SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évaluation des risques sanitaires liés à l'environnement

Les décisions en matière de santé environnementale sont de fait difficiles à prendre. Elles imposent l’usage de critères objectifs, de mesures ou d'extrapolation des risques encourus.

Mesure de la qualité de l'environnement

L'évaluation de la qualité de l'environnement est déjà délicate : que va-t-on mesurer, à quel endroit et à quelle fréquence ? La contamination d'un sol par une substance varie selon sa nature, le régime des eaux, mais aussi avec la capacité de la faune et de la flore du sol à dégrader, transformer ou au contraire accumuler cette substance. L'accumulation de produits toxiques dans certains organismes peut aboutir à des concentrations ingérées très supérieures à celles qui sont présentes dans le sol : la dioxine est plus facilement absorbée par le biais d'aliments contaminés que par inhalation ; les champignons ou le thym ont une fâcheuse tendance à concentrer le césium et le strontium (c'est une des causes de la persistance de pathologies autour de Tchernobyl) ; certains fruits de mer et poissons accumulent les métaux lourds (c'est une des causes du drame de Minamata). La difficulté de l'évaluation n'est pas simplement la conséquence de l'accumulation dans la chaîne trophique car elle soulève bien d'autres questions pratiques : À quelle hauteur par rapport au sol doit-on mesurer les polluants de l'air ? À quelle périodicité ? Ces difficultés d'appréciation sont du même ordre pour l'eau.

En fait, cette évaluation de la « qualité » de l'environnement devrait idéalement être le produit de différentes mesures concernant diverses substances. Les résultats sont techniquement aisés à obtenir par combinaison d'un ensemble de techniques physico-chimiques et biologiques. La détection de presque toutes ces substances ne pose plus de problème. Mais il est difficile d'assembler ces données pour définir la « qualité » d'un environnement, d'autant que les différents paramètres de la « pathogénicité » éventuelle de l'environnement sont souvent régis par des agences différentes. On note cependant quelques grandes réussites en la matière en ce qui concerne l'appréciation de la qualité de l'eau et de l'air, notamment dans les grandes villes de l'hémisphère Nord.

Apprécier la toxicité d'un agent physique ou chimique

La dangerosité des agents physiques ou chimiques et leurs effets physiopathologiques sur les organismes sont classiquement appréciés par la toxicologie, originellement science des poisons. L'étude de la toxicité des substances et de leurs signes cliniques (ou de souffrance cellulaire dans le cas de recherches menées sur des cellules en culture), manifestés en fonction des doses introduites, est essentiellement menée sur l'animal de laboratoire, en général des rats et des souris. Le fondement expérimental est la relation entre la dose et la réponse observée ainsi que l'étalement dans le temps des effets. La grille d'analyse est complexe puisqu'elle comprend la létalité, la morbidité avec les signes cliniques observés, l'anatomopathologie avec les atteintes d'organes jusqu'au niveau moléculaire, l'étude des effets sur les comportements ainsi que sur le développement embryonnaire, le métabolisme des substances, l'effet de ces métabolites, leur excrétion, etc. Ces analyses sont associées à des études in vitro portant sur les effets au niveau des cibles moléculaires de la substance étudiée. Cela posé, une difficulté majeure pour l'interprétation est due au fait que les modes d'exposition expérimentale utilisés dans les tests ne sont pas naturels. En outre, la projection des résultats à l'homme n'est en général pas simple car les modes de transformation de toxiques en d'autres substances éventuellement à l'origine de troubles ne sont pas exactement les mêmes chez l'homme et chez l’animal expérimental. Quoi qu'il en soit, ces résultats ont au moins valeur d'orientation et permettent d'affiner les études épidémiologiques chez l'homme, de préciser la gamme des concentrations toxiques et d'éliminer certaines substances du domaine commercial.

Une épidémiologie humaine complexe

En ce qui concerne l'établissement du lien entre l'exposition à un environnement et l'apparition d'une maladie, l'épidémiologie – avec son appareil statistique – est la méthode de choix. Celle-ci exige l'existence d'une nosographie (description et classification des maladies) précise, nécessaire pour échapper à la pression subjective qui lie désormais n'importe quelle maladie à un effet environnemental, et repose sur la notion de dose reçue d'une substance et sur celle d'exposition dans le temps à cette substance. Elle implique de travailler sur des populations (exposées et non exposées) de grande taille, du fait de l'hétérogénéité des réponses individuelles, pour faire apparaître des corrélations significatives entre la substance, l'exposition et le développement de certaines maladies. Il faut également tenir compte du caractère multifactoriel de l'étiologie de nombreuses maladies, hormis celles pour lesquelles un rapport avec une substance est univoque.

