SATAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « tactiques » de Satan

La tradition chrétienne distingue communément trois modes d'action de Satan. Le premier, la tentation, est le mode commun et peut s'interpréter de diverses façons. Selon l'optique de l'Épître de Jacques (« Dieu n'éprouve personne, mais chacun est éprouvé par sa propre convoitise ») et de la prière dominicale du Sermon sur la montagne (« Ne nous laisse pas succomber à la tentation »), la tentation serait comme anonyme. Mais ailleurs, elle est attribuée à Satan : « Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment » (Luc, xxii, 31) ; et il vient arracher la semence de la Parole de Dieu. Aussi, certains théologiens ont-ils admis que derrière chaque tentation, si minime soit-elle, se cache une influence démoniaque, supposant une présence permanente et universelle des démons. Thomas d'Aquin n'estime pas cette thèse nécessaire : « Occasionnellement et indirectement, le diable est bien la cause de tous nos péchés puisque c'est lui qui a induit le premier homme à faire le mal et qu'à la suite de ce premier péché la nature humaine a été tellement viciée que nous sommes tous maintenant enclins au mal [...]. Mais directement, le diable n'est pas la cause de toutes les fautes des hommes, à ce point d'insinuer chacune en particulier. » La tentation serait alors la pente spontanée au mal de la nature viciée, ce que Baudelaire appelait la « postulation vers le mal ». Ainsi, la tentation est ambiguë et comme surdéterminée : en tant qu'incitation au mal, elle provient de Satan ; en tant qu'épreuve, elle est permise par Dieu en vue d'un plus grand bien. Aussi Luther pouvait-il écrire paradoxalement : « Deus et in Sathana agit », et le Méphistophélès de Goethe se plaindre : « Je suis une partie de cette force qui veut toujours le mal et produit pourtant le bien. » La tentation en son fond a une signification salutaire : elle est l'occasion permise de l'exercice de la liberté pour ou contre Dieu. C'est pourquoi saint Paul disait que nul n'est tenté au-dessus de ses forces, c'est-à-dire que Dieu pose des limites au pouvoir de Satan, ou que Satan ne peut contraindre la liberté.

Les autres modes d'action attribués à Satan se traduisent par des manifestations spectaculaires, dont la réalité reste douteuse ; c'est l'infestation, par laquelle Satan persécute les saints (saint Antoine du désert, le curé d'Ars) pour leur faire abandonner leur vocation, et la possession : l'homme « possédé » sent en lui la présence (soit par intervalles soit en permanence) d'un « au tre » démoniaque qui lui fait proférer des blasphèmes et accomplir des actes sacrilèges ou anormaux. La réalité des possessions étant attestée par les Évangiles, l'Église a toujours admis leur possiblité de principe et a institué contre elles le rituel de l'exorcisme. Mais elle a aussi reconnu le caractère ambigu de ces phénomènes, assimilables à la démence et à l'hystérie ; la psychiatrie et la psychanalyse n'ont fait que confirmer la nécessité d'une interprétation prudente. La fausse possession résulterait d'une projection d'instances négatives du moi que la conscience refuse ; le moi se « défoulerait » de son obsession en la projetant comme une sorte de double extérieur et persécuteur (selon Freud, « le diable n'est pas autre chose que l'incarnation des pulsions anales érotiques refoulées »). Mais possession et maladie, il est vrai, ne s'excluent pas, la maladie pouvant être une faille par où se manifesterait un phénomène démoniaque. De toute façon, la signification théologique de la possession reste obscure : si l'on pense que le but de Satan est d'empêcher les hommes de croire, le fait qu'il se manifeste de manière aussi spectaculaire serait une piètre tactique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SATAN  » est également traité dans :

ANTÉCHRIST

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 188 mots
  •  • 1 média

C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin i er /déb. ii e s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos , dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement antichristos — bien avant l'apparition du christianisme. En effet, les espérances eschatologique […] Lire la suite

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 769 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La doctrine »  : […] Quelle que soit leur obédience, les cathares nient tous la Trinité, faisant du Père une personne supérieure au Fils et au Saint-Esprit. De même, ils croient à l'existence de deux règnes. Chaque dieu a son royaume : l'un invisible, spirituel, lumineux, excluant le mal ; l'autre visible, matériel, ignorant le bien, fait de souillures et de perversité. Toutefois, les uns, absolus, de l'ordre de Drago […] Lire la suite

JOB LIVRE DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 711 mots
  •  • 1 média

