SANSKRITE ou SANSCRITE LITTÉRATURE

ĀGAMA

  • Écrit par 
  • Hélène BRUNNER
  •  • 1 643 mots

Le terme sanskrit āgama signifie « tradition » et est utilisé pour désigner, dans diverses écoles religieuses indiennes, une catégorie précise de textes faisant autorité pour l'école en question. Au sens étroit, ce sont des traités techniques de la religion shivaïte de l' Inde du Sud. Ils ont, de ce point de vue, une importance considérable : leur étude permet de mieux comprendre la religion et l' […] Lire la suite

ALAṂKĀRA-ŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 2 034 mots

Le terme alaṃkāra-śāstra , littéralement « enseignement des ornements », désigne, en fait, l'art poétique sanskrit en général. Outre l'étude des figures de style, cette branche importante de la scolastique sanskrite comprend une esthétique de la poésie, une psychologie à l'usage de la littérature, une méthode de critique littéraire, et quelques sujets adventices utiles au poète. […] Lire la suite

AMARU

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 265 mots

L'une des œuvres majeures de la poésie lyrique sanskrite porte le nom d' Amaru-Shataka ( amaruśataka ), c'est-à-dire les « Cent Poèmes attribués à Amaru ». Il s'agit d'une série de strophes de mètres variés, dont chacune tend à l'autonomie, comme il est de règle en sanskrit, qui sont composées et disposées selon un art parfait et visent à susciter chez le lecteur des émotions diverses mais ont to […] Lire la suite

ARTHAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 2 779 mots

Dans son acception large, le mot sanscrit artha couvre le champ sémantique du français « objet ». En un sens restreint, l' artha est l'action intéressée ou l'intérêt pour la richesse matérielle et la puissance. À ce titre, l' artha figure dans la liste hiérarchisée des « buts de l'homme » : inférieur au dharma , système des normes juridiques et socio-religieuses qui permettent à l'homme d'être […] Lire la suite

ARTHAŚĀSTRA (attribué à Kautilya) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 1 523 mots

L' Arthaśāstra constitue le principal traité de l'art politique de l'Inde ancienne. Attribué à Kau . tilya (ce nom passe pour le surnom de Cānakya, le conseiller de l'empereur Candragupta, fondateur de la dynastie Maurya), le texte qui nous est parvenu résulte sans doute d'une compilation à partir de matériaux anciens faite par Vịṣnugupta au iii e ou iv e  siècle. Ce Traité de l'intérêt est c […] Lire la suite

AŚVAGHOṢA (80?-? 150)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 389 mots

Poète, dramaturge, musicien et penseur bouddhiste, Aśvaghoṣa vivait à l'époque de l'empereur Kaniśka (seconde moitié du ii e siècle). D'après Xuanzang, il était considéré, avec ses contemporains Nāgārjuna, Āryadeva et Kumāralāta, comme un des quatre soleils illuminant le monde. Les traditions concernant ses origines sont confuses ; plusieurs villes (Sāketa, Vārānasī, Śrāvastī, entre autres) passe […] Lire la suite

BENGALI LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • France BHATTACHARYA, 
  • Jharna BOSE
  •  • 5 137 mots
  •  • 1 média

Au vi e  siècle avant J.-C., les Aryens s'établissent au Bengale ; ils y apportent le sanskrit, langue littéraire, et le prakrit, leur langue parlée, qui est l'origine du bengali proprement dit. Le sanskrit ne cessera jamais d'exercer une influence sur la langue et la littérature bengalis. Même s'il n'est plus parlé après la conquête musulmane, il reste la référence classique par excellence ; la […] Lire la suite

BHAGAVAD GĪTĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 183 mots

Dans le chapitre « Unité d'inspiration »  : […] La Bhagavad Gītā ou, comme on dit souvent pour abréger, la Gītā , se présente comme un dialogue versifié de 700 stances épiques ( śloka ), découpé en 18 chants – les chants XXV à XLII du VI e  livre du Mahābhārata . Le récit s'inscrit dans le cadre d'un autre dialogue, procédé familier depuis les Upaniṣad et habituel aux textes épiques. Comme les autres ouvrages de l'Inde ancienne, elle n'a pas […] Lire la suite

