SAN GUO ZHI YANYI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Luo Guanzhong : un tournant dans le développement de la littérature romanesque

Quoi qu'il en soit, il est peu douteux que le San Guo shi pinghua ait directement servi de cadre à l'amplification de Luo Guanzhong, identifiable à un un dramaturge du xive siècle originaire du Shanxi. L'œuvre primitive effectue un « grand bond » puisque, presque décuplée, elle passe au xive siècle à quelque 750 000 caractères. Les sources orales et les versions dramatiques ont été mises à contribution. Mais Luo a surtout voulu revenir aux données de la chronique officielle, n'assumant que le simple titre d'éditeur pour laisser à Chen Shou celui d'auteur, comme le montre la plus ancienne édition connue du grand roman, celle de 1522. Le romancier n'en renonce pas pour autant à ses droits. L'enflure épique du texte populaire est ramenée à des proportions raisonnables , elle n'est pas supprimée : ainsi, là où Zhang Fei, « à la voix de grosse cloche », brisait d'un cri le pont où l'attendaient ses ennemis, Luo se contente de la terreur s'emparant des chevaux et des hommes qui tombent morts, la rate éclatée. Certes le savoureux prologue du pinghua disparaît sans contrepartie : un lettré prend à partie le juge des enfers, le remplace et rétablit la justice par la loi de rétribution qui explique les événements des Trois Royaumes. Mais l'aprocryphe serment de fraternité du jardin aux pêchers est conservé, réunissant dès les premières pages les trois héros : le vannier Liu Bei, le cabaretier-boucher Zhang Fei et Guan Yu en fuite pour avoir perpétré le meurtre d'un tyranneau de village. Les sociétés secrètes s'appuieront sur ce précédent fameux pour opposer la solidarité horizontale de leurs membres aux hiérarchies de l'ordre établi. Unis pour combattre une rébellion, celle des Turbans jaunes, les trois compagnons s'en montrent de curieux défenseurs : le bouillant Zhang Fei met en morceaux les mandarins qui traitent avec morgue ces sans-grade. La version populaire leur fait même prendre le maquis, d'où la cour ne les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, responsable de la section d'études chinoises à l'université de Bordeaux-III

Classification

Autres références

«  SAN GUO ZHI YANYI  » est également traité dans :

TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 993 mots
  •  • 2 médias

Les appellations de Trois Royaumes et de Dynasties du Nord et du Sud (respectivement sanguo et nanbeichao ) s'appliquent à la période de fragmentation de la Chine allant de 220 à 589. Héritage de la désagrégation des Han, la division tripartite du début oppose le Wei (220-265) en Chine du Nord (famille Cao, capitale Luoyang), le Shu, ou Shu Han (221-263) au Sichuan (famille Liu, capitale Chengdu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André LEVY, « SAN GUO ZHI YANYI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/san-guo-zhi-yanyi/