SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une carrière officielle

C. Sallutius Crispus naquit à Amiterne, une petite ville de la Sabine, en 87 (peut-être en 86, selon l'interprétation que l'on donne d'une indication fournie par la Chronique de saint Jérôme) avant J.-C. Il devait mourir quatre ans avant que la bataille d'Actium consacrât définitivement la victoire d'Octave et des Césariens. Mais il assista aux luttes qui conduisirent Rome à ce destin. Il appartenait à une famille plébéienne obscure quoique suffisamment aisée pour qu'il ait pu commencer une carrière politique. Il vint sans doute à Rome de très bonne heure s'initier à la vie publique. Des anecdotes diverses, certaines peut-être inventées plus tard par ses ennemis politiques, le présentent comme étant de mœurs dissolues. On racontait par exemple qu'il avait été l'amant de Fausta, fille du dictateur Sulla et épouse de Milon ; il aurait été surpris auprès d'elle par le mari. Salluste exerça la questure en 55. Il fut tribun de la plèbe en 52, au moment où s'affrontaient le plus violemment les populares, dont le chef, P. Clodius, venait d'être assassiné par Milon, et les optimates, avec le même Milon et Cicéron. Salluste prit le parti des premiers, que soutenait César, aidé, encore, de Pompée. Après la mort de Clodius, Salluste prit une part active à la campagne dirigée contre ses meurtriers et ses amis. Peut-être cela explique-t-il qu'en 50, lors de la dernière censure de la République, il ait été exclu du Sénat, sous prétexte d'immoralité. Aussi, lorsque éclata la guerre civile, au début de janvier 49, Salluste se trouva tout naturellement dans le camp de César. Celui-ci lui confia des commandements importants.

Chargé de celui de la flotte qui, à la fin de l'été de 49, devait appuyer le débarquement d'Antoine en Illyrie, il fut vaincu par les Pompéiens. César n'en permit pas moins qu'il revêtit une seconde fois la questure, ce qui le rétablissait au Sénat et le réhabilitait. En 47, il fut chargé par César de faire rentrer dans l'ordre des légions qui s'étai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CICÉRON ET CATILINA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 465 mots

— 106 Naissance de Cicéron à Arpinum dans une famille de l'ordre équestre. — 81 Durant la proscription de Sylla, le jeune Catilina se fait remarquer en traquant les condamnés à travers toute l'Italie, empochant la récompense lorsqu'il ramène leur tête à Rome. — 80 Procès de Roscius d'Amérie, qui rend Cicéron célèbr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron-et-catilina-reperes-chronologiques/#i_39319

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une cité qui se défait »  : […] Au début du i er  siècle avant J.-C., la montée de l'éloquence et de la prose avait d'abord quelque peu relégué la poésie au second plan. Elle était abandonnée à des « amateurs », qui pratiquaient les petits genres, comme l'épigramme autour de Q. Lutatius Catulus, un grand personnage dont nous possédons une pièce fugitive, en l'honneur d'un jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_39319

Pour citer l’article

Pierre GRIMAL, « SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salluste/