BHĀGAVATA PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 328 mots

Ouvrage qui compte parmi les plus illustres des textes sacrés hindous de langue sanskrite, connus sous le nom de Purānas. C'est le livre sacré des Bhāgavatas, dévots de Vishnu, qui est vénéré sous le nom de Bhagavant, le « Gracieux Seigneur ». Le Bhāgavata Purāṇa (« Histoires anciennes du Seigneur »), peut-être le plus récent des Purānas, est vraisemblablement postérieur au x e  siècle ; on situe […] Lire la suite

BHĀRATA

  • Écrit par 
  • Roland BRETON
  •  • 314 mots

La tradition sanskrite se fonde sur un ensemble de Shâstras ( śāstra , « traité normatif »), où sont énoncées les règles propres à chaque technique : médecine, astrologie, érotisme, etc. Dans le domaine littéraire, le plus célèbre de ces Shâstras est celui qui concerne l'art dramatique ; attribué à un certain Bhârata et concernant notamment la danse ( nâtya ), on le nomme Bhâratîya-Nâtya-Shâstr […] Lire la suite

BHĀRATA NĀṬYA-ŚĀSTRA DE

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 213 mots

Héros éponyme de l'Inde, fils du roi Dushyanta (ou Dushmanta), de la dynastie « lunaire » des Pauravas, et de la belle Shakuntala, fille de l'ermite Vishvamitra, Bhārata aurait été suivant la tradition le premier souverain universel de l'Inde. Ses trois « fils », ou descendants par Shantanu roi d'Hastināpura, sont : Dhritarāshtra, dit Kuru, né aveugle, Pāndu, le « pâle », et le sage Vidura. Des de […] Lire la suite

BHARTṚHARI (VIe s.?)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 376 mots

L'un des meilleurs poètes lyriques de l'Inde ancienne, d'expression sanskrite, Bhartṛhari (Bhartrihari) est mal connu ; on le situe avec quelque probabilité au vi e  siècle. Le pèlerin chinois Yijing, qui visita l'Inde au vii e  siècle, parle de lui comme d'un bouddhiste, cependant que d'autres traditions en font un prince (son frère était roi, dit-on) de religion shivaïte. Il semble qu'il ait été […] Lire la suite

BHAVABHŪTI (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 412 mots

L'art dramatique indien d'expression sanskrite est dominé par le nom de Kâlidâsa (peut-être du iv e s.), mais la gloire de celui-ci a suscité toute une lignée de poètes désireux de l'égaler, sinon de le surpasser. Le plus important de ces continuateurs est Bhavabhûti (Bhavabhūti), un brahmane de haute culture qui fit carrière à la cour du roi Yashivarman (Yaśivarman), de Kanauj (Kanyākubja, au bo […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les « sūtra » du Mahāyāna »  : […] Contrairement à celle du bouddhisme antique, la littérature du Mahāyāna a été conservée en majeure partie, surtout pour ses œuvres importantes, soit sous sa forme indienne, le sanskrit, soit dans ses traductions chinoise et tibétaine. Elle s'est, en effet, maintenue jusqu'au xx e  siècle dans la plupart des sectes de l'Extrême-Orient comme de celles du Tibet et de la Mongolie ; elle y est regardée […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de Mahāyāna (« […] Lire la suite

CANDRAKĪRTI (fin VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 562 mots

Un des plus grands maîtres de l'école mādhyamaka. Candrakīrti serait né au Samanta, dans le sud de l'Inde. Élève de Kamalabuddhi, il découvre par lui les œuvres de Nāgārjuna, de Buddhapālita et de Bhāvaviveka. Établi à Nālandā, il se trouva en concurrence avec Candragomin, de l'école yogācāra. Celui-ci devait l'emporter et devenir le chef de la grande université bouddhique. L'œuvre de Candrakīrti, […] Lire la suite