Les limites de l'épidémiologie sont connues. Cette discipline cherche à déterminer un écart significatif par rapport à une fréquence moyenne de la même maladie observée hors exposition. Les périodes de temps d'exposition peuvent être longues, au moins vingt ans dans le cas de Seveso, pour que soit prouvée l'augmentation de la fréquence de cancers chez les sujets exposés. L'épidémiologie est enfin dans l'incapacité de gérer des regroupements temporaires ou accidentels de maladies (clusters) et, bien entendu, se heurte à la difficulté de prendre en compte les sensibilités individuelles tant aux maladies qu'aux substances incriminées. En fait, il est très difficile d’évaluer le risque pour une personne donnée, par exemple en tenant compte de son alimentation et des particularités éventuelles du métabolisme et de son mode de vie.

Les anomalies de la distribution de certaines maladies professionnelles sont prises en compte pour relier une maladie à une cause environnementale. C'est ainsi qu'a pu être établi le pouvoir cancérogène du formol, du toluène, du benzène ou de la dioxine, et des effets sur la prostate du chlordécone. C'est également l'augmentation des cancers du poumon chez les femmes japonaises après 1945 (celles-ci ne fumant guère auparavant) qui a contribué à établir la relation entre tabac et cancers broncho-pulmonaires.

Ce rapport entre exposition (aiguë, périodique ou chronique) à une substance et probabilité de la pathologie ou de la susceptibilité à un trouble étant attesté sur le plan statistique, il reste à établir la réalité de l'exposition à cette substance, la mesurer puis déterminer les doses auxquelles le sujet est réellement exposé. Ces deux derniers points sont généralement très difficiles à apprécier, même s'il existe dans quelques rares cas – comme l'exposition à des sources radioactiv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Bouleau en fleur

Bouleau en fleur
Crédits : Katafei/ Shutterstock

photographie

Intoxication au mercure, Minamata (Japon)

Intoxication au mercure, Minamata (Japon)
Crédits : W. Eugène Smith/ D.R.

photographie

Cerf et biches

Cerf et biches
Crédits : M. Gorpenyuk/ Shutterstock

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  SANTÉ ET ENVIRONNEMENT  » est également traité dans :

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Céline CRESSON, 
  • Claire LAMINE, 
  • Servane PENVERN
  •  • 7 860 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Gestion de la santé des plantes et des animaux »  : […] Un des fondements de la gestion sanitaire, des plantes comme des animaux, est de renforcer le système immunitaire et les défenses naturelles des organismes et de l’agroécosystème. En agriculture biologique, la protection des cultures est fondée sur la prévention des dommages causés par les ravageurs, les maladies et les adventices. Elle est caractérisée par une suite d’interventions mises en œuvr […] Lire la suite

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 488 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment retrouver un environnement protecteur ? »  : […] Ainsi, l’excès d’hygiène pour se protéger des microbes dès la petite enfance n’est donc pas nécessairement favorable. Un environnement dit « naturel », au sens de non ou peu aseptisé, rendrait les enfants moins vulnérables aux allergies et à l’asthme. Mais comment retrouver un effet protecteur, puisqu’il est saugrenu d’envisager un retour au mode de vie rural du xix e  siècle ? Posée en ces termes […] Lire la suite

BISPHÉNOL A

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 825 mots

Le 4,4-isopropylidènediphénol, dit bisphénol A (ou BPA), et d'autres molécules apparentées sont largement utilisés dans l'industrie agroalimentaire pour tapisser l'intérieur d'emballages, dans les films à usage alimentaire, dans les biberons, mais aussi pour les papiers thermiques comme révélateur de couleur, les CD, les DVD, des adhésifs, des colles, etc. Pourtant, en dépit de ces usages multipl […] Lire la suite

BROUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 267 mots
  •  • 3 médias

Le brouillard est une suspension de très petites gouttelettes d’eau recouvrant les paysages sous la forme d’un voile, le plus souvent blanchâtre, qui réduit fortement la visibilité. Il tend à être grisâtre lorsqu’il est peu dense, et à prendre une faible coloration lorsqu’il est associé à des particules de poussière ou de fumée. Son épaisseur verticale est comprise entre quelques mètres et plusie […] Lire la suite

MARÉES VERTES

  • Écrit par 
  • Alain MENESGUEN
  •  • 734 mots

Depuis les années 1970, un nombre croissant de plages et de vasières de la côte bretonne sont envahies, du printemps à l'automne, par une prolifération de macro-algues vertes (ulves libres et entéromorphes fixées). Cette conséquence typique (phénomène dit d'eutrophisation) d'un enrichissement excessif des eaux côtières en substances nutritives, surtout azotées, nuit au tourisme et à la conchylicu […] Lire la suite

