SALAMMBÔ, Gustave FlaubertFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Couleur de sang »

C'est pour éviter la monotonie qu'il s'adonne à une surenchère dans l'horreur. Œuvre de fureur, de sueur et de sang, Salammbô est une extraordinaire anthologie d'atrocités dont la rédaction mettait Flaubert en joie et le sortait de l'accablement que lui causait la difficulté d'écrire l'ouvrage. Il écrit ainsi dans la Correspondance : « D'un bout à l'autre, c'est couleur de sang. Il y a des bordels d'hommes, des anthropophagies, des éléphants et des supplices. » Ou encore : « On commence à marcher dans les tripes et à brûler les moutards. »

Cette recherche du paroxysme, où on a cru déceler la manifestation des pulsions sadiques de l'auteur, a évidemment pour but de rendre sensible la violence d'une époque. Mais elle change aussi la nature même de l'ouvrage. De pure narration historique, celui-ci atteint à la dimension d'un poème épique, au travers de personnages choisis pour leur monstruosité, tel le suffète Hannon, ou de scènes aux allures d'Apocalypse, comme le siège de Carthage, le sacrifice des enfants au dieu Moloch, ou l'extermination des derniers mercenaires : « Les éléphants entrèrent dans cette masse d'hommes ; et les éperons de leur poitrail la divisaient, les lances de leurs défenses la retournaient comme des socs de charrues ; ils coupaient, taillaient, hachaient avec les faux de leurs trompes ; les tours, pleines de phalariques, semblaient des volcans en marche ; on ne distinguait qu'un large amas où les chairs humaines faisaient des taches blanches, les morceaux d'airain des plaques grises, le sang des fusées rouges ; les horribles animaux, passant au milieu de tout cela, creusaient des sillons noirs. »

Il faut voir là surtout l'investissement total de l'auteur dans une œuvre qui l'occupa de 1857 à 1862 lui servant de refuge et de compensation : « Peu de gens devineront combien il a fallu être triste pour entreprendre de ressusciter Carthage ». À bien des égards, Salammbô est une œuvre singulière. Exercice de style, fantaisie scientifique, elle constitue une sorte d'essai sur la puissance d'évocation de la littérature et ses limites que Flaubert, refusant à cet égard que son livre soit accompagné d'illustrations qui auraient bridé l'imagination du lecteur, estimait n'avoir pas réussi : « Celui-là ne sera pas un bon livre. Qu'importe, s'il fait rêver à de grandes choses ! »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  SALAMMBÔ, Gustave Flaubert  » est également traité dans :

DRUILLET PHILIPPE (1944- )

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 418 mots

Né à Toulouse le 28 juin 1944, Philippe Druillet débute dans la bande dessinée à vingt-deux ans avec un album de science-fiction, Lone Sloane, le mystère des abîmes (1966). Cette série (poursuivie dans Pilote en 1970) a marqué le genre par son graphisme baroque, par ses architectures grandioses et par une mise en page éclatée, qui rompait avec le traditionnel ordonnancement régulier des cases. E […] Lire la suite

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Salammbô » (1857-1862) »  : […] Près de cinq ans à décrire la petite bourgeoisie provinciale, c'est trop. À peine a-t-il terminé la Bovary , que Flaubert se jette sur les sujets le plus éloignés possible de la Normandie moderne : il imagine une Légende de saint Julien , repense à l'Orient de La Spirale (esquissée en 1852-1853), à son conte oriental, corrige La Tentation de 1849 et en donne une version revue et diminuée, qu'il […] Lire la suite

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 012 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rêves et mythes »  : […] Si le « retour de voyage », dans ce recours systématique à la description ou à l'emprunt, est devenu au cours du siècle une sorte de style, il a, comme toute mode, fini par lasser. L'essoufflement est très tôt perceptible en peinture, où les tenants du réalisme, attachés aux campagnes françaises et aux sous-bois de Barbizon, conjurent les effets jugés clinquants de l'exotisme. Le critique Castagn […] Lire la suite

ROMAN HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 016 mots

Le roman a toujours puisé dans l'histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner les prestiges du vraisemblable. Mais, en tant que genre spécifiquement déterminé, le roman historique a pris son essor — comme la plupart des formes romanesques — au xix e siècle, alors que la bourgeoisie prend le pouvoir. C'est au xviii e siècle que l'histoire commence à être traitée comme une science. La comp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « SALAMMBÔ, Gustave Flaubert - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/salammbo/