CARAKA SAṂHITĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 382 mots

Titre d'un traité de médecine relevant du canon védique et attribué à un certain Caraka. Des prescriptions médicales apparaissent dans la littérature sanskrite dès l'époque védique (~ II e et ~ I er millénaire) mais restent sporadiques ou simplement allusives. Il faut attendre les i er et ii e siècles pour voir apparaître un corpus constitué, dont le caractère achevé montre qu'il est le fruit […] Lire la suite

DAṆḌIN (VIIe s. env.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 341 mots

La littérature sanskrite comprend un très grand nombre d'œuvres poétiques, rédigées en vers, mais connaît peu d'ouvrages en prose, la prose étant, dans l'Inde ancienne, tenue pour facile, donc inférieure. Elle comporte cependant des contes en prose mêlée de vers (le Panchatantra , le Hitopadesha ), quelques traités techniques et même un petit nombre de « romans », dont les deux plus célèbres sont […] Lire la suite

DHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 533 mots

La notion de dharma (« ordre », « religion », « lois ») recouvre tout ce qui constitue l'hindouisme dans sa spécificité : le rituel, la dogmatique, le droit, l'organisation sociale, etc. À ce titre, la « science [ śāstra ou shâstra ] du dharma » n'est pas autre chose qu'un exposé exhaustif de la « civilisation hindoue » en tant que telle, et c'est bien ainsi que le terme de Dharma-Shâstra est cour […] Lire la suite

GĪTA-GOVINDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 477 mots

L'un des plus célèbres poèmes lyriques de la littérature sanskrite. Attribué avec la plus grande vraisemblance à un brahmane bengali du xii e  siècle, nommé Jayadéva, le Gīta-Govinda (« célébration du bouvier Krishna ») est, en fait, un petit drame à deux personnages, Krishna et Rādhā, auxquels s'ajoutent quelques comparses. Avatāra (« incarnation ») du dieu Vishnu, le jeune prince Krishna parcour […] Lire la suite

GORAKHNĀTH (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 375 mots

Personnage dont on sait peu de chose, sinon qu'il a dû naître dans le premier quart du xii e  siècle dans un village du piémont himalayen, et qui apparaît, sinon comme le fondateur de la secte des Nāths, du moins comme celui qui lui donna ses premières lettres de noblesse sous la forme de textes sanskrits où la doctrine du mouvement se trouvait définie. Ces traités sont presque tous perdus et l'on […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « La phonétique »  : […] La littérature de śikṣā comprend deux genres de textes. Les plus anciens, appelés Prātiśākhya , textes « de chaque branche » du Veda , contiennent des règles utiles à la récitation des hymnes et formules védiques dans les diverses branches ou recensions des textes sacrés. La récitation se faisait sous plusieurs formes, en préservant la continuité de l'énonciation, ce qui en sanskrit implique un […] Lire la suite

HARSHA, roi de l'Inde (606-647)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 265 mots

Souverain converti au bouddhisme, sous le règne duquel se trouva unifiée, au ~ vii e siècle, l'Inde septentrionale (du Cachemire au Bengale) et dont la capitale était Kanauj. Harsha (surnommé siladitya , « soleil de vertu ») passe pour avoir favorisé les artistes de son temps et fait de sa cour un des hauts lieux de la culture indienne classique. Il semble qu'il ait été lui-même un écrivain, car […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'idée de tradition épique en Inde »  : […] Les plus anciens monuments littéraires indiens qui nous sont parvenus sont les Veda, recueils d'hymnes et textes religieux qui ne sont pas dénués de matière épique. Il faut attendre les environs de l'ère chrétienne pour avoir de véritables récits suivis et pouvant recevoir la dénomination d'épopée : le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa sanskrits, le Cilappatikāram tamoul, etc. La conscience de la narr […] Lire la suite