Le Livre de Job est classé parmi les Écrits ( Ketubim ) dans les différentes Bibles, mais à des endroits qui varient (dans le canon catholique, la version syriaque le met entre le Pentateuque et le Livre de Josué, tandis que la Vulgate le place en tête des livres didactiques). Ces divergences s'expliquent en partie par les incertitudes concernant l'origine du livre et l'époque de son héros. Le Li […] Lire la suite

MICHEL saint, archange

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 313 mots

Dans la tradition chrétienne et juive, Michel (en hébreu, mi-ka-El , « qui est comme Dieu ? ») est le plus grand des anges, lesquels sont classés selon une hiérarchie ordonnée. Le Livre de Daniel est le seul livre de l'Ancien Testament qui le connaisse ( x , 13, 21 ; xii , 1) ; Michel y apparaît avec les fonctions et les qualités principales — qu'il conservera dans toute la littérature apocalyptiq […] Lire la suite

MOON MOUVEMENT DE

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 3 178 mots

Dans le chapitre « Les croyances »  : […] Selon les Principes divins , Dieu, dans la création, a voulu le bonheur de l'humanité. Le péché d'Adam et d'Ève a introduit le désordre dans le monde, dans les deux domaines physique et spirituel. Depuis lors, Satan met opposition à la restauration de l'humanité dans son état premier. Sa lutte avec Dieu domine l'histoire, qui est celle des échecs divins, provoqués par Satan qui trompe l'homme. Ma […] Lire la suite

LE PARADIS PERDU, John Milton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'origine du mal »  : […] D'abord publiée en dix chants, avant d'être redivisée en douze, cette grande fresque épique en vers blancs se donnait pour but de « justifier devant les hommes les voies du Seigneur ». En mettant en scène deux épisodes cruciaux de la Bible, la rébellion de Satan, Ange déchu, et le péché originel d'Adam et Ève tentés par le serpent, Milton s'interroge sur l'origine du mal dans le monde. La progres […] Lire la suite

POSSESSION

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU, 
  • André PAUL, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 514 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Occident moderne »  : […] Qui dit possession ne dit pas sorcellerie. Les deux phénomènes sont distincts dans la société occidentale moderne et se relaient, alors même que bien des traités anciens les associent, voire les confondent. La sorcellerie (les épidémies de sorciers et de sorcières) vient d'abord. Elle s'étend du dernier quart du xvi e siècle (1570, Danemark ; 1575-1590, Lorraine ; etc.) au premier tiers du xvi […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture monumentale »  : […] À la fin du xi e  siècle, c'est-à-dire au moment où apparaît l'église romane pleinement constituée, la sculpture met au point ses programmes iconographiques, ses formes et ses principes de composition. Cette coïncidence chronologique n'est pas fortuite : elle exprime l'interdépendance entre l'architecture et la sculpture, qui tient aux caractères mêmes du style. Les chapiteaux continuent à retenir […] Lire la suite

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

On désigne par « satanisme » un certain nombre de courants qui se sont développés au xix e siècle, principalement en Angleterre et en France, dans l'orbite du romantisme. Il s'agit toujours, pour les auteurs qui magnifient Satan ou qui modèlent à son image des héros révoltés, de faire entendre leur protestation contre un ordre social jugé inique, contre une morale hypocrite ou oppressive, contre […] Lire la suite

Les derniers événements

16 février -13 mars 2019 Église catholique. Sanctions contre des dignitaires.

Dans son discours de clôture, François affirme que derrière les abus sexuels, « il y a Satan ». Il évoque « un problème [qui] existe presque partout », reconnaissant que ce fléau est « encore plus grave et scandaleux dans l’Église, parce qu’en contradiction avec son autorité morale et sa crédibilité éthique ». L’absence d’annonce de mesures concrètes déçoit les associations de victimes. […] Lire la suite

5-29 octobre 2004 Israël – Autorité palestinienne. Fin de l'opération Jours de repentir et départ de Yasser Arafat pour raisons de santé

Le 7, trois attentats visent des complexes hôteliers égyptiens fréquentés par des Israéliens, sur les rives de la mer Rouge, à Taba, Nouiebaa et Ras Satan. Le plus meurtrier frappe l'hôtel Hilton, à Taba. Le bilan s'élève à une trentaine de morts dont de nombreux Israéliens. Deux organisations islamistes inconnues revendiquent ces actions, tandis que le gouvernement israélien accuse Al-Qaida. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé ROUSSEAU, « SATAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/satan/