SAXE (histoire)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines (VIe-XIe s.)

Depuis le vie siècle, l'Empire franc était en contact avec les Saxons, qui étaient parvenus, à l'ouest, jusqu'à la basse vallée du Rhin et, au sud-est, jusqu'en Thuringe. Le premier, Charlemagne réussit après de rudes combats, de 772 à 804, à incorporer les provinces saxonnes de Westphalie, d'Engern et d'Ostphalie dans l'empire des Francs. Les évêchés francs et les abbayes occidentales participèrent activement à l'implantation de l'administration en créant des sièges épiscopaux et des monastères en Saxe. En outre, les liens que noua la noblesse saxonne avec les familles de l'aristocratie franque contribuèrent à la réussite de la politique des Carolingiens. Au cours du ixe siècle, les Liudolfinger, famille alliée à la grande noblesse franque et à la maison impériale, se trouvent à la tête du duché de Saxe, qui vient d'être fondé. En 919, le duc Henri de Saxe est élu roi de la partie orientale de l'Empire. Sous son règne fut entreprise la conquête des territoires situés à l'est, c'est-à-dire des terres slaves, au-delà de la ligne formée par l'Elbe et la Saale. Fait capital pour l'histoire de la région, il fonde en 929, en plein pays slave, la forteresse de Meissen.

Son fils, l'empereur Otton Ier, poursuivit cette politique vers l'est (Ostpolitik). À Magdebourg était fondée en 937 l'abbaye Saint-Maurice, qui devait être le centre des efforts missionnaires en terre slave, entre l'Elbe, la Saale et l'Oder. En 968, Magdebourg devenait archevêché, tandis qu'étaient créés les évêchés de Merseburg, de Meissen et de Zeitz. C'est à peu près à la même époque qu'apparaissent les margraviats, ou marches de l'Est, dont seule celle de Meissen put se maintenir. Son nom, « Mark Meissen » (ou Misnie), est mentionné pour la première fois en 1046. Dans le nord de la Saxe, une autre marche est créée en guise de protection contre les Wendes, les Danois et les Normands ; elle fut le berceau du duché saxon des Billung.

Sous le règne des héritiers d'Otton Ier, les territoires nouvellement conquis furent plusieurs fois menacés. Il fallut attendre Conrad II pour qu'en 1031 la sécurité fût définitivement assurée.

La marche de Meissen resta jusqu'en 1046 entre les mains des Ekkehardinger. Après leur disparition, elle revint à la maison de Weimar-Orlamünde, et enfin, en 1067, aux Brunons de Brunswick. Lors de la querelle des Investitures, la Saxe fut le théâtre d'âpres combats. Wiprecht von Groitzsch, gendre du roi Wratislav de Bohême, soutenait Henri IV. Il réussit à établir, au nord-ouest de la Saxe, autour des châteaux forts de Groitzsch et de Leisig, une position forte. Sa femme lui avait apporté en dot le pays de Nisani (autour de Dresde) sur l'Elbe et la Haute-Lusace avec Bautzen. Au début du xiie siècle, Wiprecht von Groitzsch fit venir des paysans allemands qu'il installa autour de Bad Lausick. Ce fut le début de l'exploitation systématique du pays. Au cours du xiie siècle, environ 350 000 paysans émigrèrent de l'Allemagne proprement dite vers la Saxe. La population slave autochtone prit une part importante à cette mise en valeur du pays. La situation juridique des deux peuples se rapprocha très rapidement, et, peu à peu, les deux ethnies se fondirent en une seule. La langue allemande devint prédominante, bien qu'en Lusace la langue sorabe se soit maintenue jusqu'à nos jours.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Allemagne : carte administrative

Allemagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Nymphe (détail), B. Permoser

Nymphe (détail), B. Permoser
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : attaché de recherche à l'institut historique allemand, Paris

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

18-31 août 2015 Union européenne. Crise migratoire.

Le 31, lors d’une conférence de presse, la chancelière allemande Angela Merkel en appelle au respect des « droits civils universels [qui] étaient jusqu’ici étroitement associés à l’Europe et à son histoire » et met en garde contre une remise en cause de la libre circulation dans l’espace Schengen en cas d’échec du projet de juste répartition des migrants parmi les États membres. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Klaus STOCK, « SAXE (histoire) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saxe-histoire/