HITOPADEŚA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 258 mots

La littérature sanskrite abonde en recueils de contes, rédigés à des époques fort différentes, mais qui, tous, se rattachent à un fonds commun probablement très ancien. Le Hitopadeśa est l'un des modèles de ce genre littéraire. Attribué tantôt à Nârâyana, tantôt à Vishnusharman (qui ne sont pour nous que des noms), ce recueil est de date indéterminée (peut-être du ix e ou du x e s.). Il est écr […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les collections de Suśruta, de Caraka et de Vāgbhaṭa »  : […] Un signe évident de la position centrale de la biologie (l'Āyurveda qui, nous l'avons dit, est bien plus qu'une médecine) parmi les sciences dans l'Inde, c'est que les śāstra, les textes classiques, sont dans ce domaine beaucoup plus anciens qu'en astronomie ou en mathématiques. L'astronome par excellence, Āryabhaṭa, vivait au vi e  siècle, et le mathématicien dont les manuels se sont imposés comm […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le sanskrit »  : […] La langue indo-aryenne la plus anciennement attestée littérairement est le sanskrit védique ou « vieil-indien » encore très proche de l'iranien des gāthā de l' Avesta . C'est la langue des Veda (1500-1000 av. J.-C.), textes religieux destinés à être vénérés, plus tard comme textes canoniques par des groupes divers de l'hindouisme. Une vaste littérature d'exégèse religieuse est issue de ces texte […] Lire la suite

JAYADEVA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 264 mots

Brahmane bengali à qui est attribué, selon toute vraisemblance, l'un des plus beaux poèmes de la littérature sanskrite, le Gîta-Govinda (la « Célébration du bouvier Krishna »). Si l'on en croit les récits traditionnels, Jayadeva aurait vécu au xii e  siècle, d'abord dans le village de Kindavila (où, actuellement encore, on fête l'anniversaire de sa naissance), puis à la cour du roi Lakshmana (de […] Lire la suite

KĀDAMBARĪ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 220 mots

Le brahmane lettré Bâṇa Bhaṭṭa, qui vécut très probablement au vii e  siècle à la cour du roi Harsha, souverain de Kanauj (Kanyakūbja, sur le Gange), s'est fait un nom dans la littérature indienne classique d'expression sanskrite grâce à deux œuvres maîtresses : l' Histoire du roi Harsha ( Harṣacarita ) et la Kâdambarî ( Kādambarī , nom de l'héroïne). Cette dernière appartient à un genre peu pris […] Lire la suite

KALHANA (fin XIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 226 mots

La seule œuvre indienne de langue sanskrite qui ressemble au genre historique occidental est la chronique des souverains du Cachemire, La Rivière des rois ( Rāja - taraṅgiṇī ). Ces « annales », où la succession des chefs d'État est comparée à un collier de joyaux, est due à un brahmane local, nommé Kalhana, qui vécut probablement à la fin du xi e  siècle. En fait, son livre ressemble plus à un rec […] Lire la suite

KĀLIDĀSA (IVe-Ve s. env.)

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 1 705 mots

Kālidāsa est le nom le plus célèbre de la littérature sanskrite. Dès que son œuvre est connue en Europe, elle suscite l'enthousiasme des romantiques. En Inde même il est cité très tôt, à partir du vii e siècle, comme le premier poète, modèle de toute perfection littéraire, miroir fidèle de l'idéal hindou. Tout l'ordre, toute l'éthique du dharma y sont présents. L'hindouisme y apparaît sous sa f […] Lire la suite

KATHĀ-SARIT-SĀGARA (XIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 205 mots

Les littératures de l'Inde abondent en recueils de contes et de fables dans les diverses langues du subcontinent. En sanskrit, ce type de récit à moralité apparut dès la période védique, puis il prit place dans les grands poèmes épiques, avant d'atteindre sa forme achevée dans les « livres de fables » de l'époque classique ( Panchatantra , Hitopadésha , etc.). Au xi e  siècle, un brahmane kashmîri […] Lire la suite

MAHĀBHĀRATA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 4 061 mots
  •  • 1 média

Le Mahābhārata , le Grand Bhārata , en fait la « Grande (Geste) des Bhārata », est l'une des deux épopées sanskrites qui ont servi de toile de fond et d'inépuisable réservoir à la littérature hindoue ultérieure. Lorsqu'on dit seulement : l'« Épopée », avec une majuscule, on se réfère toujours au Mahābhārata qui, par son étendue – plus de cent mille stances divisées en dix-huit chapitres –, représ […] Lire la suite

MAHĀBHĀRATA (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Le Mahābhārata , ou la « Grande (Guerre) des Bhāratas », est la plus vaste œuvre connue de la littérature hindoue : ses dix-neuf livres ne comptent pas moins de cent vingt mille versets. Immense compilation de récits oraux à l'origine, cette œuvre collective qu'on attribue au mystique Vyāsa aurait pris forme entre le iv e  siècle avant J.-C. et le iv e  siècle de notre ère, et aurait été constamme […] Lire la suite

MAHĀYĀNA ou GRAND VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 1 365 mots

Dans le chapitre « La langue sanscrite et les écritures  »  : […] L'essor du Mahāyāna s'accompagne d'une évolution linguistique marquée. Le bouddhisme ancien avait, semble-t-il, sciemment refusé l'usage du sanscrit, langue sacrée de l'Inde védique et brahmanique, pour privilégier les langues moins religieusement marquées, tel le pāli, qui reste la langue majeure du « Petit Véhicule ». Le nouveau mouvement revient à l'usage du sanscrit, même si c'est un sanscrit […] Lire la suite

MĀNAVADHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 666 mots

La tradition hindoue enseigne que l'humanité actuelle descend d'un homme qu'elle nomme Manu ; celui-ci appartient en fait à une race plus ancienne dont tous les représentants furent anéantis, sauf lui, dans un déluge. Manu, seul « juste » parmi des millions de méchants, fut averti par Dieu (Vishnu, incarné en poisson) que les eaux allaient monter et qu'il lui fallait construire un navire pour se s […] Lire la suite

NÉPAL

  • Écrit par 
  • Gilles BÉGUIN, 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Luciano PETECH, 
  • Philippe RAMIREZ
  •  • 16 327 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Sanskrit »  : […] Ils ont (Musulmans exceptés) une langue savante commune, le sanskrit. Le Népal est resté une bibliothèque de l'Inde classique hindoue et bouddhiste. Les Népalais y ont ajouté leur propre contribution à la littérature sanskrite : de l'Antiquité et du haut Moyen Âge, seules les inscriptions ont survécu : des livres originaux écrits entre le xiv e et le xx e siècle sont préservés. Ils émanent surto […] Lire la suite

PAÑCHATANTRA ou PAÑCATANTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 843 mots

Depuis les temps les plus archaïques, contes et fables tiennent une place importante dans les diverses littératures indiennes. C'est que l'apologue, la parabole, la comparaison jouissent dans la tradition de l'Inde d'une plus grande faveur que la démonstration. On a donc toujours affaire à des récits relativement brefs dont le déroulement est fonction de la morale qui apparaît au début ou à la fin […] Lire la suite

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Les amours de Kṛṣṇa et de Rādhā »  : […] Rādhā n'apparaît pas dans les Purāṇas , récits légendaires composés en sanscrit – ou du moins son nom ne s'y trouve pas. Mais dans les provinces orientales, au Bengale et au Bihar, dès le xiv e  siècle, se développe une remarquable littérature composée essentiellement de chansons sur le thème des amours de Kṛṣṇa et Rādhā. Le décor est toujours le même : la solitude boisée du Vṛndāban, émaillé de f […] Lire la suite

PETIT CHARIOT DE TERRE CUITE LE

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 566 mots

Les deux pièces de théâtre indiennes les plus connues en Occident sont Śakuntalā , que Goethe mettait au-dessus des œuvres de Shakespeare, et Le Petit Chariot de terre cuite ( Mṛcchakatika ), que Gérard de Nerval adapta pour la scène française en 1850. Cette dernière œuvre est tout à fait insolite dans la tradition dramatique sanskrite, d'une part du fait de la personnalité de son auteur supposé, […] Lire la suite

PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 344 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Une tradition que les purāṇa eux-mêmes s'efforcent d'établir est celle d'un Purāṇa d'origine dont les divers purāṇa connus ne seraient que des fragments. Le terme, il est certain, apparaît tôt dans la littérature sanskrite : l' Atharva le mentionne à la suite des quatre Veda ; toutefois, il ne s'agissait probablement pas à cette période d'un texte unique, ni même de textes particuliers, mais d'u […] Lire la suite

