835) des lésions anatomiques d'une nouvelle maladie du système nerveux, maladie […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 241 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Sclérose en plaques »  : […] La sclérose en plaques est, par sa fréquence et sa gravité, l'une des grandes maladies du système nerveux. Anatomiquement, elle est caractérisée par l'apparition successive d'une série de foyers de démyélinisation qui aboutissent à une prolifération gliale et réalisent un aspect de sclérose multiple ou multiloculaire. Disséminées sans ordre apparent, ces plaques ont une prédilection pour la subst […] Lire la suite

SATIVEX

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 562 mots

Le Sativex® est un médicament dérivé du cannabis destiné aux malades souffrant de sclérose en plaques. Il a été autorisé en France le 9 janvier 2014 par le ministère de la Santé. La sclérose en plaques touche environ un Français sur mille et représente la première cause de handicap chez les adultes jeunes. Si depuis plusieurs années plusieurs classes de médicaments permettent de retarder les pous […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ayman TOURBAH, « SCLÉROSE EN PLAQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sclerose-en-plaques/