SCHISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La schistosité

Le terme « schistosité » a une signification structurale et non génétique. C'est dire que le feuilletage peut être dû à différentes causes. L'une d'elles est simplement l'alternance de lits très fins pélitiques et micacés, lors de la sédimentation (schistosité primaire). Mais, généralement, la schistosité se développe plus tardivement, au cours de l'orogenèse (schistosité secondaire ou diagénétique).

Ce dernier type se distingue du précédent par le fait que les plans de schistosité ne coïncident pas avec les plans de stratification. Ils sont généralement obliques, et parallèles aux plans axiaux des plis de la roche dans le cas où celle-ci a subi un plissement isoclinal. Plis et schistosité sont dus à la même cause : une contrainte, sensiblement perpendiculaire aux plans de clivage, qui provoque l'orientation des minéraux phylliteux le long de ces surfaces de glissement, comme l'avait déjà montré expérimentalement A. Daubrée en 1879 : de l'argile comprimée dans un cylindre s'écoule à travers un orifice rectangulaire en feuillets perpendiculaires à la direction de la poussée.

Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux

Dessin : Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux

Dessin

Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux. Les plans de la schistosité sont légèrement obliques par rapport à la stratification sur les flancs des plis isoclinaux. L'obliquité est beaucoup plus accentuée aux charnières, où les bancs sont un peu plus épais. La flèche indique... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La schistosité dépend de l'intensité des contraintes mécaniques, mais aussi de la charge des sédiments : il semble qu'elle ne se manifeste qu'à une profondeur de l'ordre de 5 à 10 kilomètres. La limite où apparaît le feuilletage oblique par rapport à la stratification a été appelée par P. Fourmarier « front de schistosité ». Il est fonction non seulement des facteurs physiques évoqués ci-dessus, mais aussi de la plus ou moins grande aptitude des roches au feuilletage : ce sont celles de la série argileuse qui se clivent le plus facilement, en donnant des feuillets plus fins et plus réguliers que ceux de toutes les autres roches. Viennent ensuite les marnes, les calcaires, puis les grès. Sous une charge suffisante, des roches extrêmement dures (poudingues, quartzites) peuvent présenter une certaine schistosité, assez grossière il est vrai.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Schistes

Schistes
Crédits : Jacques-Marie Bardintzeff

photographie

Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux

Schistosité et stratification dans des plis isoclinaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  SCHISTES  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 173 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La chaîne nord-caraïbe »  : […] La partie orientale de la frontière nord de la plaque Caraïbes est jalonnée par le chapelet d'îles des Grandes Antilles : Cuba, la Jamaïque, Hispaniola, Porto Rico et îles Vierges. Ces îles représentent les fragments émergés de la chaîne nord-caraïbe, dont les lanières furent découpées et décalées au Tertiaire par des décrochements senestres. L'île de Cuba comporte dans sa partie centrale les zon […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 965 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'orogenèse mésozoïque »  : […] Observée depuis Hokkaidō jusqu'à Kyūshū (et sans doute dans la mer de Chine orientale au nord d'Okinawa), l'orogenèse mésozoïque constitue l'événement majeur du Japon. On y distingue un segment principal Okinawa-Japon du Sud-Ouest - Japon central - massifs d'Abukuma et de Kitakami du Japon du Nord-Est, et un segment formé par la chaîne de Hidaka dans le Hokkaidō central. La structure du segment pr […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 369 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les principaux faciès minéraux, base d'une classification génétique »  : […] Après avoir introduit et développé la théorie des faciès minéraux, P. Eskola a défini, à l'aide d'associations minérales critiques propres à chaque faciès, les faciès minéraux principaux , dont le nombre s'est accru avec le progrès des études, est actuellement de huit. Rappelons qu'appartiennent au même faciès minéral toutes les roches métamorphiques, d'origine et de composition chimique variées, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Canada. Décision de la Cour d’appel fédérale contre l’extension de l’oléoduc Trans Mountain. 30 août 2018

Le 30, la Cour d’appel fédérale annule le décret du gouvernement autorisant l’extension de l’oléoduc Trans Mountain qui transporte vers la côte de Colombie-Britannique le pétrole issu de l’exploitation des schistes bitumineux de l’Alberta. La Cour met en cause le processus de consultation […] Lire la suite

France – Canada. Visite du président François Hollande au Canada. 2-4 novembre 2014

français Total investit massivement dans l'exploitation des schistes bitumineux en Alberta –, tout en incitant le Canada à s'impliquer davantage dans la lutte contre le réchauffement climatique – le pays s'est retiré en décembre 2011 du protocole de Kyōto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles POMEROL, « SCHISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/schistes/