SĀRNĀTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie

Tête de Buddha, Sarnath, art de l'Inde

Tête de Buddha, Sarnath, art de l'Inde
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Histoire et description du site

Le message du Buddha se répandit rapidement et les disciples se multiplièrent. À Sārnāth, un ordre de moines mendiants fut créé, la congrégation s'organisa. Les bâtiments conventuels se développèrent autour de la cellule qu'avait occupée le Maître. Le temple principal, dit jadis « cellule parfumée des origines », en marqua plus tard l'emplacement, dans la partie ouest du site. Transformé plusieurs fois au cours des âges, il fut vraisemblablement détruit par les Huns (fin du ve s. ou début du vie s.) puis, après qu'ils eurent disparu de la contrée, il fut reconstruit en briques et en pierres de remploi. Tel que nous le font connaître aujourd'hui ses vestiges, il s'élevait sur une terrasse carrée. Avec sa cella, carrée elle aussi, son porche et ses trois chapelles extérieures saillantes, il couvrait un plan en forme de croix grecque. Le sanctuaire supportait sans doute la haute superstructure caractéristique des temples du Nord dès le début de la période post-Gupta – légèrement curviligne et couronnée d'un ornement côtelé, image démesurément grossie du fruit de l'Emblique myrobolan ou āmalaka – et recouverte de cuivre doré : c'est du moins ce que laisse supposer, d'une part, l'épaisseur des murs et, d'autre part, une description laissée par le moine chinois Xuanzang qui visita Sārnāth vers 637. À l'ouest de ce temple, là où l'on suppose que le Bienheureux prononça le premier sermon, l'empereur Açoka, au iiie siècle avant notre ère, érigea un pilier monolithe en grès. Le fût poli, primitivement haut d'une quinzaine de mètres, porte un édit impérial flétrissant les schismatiques ; deux autres épigraphes y furent gravées ultérieurement (périodes Kusānā et Gupta). Quant au chapiteau, premier chef-d'œuvre de la sculpture indienne et orgueil du musée local, il se compose d'un lotus renversé, « campaniforme » ; d'un abaque où alternent quatre animaux de profil, d'un naturalisme vigoureux, avec des roues symbolisant la Loi bouddhique ; enfin, d'un groupe de quatre protomés de lions fièrement campés qui soutenaient jadis une énorme roue dressée [...]

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde

Photographie

Chapiteau composé de quatre lions, surmontant un abaque où alternent animaux et roues symbolisant la Loi bouddhique, provenant de Sarnath. Grès rouge. IIIe siècle. Musée archéologique, Sarnath, Uttar Pradesh, Inde. 

Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  SARNATH  » est également traité dans :

L'ÂGE D'OR DE L'INDE CLASSIQUE. L'EMPIRE DES GUPTA (exposition)

  • Écrit par 
  • Éléonore FOURNIÉ
  •  • 938 mots

Fondée vers 319-320 par Candragupta  I er sur les ruines de l'empire Kushāna, la dynastie des Gupta ( iv e - vi e  siècles) est considérée à juste titre comme l'apogée de la civilisation indienne. La majestueuse et inédite exposition présentée a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or-de-l-inde-classique-l-empire-des-gupta/#i_23305

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 288 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le témoignage des arts »  : […] Plus accessibles que la littérature, les arts classiques de l'Inde ont préservé, à travers des œuvres de qualité, une image idéalisée de la société et le reflet des conceptions en vigueur au temps des Gupta. Les édifices laïques, construits pour la plupart en bois, ont disparu. Seuls subsistent des monuments religieux : grottes destinées au culte ou à l'habitation des moines, creusées au flanc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-gupta/#i_23305

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Le Buddha de style Gupta (env. iv e - v e  s. et vi e  s.) transfigure les types créés antérieurement. Se détachant sur un grand nimbe délicatement ouvragé, la face aux yeux mi-clos rayonne d'une sérénité recueillie. Les effigies sorties de l'atel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_23305

MAURYA

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 3 234 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les colonnes dites d'Aśoka »  : […] Ces colonnes, dont seize subsistent, sont en grès, provenant probablement de Chunar, près de Bénarès. Le fût, toujours lisse et poli à l'émeri, est monolithe ; il peut peser jusqu'à 40 tonnes, et l'on imagine l'exploit qu'a représenté le transport de ces blocs sur des centaines de kilomètres. La colonne est fichée directement dans le sol ; elle est couronnée par un chapiteau (fixé par un tenon) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/#i_23305

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « SĀRNĀTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarnath/