SATANISME, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du blasphème à l'acte de foi

Même lorsqu'il n'atteint pas ces limites, le satanisme des « petits romantiques » recèle un élément novateur de première importance : il se situe à l'opposé de cette célébration de la nature qui entretient, même dans les formes les plus désespérées du romantisme, une certaine connivence entre la poésie et l'être. Disciples en cela encore du marquis de Sade, les adeptes de cette littérature ne tempèrent leur pessimisme par aucun recours à une transcendance qui compenserait les échecs et les souffrances d'ici-bas. Cette transcendance, ils la verraient plutôt, sous la forme de la nature, du hasard, de la fatalité, comme une force acharnée à la perte de l'homme, dont le seul recours serait de proclamer, sous forme d'œuvres d'art, sa dissidence d'avec tout ce qui pactise avec elle.

Si l'esthétique de Baudelaire comporte bien d'autres dimensions, elle tire une partie de sa force de pénétration dans l'avenir de s'être constituée autour d'une intuition qui n'est guère différente de celle-là. Le tranchant de son satanisme ne se situe pas ailleurs, car pour ce qui est des Litanies de Satan et autres poèmes de la section « Révolte » des Fleurs du mal, c'est bien plutôt au satanisme prométhéen qu'il conviendrait de les rattacher, et on a vu les équivoques que comporte cette position. Au contraire, placées sous l'invocation de cette entité génératrice de négativité qu'est l'Ennui (Au lecteur), Les Fleurs du mal montrent que la poésie vient d'une blessure infligée à l'être, qu'elle s'inscrit dans un vide prélevé sur le tissu compact des choses. Mais – et c'est là qu'intervient le génie de Baudelaire – cette blessure parle, comme on ne l'avait peut-être jamais fait auparavant. Elle parle de cet être déchu pour qui beauté et souffrance seront désormais indissociables. Elle parle aussi de cet « œil du ciel », à la fois redouté et désiré, de cet « azur » d'où l'être déchu est parti, et de toute cette harmonie entre l'homme et le cosmos qui n'est perceptible qu'au prix de la dissonance introduite par le mal. Ainsi la « postulation vers Dieu » et la « postulation vers Satan » s'impliquent et se conditionnent mutuellement. Quels qu'aient été les sentiments religieux de Baudelaire, on comprend que Barbey d'Aurevilly ait déclaré : « Après Les Fleurs du mal, il n'y a plus que deux partis à prendre pour le poète qui les fit éclore : ou se brûler la cervelle [...] ou se faire chrétien ! »

On le comprend d'autant mieux que l'approche de la foi s'opérait, chez Barbey, précisément sur les mêmes bases. On s'est parfois étonné que dans Les Diaboliques (1874) ne passe pas l'ombre de la queue d'un diable. C'est que, pour Barbey, le diabolisme se trouve – là encore sous le signe de Sade – dans l'acquiescement intime de l'homme et de la femme à ce qui renverse l'ordre de la nature, dans la violation, homosexuelle ou incestueuse, des frontières auxquelles le désir est voué à se heurter, dans les exaspérations de la sensualité qui confinent à un appétit d'anéantissement, et surtout, peut-être, dans le jeu intellectuel qui organise ces fantasmes, y compris au niveau narratologique, pour mettre en évidence dans l'amour ce que Baudelaire appelait déjà « une contre-religion satanique » (Journaux intimes). Que l'infini du bas, ainsi audacieusement prospecté, suppose un infini du haut, ne puisse subsister sans lui et appelle irrésistiblement à accorder sa foi à ce dernier, c'est ce que Barbey professe avec une sincérité que nous n'avons aucune raison de mettre en doute. « L'enfer, c'est le ciel en creux. » Cette maxime, proférée dans Le Bonheur dans le crime, résume sa paradoxale apologétique, mais le commentaire qu'il en donne souligne ce qu'auraient d'hétérodoxe les voies qu'elle trace, si c'était les seules pour parvenir à Dieu : « Le mot diabolique ou divin, appliqué à l'intensité des jouissances, exprime la même chose, c'est-à-dire des sensations qui vont jusqu'au surnaturel. »

Jules Barbey d’Aurevilly, Carolus-Duran

Photographie : Jules Barbey d’Aurevilly, Carolus-Duran

Dandy flamboyant, admirateur de Baudelaire et de Huysmans, Barbey d'Aurevilly donne volontiers pour cadre la Normandie, son pays natal, à des fictions où dominent la torture de soi et les amours contrariées. Carolus-Duran, Portrait de Jules Barbey d'Aurevilly, 1860. Huile sur toile. Château... 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

Il est bien évident en tout cas que chez Huysmans (et chez Barbey aussi, dans une large mesure) ce ne sont pas les sensations, mais les échos qu'elles éveillent dans l'esprit de celui qui en écrit, qui conduisent du blasphème à la prière. Lorsqu'il entreprend la rédaction de Là-bas (1891), Huysmans est à la recherche d'une formule qui lui permette de sortir de l'ornière du matérialisme naturaliste sans renoncer au souci documentaire et à la description vigoureuse des réalités [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  SATANISME, littérature  » est également traité dans :

