SCIENTISME

BERTHELOT MARCELIN (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Militant du scientisme »  : […] Au contraire de son ami Renan, qui prétendait, en 1855, que « le siècle... va vers la médiocrité », Berthelot a toujours affiché un robuste optimisme de scientiste. L'exercice de la puissance humaine sur la nature l'émeut, et, dans la république de la fin du siècle, il répète la plupart des thèmes « positivistes ». Il rêve d'une « direction des sociétés humaines par les sciences », assigne pour b […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idée comtienne de la science »  : […] Pourquoi Auguste Comte, contrairement à Saint-Simon, présente-t-il une réflexion sur la science en préambule à un plan de réforme sociale ? Cela tient à l'idée qu'il se fait de la science, non pas seulement somme de savoirs, mais rapport global de l'homme au monde. Par suite, elle s'offre avant tout comme un principe et un système de croyances. Or toute organisation sociale repose, en dernière an […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Le scientisme »  : […] En dehors des limites expérimentales définies par ces conditions pratico-théoriques, la rationalité court le risque de se transformer en son contraire. Ce peut être déjà le cas lorsqu'on tente de passer prématurément de la physiologie à la psycho-physiologie, à l'embryologie, à la théorie de l'évolution, à la génétique. Mais cette conclusion vaudrait a fortiori pour l'énorme littérature scientist […] Lire la suite

DOGMATISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 132 mots

Au sens le plus général, « dogmatisme » est devenu le synonyme d'intransigeance, d'autoritarisme, d'étroitesse d'esprit et de raideur : il est le fait de quiconque « dogmatise », c'est-à-dire affirme sans preuve, ne tolère aucune discussion, parle d'un ton tranchant, porte des jugements péremptoires. En philosophie, dogmatisme s'est d'abord opposé à scepticisme ou à pyrrhonisme (du nom de Pyrrhon […] Lire la suite

GÉOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe MOREAU DEFARGES
  •  • 6 208 mots

Dans le chapitre « La géopolitique classique, entre science et puissance »  : […] La géopolitique est l'enfant d'une époque, celle couvrant la seconde moitié du xix e  siècle et la première moitié du xx e  siècle. Le scientisme triomphe ; l'homme, ou au moins l'Occidental, est convaincu qu'il est en mesure de tout expliquer, de dégager les lois régissant non seulement la nature mais aussi l'homme lui-même. L'économie, la démographie, la psychologie, la sociologie s'établissent […] Lire la suite

HISTOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 165 mots

Dans le chapitre « L’histoire, une science ? »  : […] Une fois conscients de se situer dans une histoire où des événements uniques se déroulent, les hommes eurent naturellement le désir de conserver la mémoire de ce qui ne se reproduira plus. La volonté de préserver les grands événements de l’oubli a donc été un premier moteur des récits historiques. Le Grec Hérodote (480-425 av. J.-C.) est souvent considéré comme le premier à avoir répondu à cette […] Lire la suite

RENAN ERNEST (1823-1892)

  • Écrit par 
  • Jean GAULMIER
  •  • 1 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeu des antinomies et l'humanisme renanien »  : […] La prudence qui incitait Renan à juxtaposer les hypothèses explicatives l'a fait passer pour un dilettante. Reproche injustifié, car la valeur de ses travaux historiques est due largement à la philosophie critique de la nature et de l'humanité qui les soutient. Sa pensée présente une unité qu'un fait suffit à prouver : il publia en 1890 L'Avenir de la science , écrit dans l'enthousiasme au printem […] Lire la suite

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 658 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La science : une activité sous influence »  : […] Pierre Thuillier ( Les biologistes vont-ils prendre le pouvoir ? , 1981) souligne que, contrairement à une croyance bien ancrée, la science n'est pas une activité complètement objective et Jean-Marc Lévy-Leblond ( La Vitesse de l'ombre , 2006) propose « une des seules définitions raisonnables de la science, due à Bertolt Brecht : il y aurait beaucoup d'avantages à décrire la science comme l'effort […] Lire la suite

LE ROMAN EXPÉRIMENTAL, Émile Zola - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 284 mots

Dans le chapitre « « Transporter dans le domaine des lettres la rigide méthode du savant » »  : […] Le Roman expérimental se situe au point culminant du mouvement naturaliste : après les fondations et les premiers essais de théorisation, avant les révisions des dernières années. Les grandes thèses – rejet de l'illusion idéaliste et des artifices romantiques, retrait du romancier derrière les faits objectivement observés et restitués, dévoilement des déterminismes sociaux (milieu, hérédité)... – […] Lire la suite

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xvii e  siècle, avec l'apparition de la méthode expérimentale et le développement des sciences […] Lire la suite


Affichage 

Mary Baker-Eddy

photographie : Mary Baker-Eddy

photographie

Planche d'une revue londonienne de 1906 dénonçant la Science chrétienne et sa fondatrice, Mary Baker-Eddy 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Mary Baker-Eddy

Mary Baker-Eddy
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie