RICHARDSON SAMUEL (1689-1761)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vocation tardive

La vie de Samuel Richardson est sans éclat. Fils d'artisan, né dans le Derbyshire, il vient à Londres et fait son apprentissage d'imprimeur. Ayant épousé la fille de son patron, il s'établit à son tour ; ses affaires sont prospères et, consécration du succès professionnel, il deviendra maître de sa corporation. Veuf en 1731, il épousera la fille d'un confrère.

Il écrit d'abord quelques articles et des réflexions morales dans les journaux qu'il imprime. Puis il publie son Vade-Mecum de l'apprenti (The Apprentice's Vade Mecum, 1734) et une sorte de « Parfait Secrétaire » (Familiar Letters on Important Occasions, 1741). Dans ces deux ouvrages, il montre une grande curiosité pour les problèmes de la vie quotidienne et exalte les vertus chrétiennes et bourgeoises qui l'ont mené au succès. Déjà, le second de ces livres préfigure ses romans. Ceux-ci sont au nombre de trois : Pamela, ou la Vertu récompensée (Pamela, or Virtue Rewarded, 1741), Clarissa Harlowe (1747-1748) et L'Histoire de sir Charles Grandison (The History of sir Charles Grandison, 1754).

Clarissa Harlowe

Photographie : Clarissa Harlowe

Photographie

Une illustration de Clarissa Harlowe, de l'Anglais Samuel Richardson (1689-1761). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le premier de ces romans devait déclencher les sarcasmes de Henry Fielding et pousser celui-ci à écrire un anti-Pamela, The History of Joseph Andrews. La carrière des deux grands écrivains est étrangement parallèle. Si Richardson, quelque peu hautain et infatué de lui-même, n'aima jamais son rival, il ne fut pas sans l'influencer. Fielding ne loue pas moins Clarissa Harlowe que ne devait le faire Diderot, et Richardson, dans Sir Charles Grandison, n'oublie ni Tom Jones, ni Amelia. Richardson mourut à Londres entouré d'honneurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  RICHARDSON SAMUEL (1689-1761)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les divers genres du roman »  : […] Les idéaux et la tendance de la bourgeoisie à l'analyse du caractère se manifestèrent aussi dans le roman. À la différence des narrateurs qui l'ont précédé, décrivant le monde d'une façon vague et générale, sans faire attention à l'aspect réel des choses, Daniel Defoe (1660-1731) parvient, le premier, à donner l'impression de la réalité, de la chose vécue, en insistant sur des détails qui ne sont […] Lire la suite

FIELDING HENRY (1707-1754)

  • Écrit par 
  • Alexandre MAUROCORDATO
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Panorama de l'œuvre »  : […] Les quatre titres qu'on vient de citer résument l'essentiel du génie de Fielding, dont l'invention romanesque est la seule qui ait résisté à l'épreuve du temps. Il a pourtant beaucoup écrit. Il reste de ses griffonnages tout un faisceau d'œuvres en prose et en vers réunies, en 1743, dans les trois volumes des Miscellanies  : poèmes sans grande originalité ; essais, fragments de dialogues. Le Jour […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DULCK, « RICHARDSON SAMUEL - (1689-1761) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-richardson/