ŚAṄKARA ou ÇAṆKARA (début VIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Absolu et le monde

Son attitude métaphysique est le « non-dualisme », traduction plus exacte du terme sanskrit advaita que « monisme », ce dernier terme ayant l'inconvénient d'évoquer des notions trop occidentales qui s'accordent donc mal avec l'atmosphère où se meut la pensée indienne. Il n'admet qu'un seul Principe, le Brahman absolu des Upaniṣad, défini par lui comme sat (existence), cit (conscience) et ānanda (béatitude). Cet Absolu est incommensurable, éternel, indicible et insécable, dépassant infiniment ses manifestations partielles, les dieux du panthéon brahmanique, Śiva y compris. On nous donne bien ce dernier comme la divinité d'élection (iṣṭā devatā) de Śaṅkara, mais ce ne peut être que sur un plan inférieur et limité.

Héritier de l'enseignement upanisadique de Yājñavalkya, transmis par une tradition ininterrompue depuis les origines, le philosophe vedāntin ne s'oppose nullement à son maître Govinda ni au maître de celui-ci, Gauḍapāda, auteur de kārikā (commentaires versifiés mais libres) sur la Māṇḍukya Upaniṣad, mais il les surclasse par la vigueur de sa pensée et de son expression. L'insistance qu'il met à toujours s'appuyer sur la raison plutôt que sur la révélation est originale. Il utilise certes les textes sacrés pour étayer et illustrer ses affirmations ou pour servir de point de départ à ses spéculations ; mais, ce qui importe vraiment à ses yeux, c'est l'activité critique de l'esprit s'exerçant parfois à propos même de ces textes et non une soumission aveugle à un enseignement reçu.

Son système prend appui sur l'intuition du soi individuel, seule réalité accessible. Rien pourtant que l'on puisse comparer à l'attitude cartésienne et au cogito : Śaṅkara ne sépare pas le soi connaissant du soi connaissable ; l'un et l'autre ne sont que l'envers et l'endroit de la même réalité. Croire qu'il existe entre eux quelque différence est l'erreur irrémissible, cette inscience (avidyā) qui entraîne indéfiniment l'homme dans le saṃsāra. Śaṅkara, s'il innove en effet sur certains points, se conforme sur la majorité [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  SANKARA ou ÇANKARA (début VIII e s.)  » est également traité dans :

SHANKARA

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 251 mots

Illustre métaphysicien et grand réformateur religieux, rénovateur de l'hindouisme, Shankara (Śaṅkara) est celui des penseurs orthodoxes qui a laissé la marque la plus forte sur l'indianité. Il est né dans la première moitié du viiie siècle (on ne retient plus la datation traditionnelle 788-826) dans le villag […] Lire la suite

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

Dans le chapitre « Absolu et pratique selon Śaṅkara »  : […] La forme absolue, n'admettant aucune autre réalité que le Brahman , fait par conséquent du monde une illusion, tel est le kevalādvaita de Śaṅkara. Le monde est un rêve bien lié, affirmation qui s'apparente à certaines doctrines bouddhiques. Śaṅkara enseigne l'unicité de l'Être isolé ( kevala ), c'est-à-dire existant seul, à part du monde des représentations, éternel et infini, exempt de toute qual […] Lire la suite

AMARU

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 265 mots

L'une des œuvres majeures de la poésie lyrique sanskrite porte le nom d' Amaru-Shataka ( amaruśataka ), c'est-à-dire les « Cent Poèmes attribués à Amaru ». Il s'agit d'une série de strophes de mètres variés, dont chacune tend à l'autonomie, comme il est de règle en sanskrit, qui sont composées et disposées selon un art parfait et visent à susciter chez le lecteur des émotions diverses mais ont to […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Déclin et renouveau »  : […] L'épigraphie, l'archéologie, les textes, toute la documentation historique attestent la vitalité des divers mouvements bouddhistes, Hīnayāna, Mahāyāna, tantrisme jusqu'au xii e  siècle. Tout philosophe hindou se doit encore de réfuter des doctrines bouddhistes, même les vues tantriques. Abhinavagupta ( xi e  s.) prend le soin de critiquer le Kālacakra, école de tantrisme bouddhique dans sa grande […] Lire la suite

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Témoignages écrits et évolution historique »  : […] On a vu que les limites de ce qu'on nomme brahmanisme se révélaient flottantes ; on peut toutefois estimer que ses débuts ont coïncidé avec le surgissement, vers le vi e  siècle avant l'ère chrétienne, des réformes bouddhiques et jaïn, d'une part, et, d'autre part, avec la composition des upaniṣad anciennes par des groupes de penseurs n'appartenant pas forcément à la caste sacerdotale. Ces upani […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Kevalādvaita de Śaṅkara »  : […] Le plan ancien et le plus fameux commentaire des Brahmasūtra est celui de Śaṅkarācārya (vers 800), le « maître Śaṅkara ». Celui-ci, brâhmane dravidien shivaïte de Kāladi (Kerala), aurait été le disciple d'un disciple de Gauḍapāda qui commenta la Māṇdūkya-upaniṣad et préfigura la doctrine que Śaṅkara devait développer en interprétant les Brahmasūtra , les Upaniṣad anciennes et la Bhagavadgītā , ai […] Lire la suite

KUMĀRILA (VIIe s.?)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 405 mots

L'une des formes les plus originales que prend la tradition brahmanique dans l'Inde classique (entre le ~ vi e et le viii e ) est le darshana ( darśana , « façon de voir ») appelé Mīmāmsā, voué à l'exégèse des textes liturgiques du Veda. La Mīmāmsā s'organise autour d'un texte de référence en forme de sûtras ( sūtra , « chaîne de propositions ») attribué à un certain Jaïmini, dont le nom désigne […] Lire la suite

MADHVA (1238-1317)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 590 mots

Penseur hindou dont le nom reste attaché à une tentative pour instaurer une philosophie qui, tout en restant fidèle aux principes du vedānta, permette le plein exercice de la dévotion. L'une des propositions majeures du vedānta étant l'affirmation selon laquelle l'ātman (« âme ») est identique au brahman (l'« absolu », le « principe » de toutes choses), Shankara ( viii e  s.) en concluait à un mon […] Lire la suite

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Dans le chapitre « Problèmes de datation »  : […] Sur la date des upaniṣad, on ne peut rien avancer de certain, si ce n'est que les plus anciennes doivent être contemporaines de la formation du bouddhisme, mais il est impossible de dire si elles l'ont ou non précédé. Il s'agirait donc des environs du vi e  siècle avant notre ère. Par la suite, le genre s'est maintenu pendant deux millénaires, puisqu'on a composé des upaniṣad jusqu'au xvi e  siècl […] Lire la suite

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « Un darśana métaphysique »  : […] Le mot « vedānta » apparaît pour la première fois dans les Upaniṣad (vers le v e  s. av. J.-C.), où il désigne déjà la métaphysique dont l'étude prolonge et « achève » celle du Veda. L'acquisition du savoir théologique par le novice ( brahmacārin ) se faisait, en effet, selon un ordre rigoureux : d'abord la mémorisation des hymnes védiques et de leurs commentaires ( brāhmaṇa ), puis apprentissage […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie ESNOUL, « ŚAṄKARA ou ÇAṆKARA (début VIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sankara-cankara/