O.G.M. (ÉTUDE SÉRALINI SUR LES)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 458 mots
  •  • 1 média

Plusieurs végétaux génétiquement modifiés (OGM), maïs, soja, pomme de terre, tomate, etc., ont été mis sur le marché depuis la fin des années 1990. Selon le cas, ces végétaux sont moins sensibles aux insectes, résistent à des herbicides ou possèdent des propriétés alimentaires particulières. En Europe, chaque culture en champ a été précédée de tests aux échelons national et européen pour évaluer […] Lire la suite

PARABÈNES

  • Écrit par 
  • Patrick BALAGUER
  •  • 830 mots

Dans le chapitre « Des molécules controversées »  : […] Les parabènes font l'objet de vives controverses car ils sont soupçonnés d'augmenter la survenue de tumeurs du sein et de nuire à la fertilité masculine notamment en agissant pendant le développement du fœtus. Le 3 mai 2011, l'Assemblée nationale a adopté, au nom du principe de précaution, une proposition de loi visant à interdire les parabènes et deux autres familles de produits chimiques qui so […] Lire la suite

PARTICULES ATMOSPHÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Karine DESBOEUFS, 
  • Jean-François DOUSSIN
  •  • 6 941 mots
  •  • 7 médias

L’atmosphère est composée non seulement de gaz – dont les plus importants sont de loin l’azote et l’oxygène – mais également de particules solides et liquides en suspension dans l’air. Celles-ci, de composition chimique et de taille variées, contribuent de façon importante à la pollution atmosphérique observée dans différentes régions du monde. À ce titre, les particules sont très étudiées depuis […] Lire la suite

PÉRIURBANISATION

  • Écrit par 
  • Estelle DUCOM
  •  • 4 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'argument environnemental »  : […] Cette thèse met en évidence les problèmes environnementaux accrus par la périurbanisation : pollution atmosphérique due en particulier au gaz carbonique, causée par l'automobile, consommation énergétique, changements d'utilisation des sols et dégradation des ressources naturelles, dégradation paysagère. La consommation d'énergie relative au transport des habitants est fortement corrélée aux densit […] Lire la suite

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 828 mots
  •  • 5 médias

Le grand public est alerté régulièrement sur les risques liés à l'exposition de l'homme à certains produits chimiques présents dans l'environnement. La toxicité du bisphénol A, l'épandage de pesticides sur les cultures ou encore les risques associés aux déchets industriels déversés dans les rivières font l'objet de nombreux débats dans les médias. Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'utilisation […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 juillet 2021 Inde. Large remaniement gouvernemental.

Santé Harsh Vardhan, dont la gestion de la pandémie de Covid-19 était vivement critiquée, et le ministre de la Justice Ravi Shankar Prasad, jugé responsable de nombreuses arrestations arbitraires par les défenseurs des libertés. Outre ces deux figures du gouvernement, dix autres ministres avaient démissionné la veille, parmi lesquels les ministres  […] Lire la suite

3 septembre 2020 France. Présentation du plan de relance de 100 milliards d'euros.

santé. Les syndicats, l’opposition et une frange de la majorité dénoncent le fait qu’aucune contrepartie n’a été demandée aux entreprises en matière d’emploi et d’environnement. […] Lire la suite

27 février 2020 France. Mise en examen de la société Lubrizol.

l’environnement et à la santé. En septembre 2019, l’incendie de l’usine chimique Lubrizol de Rouen, classée Seveso, qui avait entraîné la combustion d’une dizaine de milliers de tonnes de produits chimiques, avait provoqué une vaste pollution atmosphérique. Placée sous contrôle judiciaire, Lubrizol doit également constituer une sûreté de 4 millions […] Lire la suite

25-29 janvier 2018 Allemagne. Révélation de tests réalisés par l'industrie automobile sur des singes et des humains.

l’environnement et la santé dans le secteur du transport, organisme financé par les constructeurs allemands Volkswagen, Daimler et BMW et par l’équipementier allemand Bosch, a pratiqué des tests sur des macaques en 2014 pour mesurer les effets des oxydes d’azote émis par les moteurs Diesel. Le 29, Le Süddeutsche Zeitung et le Stuttgarter Zeitung affirment […] Lire la suite

9-16 janvier 2018 Pologne. Limogeage de ministres et réforme du code électoral.

Santé et de l’Environnement. Leurs prises de position avaient contribué à alimenter l’accusation de violation des valeurs de l’Union européenne portée par la Commission pour justifier sa demande d’activation de l’article 7 du traité de l’UE à l’encontre de Varsovie, en décembre 2017. Le 11, le Parlement adopte une proposition de loi qui modifie le  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « SANTÉ ET ENVIRONNEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-et-environnement/