SCIENCES HUMAINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Maison des sciences de l'homme

Maison des sciences de l'homme
Crédits : C. Mouly

photographie

Claude Lévi-Strauss

Claude Lévi-Strauss
Crédits : Hulton Getty

photographie


Histoire de la terminologie

Quelques remarques historiques pourront aider à mieux comprendre les hésitations du vocabulaire.

L'« étude de l'homme » est une expression qu'utilisent les humanistes et que l'on retrouve chez Pascal. Bien qu'elles s'intéressent surtout à l'histoire des mœurs et des idées, les conceptions humanistes se caractérisent par un éclectisme universel, par une curiosité qui s'étend à tout ce qui est humain, y compris l'anatomie (Léonard de Vinci). Les philosophes du xviiie siècle parleront, comme les scolastiques, de la « nature humaine », mais pour lui appliquer des méthodes scientifiques nouvelles inspirées de Galilée et de Newton. Les études de la perception au xviiie siècle ont « découvert » la sensibilité humaine (empirisme). L'importance accordée à celle-ci au xixe siècle, attirera l'attention sur l'influence du milieu social (le lamarckisme en biologie, le « socialisme » en politique). L'idée des sciences sociales a été conçue alors sous la forme d'une science de synthèse, par des auteurs tels qu'Auguste Comte, Karl Marx, Jeremy Bentham, Herbert Spencer. Elle a été mise en œuvre au xxe siècle, mais selon une perspective différente, en se subdivisant en une multitude de spécialités. Au cours de la même période, au xixe et au début du xxe siècle, l'expression « sciences morales » avait fait l'objet de nombreuses discussions (par exemple, dans la Logique de Stuart Mill, 1843). En France, depuis qu'elle s'y est imposée, l'expression « sciences humaines », interprétée de façon fortement psychologisante, a servi de compromis entre les sciences sociales (au sens restreint) et les sciences de l'homme (en un sens large, englobant les deux sortes de conditions, naturelles et culturelles, de l'activité humaine). Com [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCIENCES HUMAINES  » est également traité dans :

L'ARCHÉOLOGIE DU SAVOIR, Michel Foucault - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

L'explicitation de l'entreprise amorcée par Michel Foucault (1926-1984) avec l' Histoire de la folie à l'âge classique (1961), poursuivie dans Naissance de la clinique (1963) et plus précisément continuée par une « archéologie des sciences humaines », Les Mots et les choses (1966), est le principal objet de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-archeologie-du-savoir/#i_1879

BRAUDEL FERNAND (1902-1985)

  • Écrit par 
  • Alberto TENENTI
  •  • 1 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rayonnement institutionnel »  : […] Fernand Braudel préparait en même temps une double opération : l'une visant la collaboration scientifique internationale, l'autre l'enseignement de l'histoire aux candidats bacheliers. Avec la collaboration de Clemens Heller, il conçut une fondation autonome, mais étroitement liée à la VI e  section, apte à gérer le grand renouvellement en cours dans les sciences humaines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-braudel/#i_1879

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « Une théorie mathématique de la communication »  : […] Pendant la Seconde Guerre mondiale, nombre d'équipes de recherches civiles se constituent aux États-Unis autour de thématiques précises. C'est ainsi qu'un groupe de chercheurs se rassemble au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) autour de Claude Shannon, un spécialiste des théories mathématiques de l'information, pour repenser la transmission télégraphique. Le télégraphe est en effet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication/#i_1879

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classification des sciences »  : […] L'évolution n'est pas terminée, ce qui supprimerait la question, et, d'ailleurs, elle s'opère de manière discontinue, les sciences accédant à l'état positif les unes après les autres. Cela détermine un plan, un ordre qui va donner naissance à une classification : « Les différentes branches de nos connaissances n'ont pas dû parcourir d'une vitesse égale les trois grandes phases de leur développemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-comte/#i_1879

DILTHEY WILHELM (1833-1911)

  • Écrit par 
  • Sylvie MESURE
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autonomiser les sciences humaines »  : […] L'enjeu était double : démarquer sciences historiques et philosophie de l' histoire ; isoler les sciences historiques des sciences physiques, en dégageant leurs principes propres. Selon son second axe, épistémologiquement le plus important, l'entreprise (que poursuivra notamment G. Simmel) vise à établir l'autonomie de ces sciences de la réalité sociale, culturelle et politique qui rassemble l' hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-dilthey/#i_1879

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences de la nature, sciences de l'homme »  : […] L'opposition des sciences de la nature aux sciences de l'homme constitue sans doute un autre leitmotiv épistémologique tout aussi actuel. Depuis que s'est constitué le projet scientifique que nous avons brièvement décrit, son application aux faits humains pose assurément des problèmes qu'il convient d'évoquer. En premier lieu, la question du caractère pratique de toute connaissance des faits huma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_1879

ÉPISTÉMOLOGIE DES SCIENCES SOCIALES (dir. J.-M. Berthelot) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis AFFERGAN
  •  • 918 mots

Voici un livre collectif (Presses universitaires de France, 2001) dont la hauteur des vues développées, la qualité de l'information et l'organisation de l'argumentation peuvent intéresser un vaste public. S'il faut souligner l'opportunité de sa parution, c'est en raison du moment crucial traversé par les sciences sociales qui s'interrogent sur la validité de leurs procédures et la légitimité des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie-des-sciences-sociales/#i_1879

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Sigmund Freud est l'un des savants qui ont le plus marqué la pensée du xx e siècle. Parti d'une recherche sur l'étiologie des névroses, il a créé une œuvre qui déborde largement le domaine de la pathologie pour couvrir de nombreux secteurs du savoir, en particulier ceux qu'on groupe aujourd'hui sous le nom de sciences humaines. La théorie freudi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_1879

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des thèmes nouveaux et des méthodes nouvelles plus qu'une « nouvelle géographie » »  : […] Quant à l'objet, il n'échappe pas non plus à une sélection subjective et circonstancielle des problèmes. Et c'est ici que reparaît la question « À quoi sert la géographie ? », ce qui revient à se demander ce que les géographes peuvent désirer connaître et ce que le public ou les collectivités publiques attendent d'eux, en dehors d'une image globale aussi fidèle que possible des états et des deveni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/#i_1879

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L 'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suivent entendent montrer l'état de la discipline aujourd'hui. À l'heure du règne de l'expertise et de l'interdisciplinarité, il import […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-vue-d-ensemble/#i_1879

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 820 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Diffusion de la littérature historique et démultiplication des usages »  : […] Ces usages de l'histoire sont inséparables du statut très singulier de la discipline parmi les sciences humaines ; en dépit de la captation de nombreuses démarches des disciplines voisines, la structure narrative de ses versions vulgarisées et son faible recours à une terminologie technique expliquent sa très large diffusion par rapport aux autres sciences humaines. L'histoire est la seule des sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-les-usages-sociaux-de-l-histoire/#i_1879

HISTOIRE GLOBALE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves SAUNIER
  •  • 5 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Filiations »  : […] Entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, avec des décalages temporels et sémantiques selon les régions du monde, la notion de « mondialisation » devient un de ces termes qui marquent une époque. Depuis plusieurs décennies, le mot et l’idée servaient occasionnellement à qualifier des processus d’interdépendance entre pays, notamment au regard des structures politiques, de l’activi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-globale/#i_1879

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème des sciences humaines »  : […] L'ontologie grecque de la substance dominait encore très fortement la dialectique de l'idéalisme allemand et son concept du savoir absolu ; c'est ce qui apparut tout particulièrement dans le fait que même la critique de l'école historique contre le panlogisme spéculatif de Hegel ne put se soustraire entièrement à cette domination. Sans doute Dilthey a-t-il affirmé qu'il importait de caractériser l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_1879

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La mort de l'homme »  : […] Ces perspectives, il s'en faut, ne sont pas les seules vers lesquelles s'orientent la philosophie et l'anthropologie actuelles. Si, comme on a essayé de le montrer, elles veulent fournir quelque réponse aux apories qui sont nées, pour l'homme, de l'univers et de la pensée de la science, si elles y ont réussi, mais en opérant une mutation radicale de la notion de sujet et de monde, il n'empêche, po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_1879

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « Intuition et signalement dans les sciences du réel »  : […] Les sciences de la nature, qui se sont mises d'emblée sous le signe de l'expérience et des codages expérimentaux, récusaient par méthode les assurances intuitives. Mais cette tendance a été renforcée par l'échec des explications intuitives, utilisant des schémas géométriques ou mécaniques, qui n'ont pu accompagner les progrès de l'analyse. On admet que, dans une physique qui repose sur la reconstr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_1879

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Linguistique et sciences humaines »  : […] La relation de la linguistique à une science des signes qui l'englobe fait apparaître un ordre de dépendance plus vaste ; la sémiologie ou sémiotique a toujours été considérée comme une des sciences sociales, voire comme une des branches de la sociologie. Comme le dit Jakobson (chap. « Linguistique », in Sciences sociales , U.N.E.S.C.O., La Haye, 1970), « si, en allant du pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_1879

LA SAGA DES INTELLECTUELS FRANÇAIS (F. Dosse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 938 mots

Par-delà les itinéraires personnels qui y sont évoqués, la vaste Saga des intellectuels français (Gallimard, 2018) de François Dosse raconte comment on pensait et on se disputait au xx e  siècle. Tout au long de deux forts volumes ( À   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-saga-des-intellectuels-francais/#i_1879

LES MOTS ET LES CHOSES (M. Foucault)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 789 mots

Les Mots et les C hoses. Une archéologie des sciences humaines paraît en 1966, la même année que les É crits de Jacques Lacan, Critique et V érité de Roland Barthes ou Théorie de la littérature de Tz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mots-et-les-choses/#i_1879

LEWIN KURT (1890-1947)

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 2 089 mots

Le mouvement des sciences humaines dans les premières années du xx e  siècle se laisse caractériser par un conflit méthodologique opposant à des procédures expérimentales, sommairement élaborées sur le modèle des sciences de la nature, l'exigence d'une compréhension interne de phénomènes significatifs. Phénoménologie et psychanalyse, en dépit de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-lewin/#i_1879

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modèles et investigation dans les sciences nouvelles »  : […] Quelques remarques s'imposent ici sur une méthodologie complexe et en pleine évolution, concernant les sciences neuves, notamment les sciences de la vie, de l'homme, du langage, qui, tant en raison de leur apparition plus tardive qu'en raison de la richesse des faits qu'elles explorent, n'ont pas atteint la précision théorique de la physique ou de la chimie. Certes, leurs problèmes ne diffèrent pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_1879

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets des sciences humaines »  : […] Pour les faits où l'homme, ses pensées, ses réactions et ses actes entrent de façon essentielle, la question se pose de savoir ce qui peut être connu scientifiquement et par conséquent réduit au statut d' objet . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_1879

PÉDAGOGIE - Le statut

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 5 108 mots

Dans le chapitre « Le temps des « spécialistes spécialement spécialisés » »  : […] Ce discours n'était-il qu'apparence ? L'évolution rapide des sciences morales vers les sciences humaines obéissant à un modèle expérimentaliste créait une première brèche : constater, observer, prouver ne peuvent se faire que par la suspension de la croyance. L'hypothèse supplante la thèse. La science pédagogique unitaire des ensembles pensés fait place à la science indéfiniment parcellaire des f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-le-statut/#i_1879

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fausse concurrence des sciences humaines »  : […] Une illusion scientiste, qui date de la fin du xix e  siècle, consiste à croire que la philosophie est une activité intellectuelle dépassée et que les objets dont elle s'occupe – dont la question « qu'est-ce que l'homme ? » – sont traités plus efficacement et plus positivement par les sciences humaines. Une telle illusion, après avoir été très for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_1879

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le positivisme scientifique et les problèmes qu'il pose »  : […] Deux éléments irréductibles se sont imposés à l'analyse d'Auguste Comte, le signe et l' histoire . Comte a d'abord été sensible à l'histoire des états du savoir, des mentalités, et à leur logique propre : la logique des sentiments avec le fétichisme, la logique des images avec le polythéisme et la logique des signes avec le monothéisme. Il a ainsi contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_1879

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historicité du symbolique »  : […] Ici se trouve fixé le point d'ancrage de la formalisation. Huit ans après une première évocation du temps logique, le Discours de Rome – « Fonction et champ de la parole et du langage » (1953) – en soulignait la valeur d'anticipation, pour marquer le rôle auquel sont appelés dans une théorisation rigoureuse de la psychanalyse l'algèbre de Boole et la théorie des ensembles. « La mathématique, écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_1879

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Connaissance clinique et psychologie »  : […] Interrogeons-nous d'abord non pas sur les modes d'action du clinicien, mais sur le mode de connaissance que cette pratique constitue. La psychologie clinique, qui en droit comme en fait peut fort bien s'appliquer à l'étude des sujets réputés normaux – et qu'il ne faut donc pas identifier à la psycho-pathologie –, n'en a pas moins une origine médicale. Si, d'un certain point de vue, elle apparaît c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/#i_1879

RELIGION - L'histoire des religions

  • Écrit par 
  • Dario SABBATUCCI
  •  • 5 132 mots

Dans le chapitre « La religion comme fait de culture »  : […] Le souci de réduire toute recherche à un effort du type de la connaissance historique se justifie par la nature même de l'objet d'étude, à savoir la religion comme fait culturel. Ce qu'on appelle « culture » par opposition à « nature » est précisément constitué par l'ensemble des productions humaines, parmi lesquelles il faut compter les religions, entendues selon l'acception scientifique du term […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-l-histoire-des-religions/#i_1879

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sciences humaines »  : […] De tous les domaines qui ne relèvent pas des sciences de la nature et qui cependant font l'objet d'études savantes, y en a-t-il qui méritent le nom de science et d'autres pas ? En donnant toujours à ce terme la signification de connaissance des lois des processus naturels, on s'intéressera au comportement de l'homme et à son activité, donc à la psychologie et à la sociologie d'une part, à l'histoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-societe/#i_1879

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 535 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sciences sociales, recherches sociales et quantification »  : […] Il convient de réserver le terme de « sciences sociales » – au sens de « sciences du comportement » – aux disciplines qui ont pour objet des opérations contrôlées et critiques d'exploration des faits humains collectifs dont la visée explicative est délibérément nomothétique, voire modélisante et systémique, à la rigueur structuraliste, mais R. Boudon a fait suffisamment justice du terme dont la po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/#i_1879

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

La sémiologie ou sémiotique (du grec σημε̃ιον, « signe ») tend aujourd'hui à se construire comme une science des significations. En tant que telle, et par conséquent, la sémiologie est la méthodologie des sciences qui traitent des systèmes signifiants, donc des «   sciences humaines », puisqu'elle considère les pratiques socio-historiques qui font l'objet de ces sciences (le mythe, la religion, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_1879

TODOROV TZVETAN (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 917 mots
  •  • 1 média

Cet humaniste sceptique qui a commencé par le structuralisme est devenu un philosophe de la liberté. Tzvetan Todorov est né le 1 er  mars 1939 à Sofia . Dans la Bulgarie communiste, le lycée bilingue russe lui apprend très tôt à se méfier de l’idéologie. En 1956, année du rapport Khrouchtchev et de l’insurrection de Budapest, il entre à l’université. Pour échapper au forma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tzvetan-todorov/#i_1879

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 517 mots
  •  • 3 médias

Par transfert culturel on entend la dynamique de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre. Pareilles transformations concernent tant des textes transposés ou traduits que des objets matériels, des œuvres d’art ou encore des traces archéologiques du passé, modèles architecturaux dont le déplacement dans l’espace ou le temps modifie la valeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transferts-culturels/#i_1879

TRISTES TROPIQUES, Claude Lévi-Strauss - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Saudade »  : […] Outre son succès public immédiat, Tristes Tropiques marque le début d'une révolution dans les sciences humaines. Jusqu'alors connu des seuls spécialistes, son auteur accède d'un coup à une notoriété considérable, comparable à celle de Sartre ; elle va faire de lui, fût-ce contre sa volonté, le porte-parole du structuralisme, aux côtés de Roland Barthes et de Jacques Lacan. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristes-tropiques/#i_1879

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « La théorie des sciences humaines »  : […] Toute science constitue un point de vue cohérent de recherche portant sur une réalité qui est la même pour toutes les sciences. Cette réalité est infinie à la fois en intensité et en extensivité, de sorte qu'aucune discipline n'est une connaissance totale du réel. Toutes abordent le réel au moyen de concepts abstraits qui sont plus ou moins adéquats, suivant qu'ils ont été plus ou moins rigoureus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-weber/#i_1879

Pour citer l’article

Edmond ORTIGUES, « SCIENCES HUMAINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/