SCIENCESScience et christianisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Copernic à Newton

À partir du xve siècle, l'humanisme puis la Renaissance bouleversèrent le paysage intellectuel européen. Il y eut, certes, un néopaganisme et une philosophie panthéiste très éloignés de la pensée chrétienne. Mais la rupture avec la scolastique médiévale se fit surtout au nom d'une nouvelle sensibilité religieuse et de la philosophie platonicienne. La science moderne, comme la Réforme protestante, plonge ses racines dans ce bouillonnement d'idées philosophico-religieuses. En médecine et en chimie, le platonisme et le néoplatonisme suscitèrent une philosophie mystique de la nature, dont le médecin allemand Paracelse (1493-1541) est le meilleur représentant. Rejetant le rationalisme païen d'Aristote, cette philosophie considérait que l'expérience et la prière permettaient seules la découverte de la nature des choses. Ailleurs, et d'abord en cosmologie, la renaissance du platonisme et de l'antique philosophie pythagoricienne imposa l'idée que les mathématiques étaient la vraie clé de la connaissance du monde, car le Créateur était le suprême Géomètre. C'est l'harmonie des nombres et des figures géométriques qu'il s'agissait de découvrir, et surtout dans la structure du cosmos. Et l'ordre du monde visible devait révéler l'ordre du monde spirituel. Dès la fin du xve siècle, les philosophes platoniciens placent le Soleil au centre du ciel parce qu'il est l'image visible de Dieu.

En 1543, Nicolas Copernic (1473-1543) présente un nouveau système du monde qui place le Soleil au centre du cosmos et fait tourner la Terre autour de lui, avec les autres planètes. Les irrégularités des mouvements planétaires disparaissent, au moins théoriquement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire des sciences à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  SCIENCES  » est également traité dans :

SCIENCES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 2 055 mots

L'organisation du savoir a cessé depuis longtemps d'être monarchique. Aux siècles de foi et d'autorité, la théologie était la reine des sciences. La philosophie était sa servante ou plutôt, comme gémissait Kant, sa suivante, alors que la philosophie, observait-il, n'a qu'un service à rendre : précéder et non pas suivre, marcher en t […] Lire la suite

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 651 mots
  •  • 4 médias

On ne peut parler des rapports entre la science et la société ni du statut des sciences sans définir d'abord ce que l'on entend par la première. Si l'on admet que les phénomènes naturels obéissent à des lois et que ces lois sont connaissables, on peut dire que la science est l'ensemble de la connaissance des lois […] Lire la suite

SCIENCES - Sciences et discours rationnel

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 6 601 mots

En première approximation, on pourrait dire que la science est un mode de connaissance critique. Le qualificatif « critique » doit être entendu ici en un double sens : il indique, d'une part, que la science exerce un contrôle vigilant sur ses propres démarches et met en œuvre des critères précis de validation, d'autre part, qu'elle élabore des méthodes […] Lire la suite

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 646 mots
  •  • 6 médias

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xviie […] Lire la suite

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 539 mots
  •  • 1 média

Comme c'est le cas de la plupart des spécialités de la sociologie, la sociologie des sciences ne prend son véritable essor que lorsque les sciences elles-mêmes commencent à être perçues comme un « problème social ». Leur développement massif après la Seconde Guerre mondiale, sans parler de l'impact social causé par le largage de deux bombes atomiques sur le J […] Lire la suite

SCIENCES - Science et progrès

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 6 523 mots

La science entretient avec l'idée de progrès un rapport privilégié, à un double titre. D'une part, depuis le XVIIe siècle, la science est conçue comme le parangon du progrès, comme l'une des (rares) pratiques humaines où le progrès semble incontestable. Après tout, on peut discuter longuement pour savoir si le sens moral de l' […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Sémantique et syntaxe, signifié et signifiant »  : […] Tout langage de description ou d'interprétation théorique utilisé dans les sciences de la nature comporte une sémantique et une syntaxe, la première portant sur les « objets » que l'on met en relation, la seconde sur ces relations elles-mêmes. Les données sémantiques sont au fond des dénominations qui sont censées résumer l'ensemble des propriétés (relations) que chacun des objets considérés peut […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Sophie HOUDART
  •  • 3 555 mots

L’anthropologie des sciences constitue, au sein de l’anthropologie sociale, le champ d’étude relatif aux faits de savoir, notamment naturels (botanique et zoologie au premier chef). Elle peut être saisie au sein d’une double généalogie : celle des ethnosciences d’une part ; celle de la sociologie des sciences – ou social studies of science  – d’autre part. En tant que telle, elle hérite donc d’u […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'int […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers la causalité scientifique »  : […] Ainsi posées, ces questions sont à la fois essentielles et insolubles : elles relèvent d'un choix plutôt que d'un savoir. On s'est donc demandé : comment formuler l'idée de cause pour qu'elle puisse recevoir de l'expérience une confirmation ou une réfutation ? Le cheminement de la notion métaphysique à un principe utilisable en sciences a été graduel et lent : il a fallu, du côté de la philosophie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ROGER, « SCIENCES - Science et christianisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/