LES FLEURS DU MAL (C. Baudelaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre classicisme et modernisme »  : […] Alors que le champ littéraire est partagé entre le déclin du romantisme, les théories du réalisme et de l'Art pour l'Art, Charles Baudelaire sort des impasses du romantisme en le radicalisant. Le sujet lyrique atteint ici l'universel. Il rompt le pacte poétique qui relie poésie et nature. Ce refus de la nature est refus du romantisme et de la création. Tout au contraire, c'est dans le négatif, le […] Lire la suite

BECKFORD WILLIAM (1759-1844)

  • Écrit par 
  • Ann Daphné GRIEVE
  •  • 668 mots

Riche héritier d'une vieille famille anglaise, fils d'un fastueux lord-maire de Londres, membre du Parlement et pair d'Angleterre, William Beckford, précurseur du romantisme, appartient à la lignée des mystiques de l'enfer. À vingt et un ans, « infernal amant » de sa cousine et amoureux des jeunes garçons, il compose Vathek , un « conte arabe », imitation des contes orientaux à la mode de l'époque […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Descente aux enfers et élan vers l'empyrée »  : […] Presque tout ce qui avait précédé l'immense marée romantique paraît étriqué et timide en comparaison. La Renaissance elle-même n'avait pas connu le même élan philosophique et de semblables échafaudages de systèmes. Même avec Cellini et Michel-Ange, Rabelais ou Marlowe, elle ne s'était pas de la même manière précipitée vers les abîmes intérieurs de l'homme et dans les repaires de l'inconscient ou d […] Lire la suite

LES DIABOLIQUES, Jules Barbey d'Aurevilly - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick AVRANE
  •  • 950 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La clinique de l'inconscient »  : […] Accusé de libertinage, de crime contre la morale comme le marquis de Sade, le catholique Barbey d'Aurevilly proteste. Sa volonté, affirme-t-il, est didactique : « Or, l'auteur de ceci, qui croit au Diable et à ses influences dans le monde, n'en rit pas, et il ne les raconte aux âmes pures que pour les en épouvanter » (Préface de 1874). L'écrivain clame son innocence en affirmant le caractère vérid […] Lire la suite

LE DOCTEUR FAUST, Christopher Marlowe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 805 mots

Dans le chapitre « Un pacte avec le diable »  : […] Marlowe hérite son personnage du Faustbook (1587), biographie allemande romancée d'un personnage réel, qui se présente comme une mise en garde destinée aux penseurs fascinés par les sciences occultes. Marlowe en fait un personnage tragique, qui découvre le dérisoire de la connaissance devant l'insurmontable finitude de l'homme. La pièce, publiée pour la première fois en 1604, puis dans une versio […] Lire la suite

L'ÉTRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE, Robert Louis Stevenson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une allégorie victorienne »  : […] Ce court texte se présente comme un emboîtement de récits, à la manière du roman de Mary Shelley (1797-1851), Frankenstein, ou le Prométhée moderne (1818), avec lequel les parentés sont également d'ordre thématique : le rapport entre créateur et créature est en effet au cœur du récit de Stevenson, qui renoue avec la légende médiévale du pacte avec le diable. Modernisée, la légende de Faust se mé […] Lire la suite

FAUST

  • Écrit par 
  • André DABEZIES
  •  • 3 909 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De l'histoire à la légende et au drame »  : […] Entre 1480 et 1540 environ vivait en Allemagne du Sud un certain Johann (ou Georg) Faust. À travers les rares documents qui signalent son passage dans une ville ou l'autre, il apparaît sous un jour douteux, tantôt maître d'école aux mœurs suspectes et tantôt charlatan de foire ou astrologue, mais guère humaniste ou savant. Sa fin reste ignorée, mais, très vite, une foule d'anecdotes amplifient les […] Lire la suite

FRÉNÉTIQUES LES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 492 mots

On appelle souvent frénétiques de nombreux écrivains français, vers 1830, que regroupe à proprement parler une tendance plutôt qu'une école. Cette tendance se ressent de l'influence du roman noir anglais de la fin du xviii e  siècle qui, traduit et imité à des milliers d'exemplaires, obtint un succès triomphant. Il s'agit principalement des romans d'Ann Radcliffe ( L'Italien , Les Mystères d'Udol […] Lire la suite

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 602 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La « grande pyramide » »  : […] Quand paraissent les Châtiments , voici deux mois que Hugo, sa famille et ses amis interrogent les esprits par le moyen des « tables mouvantes ». Expérience très singulière qui, par la rencontre d'un grand poète avec un médium exceptionnel, Charles Hugo, le fils de Victor, nous a valu des textes en prose et en vers qui sont parmi les plus puissants dans la littérature onirique. Les esprits apprenn […] Lire la suite

LÀ-BAS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 254 mots

Dans le chapitre « Démons et succube »  : […] Personnage central du roman, Durtal est un écrivain qui a abandonné le roman pour le récit historique. Bouleversé par La Crucifixion de Matthias Grünewald, qu'il a contemplée au musée de Cassel, il entreprend d'évoquer les violences et les exaltations du Moyen Âge, à travers la « formidable figure » de Gilles de Rais. Montrer « comment cet homme, qui fut brave capitaine et bon chrétien, devint su […] Lire la suite

Pour citer l’article

Max MILNER, « SATANISME, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/