BROSSE SALOMON DE (1571 env.-1626)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du maniérisme au classicisme

Malgré la disparition d'une grande partie de ses œuvres, une documentation suffisante autorise une analyse du style et de l'influence de de Brosse. Par sa naissance et par son éducation, cet architecte faisait partie de « l'équipe Du Cerceau », où l'influence de son aïeul Jacques Ier était grande. À sa mort (vers 1585), celui-ci laissa à ses héritiers ses livres, ses gravures et de nombreux dessins inédits. Alors que les éléments décoratifs très extravagants qui caractérisent la plupart de ses œuvres étaient repris par les maîtres maçons, l'atelier Du Cerceau, dirigé par Jacques II, s'appuyant sur certains dessins et gravures tardifs de Jacques Ier, commença à évoluer vers un style plus simple. On en voit les résultats dans un dessin exécuté vers 1600 pour l'achèvement du château de Verneuil, à Montceaux où de Brosse travailla avec Jacques II (1597-1599), et dans la Grande Galerie du Louvre commencée par ce dernier en 1594.

On retrouve très souvent dans les œuvres de Salomon de Brosse l'influence de Jacques Ier Du Cerceau. Comme lui, il aime les bâtiments imposants et de style rustique : portes d'entrée de la basse-cour de Montceaux ; façade d'entrée et avant-cour de Verneuil ; extérieur de Coulommiers ; Luxembourg. Pour la porte Henri-IV à Verneuil (démolie en 1940) et la porte de la cour de Blérancourt, de Brosse s'inspire de dessins de Du Cerceau. Mais ses créations sont toujours beaucoup moins fantaisistes, beaucoup plus architectoniques que les modèles de Jacques Ier.

De Brosse s'intéressa de plus en plus à une architecture de masses où les éléments d'inspiration italienne s'intègrent harmonieusement. De Brosse n'est jamais allé en Italie, mais il a subi très tôt l'influence de Vignole. L'attestent la façade de la chapelle des communs à Montceaux, les portes des hôtels de Soissons et de Bénigne-Bernard ; du château de Blérancourt. Le pavillon d'entrée qu'il projetait pour Coulommiers et qui a inspiré celui du Luxembourg rappelle la chapelle des Valois de Primatice à Saint-Denis. Les plans ovales ou circulaires des chapelles de Montceaux (pavillon d'entrée) et de Coulommiers, le Belvédère du pavillon d'entrée du Luxembourg reprennent des idées que Jacques Ier Du Cerceau avait empruntées à Serlio et à Peruzzi. Par ses contacts avec des architectes et des artistes qui connaissaient l'Italie, de Brosse avait découvert l'architecture du xvie siècle de ce pays. Les Potier, bâtisseurs de Blérancourt, avaient demandé un édifice de style classique orné « à l'italienne ». Le projet prévoyait un plan « en bloc » sans ailes, identique à celui de la Farnesine à Rome, des façades où les ordres superposés remplaçaient l'ordre colossal cher aux Du Cerceau et devaient rappeler ainsi la façade de Lescot au Louvre. Marie de Médicis voulait que le Luxembourg s'inspirât du palais Pitti et elle fit venir de Florence plans et dessins. De Brosse reprit certains détails du Pitti, mais le Luxembourg reste tout à fait français : on y retrouve des idées déjà lancées à Montceaux, à Verneuil et à Coulommiers. Plus tard, à Rennes, de Brosse construira derrière la façade classique du palais (aujourd'hui palais de justice) une cour cernée d'arcades, souvenir des palais italiens connus à travers des dessins de Serlio et de Jacques Ier Du Cerceau.

De Brosse s'intéressait plutôt à la conception d'ensemble de ses bâtiments qu'aux détails de leur construction ou de leur décoration pour lesquels il avait plusieurs assistants ; l'un d'eux, Charles Du Ry, dirigea le chantier de Coulommiers et celui de Blérancourt. Ces deux châteaux, les plus ornés de tous ceux qu'il construisit, demandèrent chacun une équipe de sculpteurs. Le répertoire décoratif procède des dessins de Du Cerceau, comme du Louvre de Lescot ; il s'inspire également des gravures de Vignole et des sculptures florentines du xvie siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BROSSE SALOMON DE (1571 env.-1626)  » est également traité dans :

LUXEMBOURG PALAIS DU

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 445 mots

Le Sénat occupe à Paris une ancienne résidence royale construite par Marie de Médicis, le palais du Luxembourg. La reine avait acquis en 1611, de François de Luxembourg, un hôtel bâti au milieu du xvi e  siècle ainsi qu'un grand parc. D'autres terrains situés à l'est du domaine sont achetés par la suite pour permettre la construction d'une demeure à la mesure de la propriétaire. La reine commande […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Rosalys T. COOPE, « BROSSE SALOMON DE (1571 env.-1626) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-de-brosse/