SĀRNĀTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie

Tête de Buddha, Sarnath, art de l'Inde

Tête de Buddha, Sarnath, art de l'Inde
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Une brillante école de sculpture

Les collections lapidaires du musée archéologique de Sārnāth offrent un résumé de l'évolution de la sculpture dans la région gangétique, du iiie siècle avant J.-C. au xiie siècle de l'ère chrétienne. Elles se composent de fragments d'architecture et de statues recueillis sur le site même et aux environs. Les pièces bouddhiques constituent un ensemble exceptionnel en raison de leur homogénéité et de la perfection dont beaucoup témoignent, surtout celles de la période classique Gupta et post-Gupta (env. ive-viiie s.). Les ateliers locaux bénéficièrent de la proximité de la carrière de Chunār, d'où l'on tirait un grès gris très apprécié dès la période Maurya (iiie s. av. J.-C.). Avec le magnifique « chapiteau d'Açoka », un ensemble important de petites têtes, aux faciès et aux coiffures très différenciés (portraits de donateurs ?), illustrent le style Maurya, tandis que des montants de balustrade présentent dans leur décoration de frappantes analogies à la fois avec les ouvrages de Bhārhūt et avec ceux du premier style de Šāñci (env. fin du iie s. av. J.-C.). Une grande statue en grès rouge du Bodhisattva (le Buddha Cākyamuni), amenée de Mathurā à Sārnāth, avait été dressée à l'endroit où, selon la légende, le Bienheureux aimait à méditer ; elle fut consacrée par un certain frère Bala dans la troisième année du règne de Kanisḳa (147 apr. J.-C. ?). Cette image puissante et rude a les traits des toutes premières effigies mathuriennes du Maître : frontalité, tête rasée, visage rond aux yeux grands ouverts, poing gauche sur la hanche et main droite (brisée) esquissant à hauteur de l'épaule nue l'abhayamudrā (« geste de non-crainte »), vêtement aux plis faits d'incisions parallèles, ceinture nouée. Elle jouit sans doute d'une grande considération car on voit auprès d'elle une réplique exécutée sur place en pierre de Chunār. La période Gupta vit se multiplier à Sārnāth des œuvres d'un équilibre parfait, alliant la robustesse à l'élégance et reflétant l'élévation de la pensée bouddhique. L'une d'elles (c [...]

Tête de Buddha, Sarnath, art de l'Inde

Tête de Buddha, Sarnath, art de l'Inde

Photographie

Tête de Buddha en grès. Site de Sarnath. Ve siècle. Musée national, New Delhi, Inde. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  SARNATH  » est également traité dans :

L'ÂGE D'OR DE L'INDE CLASSIQUE. L'EMPIRE DES GUPTA (exposition)

  • Écrit par 
  • Éléonore FOURNIÉ
  •  • 938 mots

Fondée vers 319-320 par Candragupta  I er sur les ruines de l'empire Kushāna, la dynastie des Gupta ( iv e - vi e  siècles) est considérée à juste titre comme l'apogée de la civilisation indienne. La majestueuse et inédite exposition présentée a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or-de-l-inde-classique-l-empire-des-gupta/#i_23305

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 288 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le témoignage des arts »  : […] Plus accessibles que la littérature, les arts classiques de l'Inde ont préservé, à travers des œuvres de qualité, une image idéalisée de la société et le reflet des conceptions en vigueur au temps des Gupta. Les édifices laïques, construits pour la plupart en bois, ont disparu. Seuls subsistent des monuments religieux : grottes destinées au culte ou à l'habitation des moines, creusées au flanc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-gupta/#i_23305

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Le Buddha de style Gupta (env. iv e - v e  s. et vi e  s.) transfigure les types créés antérieurement. Se détachant sur un grand nimbe délicatement ouvragé, la face aux yeux mi-clos rayonne d'une sérénité recueillie. Les effigies sorties de l'atel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_23305

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 234 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les colonnes dites d'Aśoka »  : […] Ces colonnes, dont seize subsistent, sont en grès, provenant probablement de Chunar, près de Bénarès. Le fût, toujours lisse et poli à l'émeri, est monolithe ; il peut peser jusqu'à 40 tonnes, et l'on imagine l'exploit qu'a représenté le transport de ces blocs sur des centaines de kilomètres. La colonne est fichée directement dans le sol ; elle est couronnée par un chapiteau (fixé par un tenon) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/#i_23305

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « SĀRNĀTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarnath/