SAN GUO ZHI YANYI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre l'histoire et l'épopée : le problème des origines

Dans la tradition occidentale, l'histoire se prête naturellement à l'amplification rhétorique de la narration continue. Il en va tout autrement en Chine où l'historien s'applique d'abord à classer, ordonner et filtrer les documents rassemblés. La « façon » épique est reléguée en marge de la « bonne » littérature. Cependant La Chronique des Trois Royaumes, œuvre de Chen Shou (233-297), trahit déjà l'influence de ce genre méprisé ; par exemple, Liu Bei a les mains qui lui tombent au-dessous des genoux, les yeux qui peuvent voir ses propres oreilles. Par là Chen Shou révèle l'attachement qui le lie encore à Liu Bei, fondateur de Shu Han, bien qu'il ne lui accorde que quinze chapitres contre vingt à Wu et trente à Wei qu'il a servi et qu'il tient pour le successeur légitime des Han. Les riches annotations insérées par Pei Song vers le milieu du ve siècle ne font que renforcer ce double aspect. Depuis le ixe siècle au moins, les épisodes du San Guo zhi fournissaient le thème de spectacles familiers aux enfants. On sait qu'au xie siècle les récits de la « triple division », c'est-à-dire des Trois Royaumes, constituaient une spécialité des conteurs professionnels « expliquant l'histoire », jiang shi. Diverses allusions permettent de conclure que la distribution entre les bons, le camp de Liu Bei, et les mauvais, celui de Cao Cao, des Wei, était alors chose faite. Zhu Xi (1130-1200), le fondateur de l'orthodoxie néo-confucéenne, s'est peut-être sur ce point conformé à l'opinion populaire plus qu'il ne l'a orientée. La « matière » des Trois Royaumes faisait depuis longtemps la prédilection du théâtre ; le cinquième environ du répertoire connu des Yuan (1280-1368) s'y rapporte. Deux éditions préservées par miracle au Japon, l'une de 1294, l'autre des alentours de 1322, attestent l'existence de versions destinées à la lecture, illustrées à chaque page. Il serait téméraire de conclure à partir des traces d'origine orale à la conformité du texte avec la représentation du conteur. Néanmo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, responsable de la section d'études chinoises à l'université de Bordeaux-III

Classification


Autres références

«  SAN GUO ZHI YANYI  » est également traité dans :

TROIS ROYAUMES LES & DYNASTIES DU NORD ET DU SUD LES (220-589), Chine

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 992 mots
  •  • 2 médias

Les appellations de Trois Royaumes et de Dynasties du Nord et du Sud (respectivement sanguo et nanbeichao ) s'appliquent à la période de fragmentation de la Chine allant de 220 à 589. Héritage de la désagrégation des Han, la division tripartite du début oppose le Wei (220-265) en Chine du Nord (famille Cao, capitale Luoyang), le Shu, ou Shu Han (221-26 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-royaumes-et-dynasties-du-nord-et-du-sud/#i_39577

Voir aussi

Pour citer l’article

André LEVY, « SAN GUO ZHI YANYI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/san-guo-zhi-yanyi/