RĀMĀYAṆA

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 446 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vālmiki et le « Rāmāyaṇa » »  : […] La légende décrit Vālmīki comme un homme de naissance modeste, mais génial, qui aurait vécu à la cour d'Ayodhyā, au nord du Gange, dans le pays même où il situera le roi Dacharata, le père de Rāma. En un texte sanskrit destiné à être tour à tour chanté et parlé et comprenant sept kānda ou « livres », que divisent 645 sarga ou « chants », il célébra en 24 000 śloka , « distiques », les exploits d […] Lire la suite

RAMAYANA (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 817 mots
  •  • 1 média

Le Rāmāyana ou « Geste de Rāma » retrace la vie et la marche (« ayana »), l'offensive guerrière de Rāma , prince d'Ayodhyā, et de son épouse Sītā, fille du roi Janaka. Rédigée en sanscrit, divisée en sept livres, ou sections de longueur inégale mais d'environ 24 000 quatrains, soit près de 100 000 vers, cette gigantesque épopée aurait été rédigée entre le iv e  siècle avant J.-C. et le v e  siècl […] Lire la suite

ṚGVEDA ou RIG-VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 708 mots

L'une des quatre grandes divisions des Écritures sacrées que les théologiens brahmaniques appellent le Veda (« science », « savoir »). La masse considérable des textes védiques, en effet, est divisée en quatre corpus correspondant, au moins en théorie, à diverses spécialisations liturgiques : le chant (Sāma-Veda), l'ordinaire du culte (Yajur-Veda), la magie (Atharva-Veda), la récitation solennelle […] Lire la suite

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse des romans de l'Asie »  : […] Pour peu qu'on étudie les romans de l'Asie, la situation se complique à merveille. Outre le kathâ , narration suivie, faite par le héros, et obligatoirement rétrospective, la littérature sanskrite connaissait le grand récit, bṛhatkathâ , qui mêle aux thèmes épiques des aventures amoureuses ; matériau qui se traite aussi selon les normes lyrique du kâvya . Vers les vi e - vii e  siècles, Daṇḍin, p […] Lire la suite

ŚAKUNTALĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 636 mots

Le théâtre indien de langue sanskrite connut son âge d'or au temps des souverains gupta, qui régnaient sur l'Inde du Nord-Ouest entre 300 et 550. C'est justement au iv e  siècle que se manifeste, selon la plus sûre probabilité, le génie de Kālidāsa, dont les poèmes et les drames sont les meilleurs exemples. Śakuntalā (Shakuntalâ, nom de l'héroïne) est l'exemple achevé de ce que doit être une pièc […] Lire la suite

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le corpus des textes anciens »  : […] La littérature védique est un corpus de textes clos, reconnu comme faisant un ensemble par la tradition indienne qui lui a donné le nom générique de veda (« savoir »). Veda désigne proprement les quatre textes les plus anciens, qui sont des collections d'hymnes aux dieux ( Ṛgveda ), de mélodies ( Sāmaveda ), de formules liturgiques ( Yajurveda ), de formules magiques ( Atharvaveda ). Ces textes […] Lire la suite

SUŚRUTASAṂHITĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 240 mots

La littérature médicale indienne en langue sanskrite est dominée par les deux noms de Charaka et de Sushruta (Suśruta), auteurs de deux Samhitâs (« collections », « livres »), qui se complètent l'une l'autre et se situent approximativement à la même époque ( i er ou ii e s.). La Sushruta-Samhitâ ( Suśrutasaṃhitā ) est rédigée en prose mêlée de vers ; la matière s'y trouve répartie en six livre […] Lire la suite

TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 3 326 mots

Dans le chapitre « La littérature dévotionnelle »  : […] L'opposition n'est pas absolue entre un Saṅgam « séculier » et la littérature dévotionnelle qui éclôt vers le vi e siècle. Le Paripāṭal faisait pressentir le lyrisme religieux qui va constituer du viii e au ix e siècle le second sommet de la littérature tamoule, expression poétique de la dévotion (   bhakti  ) à Śiva et Viṣṇu. Distincts des préoccupations moralisatrices bouddhistes ou jain, c […] Lire la suite

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « La question du tantrisme »  : […] Le mot tantrisme – du sanskrit tantra , « trame », d'où « doctrine » et, de là, « traité enseignant cette doctrine » (que celle-ci soit ou non tantrique) – est dû aux orientalistes européens qui, vers la fin du xix e  siècle, découvrirent dans des textes nommés tantras des doctrines et des pratiques différentes de celles du brahmanisme et de l'hindouisme classique issus du Veda et des Upaniṣad c […] Lire la suite

TELUGU ou TELOUGOU

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 475 mots

Dans le chapitre « Des siècles d'adaptation »  : […] La littérature telugu débute au xi e siècle avec Nannaya (env. 1030). L'épigraphie livre jusqu'au vi e siècle des vocables isolés puis, aux ix e et x e siècles, des fragments en prose. L'inscription de Turimella ( vii e s.) cependant laisse entrevoir un style littéraire telugu, mais le prākrit puis le sanskrit ont gardé longtemps le monopole de l'expression écrite. Nannaya, patronné par le ro […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition indienne

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 3 326 mots

Le théâtre indien traditionnel est tout à la fois art littéraire, musique, danse et architecture. Ses origines plongent dans un passé insondable. On a cru un moment pouvoir y déceler une influence grecque. Mais les analogies entre le théâtre grec et le théâtre indien sont plus rares que leurs divergences ne sont profondes et paraissent s'expliquer par le jeu des coïncidences. Sylvain Lévi, dans so […] Lire la suite

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Les upaniṣad sont les premiers textes sanskrits dont l'Occident ait eu connaissance : Anquetil-Duperron en publia en 1801, sous le titre d' Oupnekat , une traduction latine fondée sur une version persane. Parmi les textes de la Śruti ( Révélation), elles étaient ceux que, lors d'une récitation védique, l'on disait en dernier : on les nomme, pour cela, vedānta , « fin du Veda », au sens étymolo […] Lire la suite

VĀLMĪKI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 223 mots

Les grandes épopées hindoues, le Mahābhārata (« La Grande Guerre des Bharatas ») et le Rāmāyana (« la Geste de Rāma ») sont des compilations relativement tardives (peut-être du ~ iv e  s.) d'éléments composés longtemps auparavant. C'est pourquoi le Mahābhārata , par exemple, est attribué symboliquement à Vyāsa, dont le nom signifie « compilateur », « arrangeur ». Pour le Rāmāyaṇa , la situation […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Les plus anciens documents que l'on possède sur les religions de l' Inde sont un ensemble de textes rédigés en sanskrit archaïque auxquels la tradition hindoue donne le nom de Veda, c'est-à-dire « le Savoir », « la Science (par excellence) ». Jouant un rôle analogue à celui de la Bible pour le judaïsme et le christianisme, le Veda fonctionne en principe comme un ouvrage de référence, qui a valeur […] Lire la suite

VYĀSA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 212 mots

Nom donné à l'auteur mythique des Écritures védiques, ainsi que des grandes épopées hindoues. La tradition brahmanique considère que les textes du Veda ne peuvent avoir été composés par un auteur humain et qu'ils sont éternels. Il a fallu cependant qu'ils fussent reçus, au début d'un cycle cosmique, par des êtres privilégiés, les ṛṣi (rishis), puis que quelqu'un d'autre se chargeât de mettre en o […] Lire la suite


Affichage 

Mahabharata, enluminure moghole

Mahabharata, enluminure moghole

photographie

Femmes conversant Détail d'un folio de manuscrit du Mahabharata datant de 1516, conservé à la bibliothèque de l'Asiatic Society of Bombay 

Crédits : P. Chandra

Afficher

Mahabharata, enluminure moghole

Mahabharata, enluminure moghole
Crédits : P. Chandra

photographie