SALADIN (1137-1193)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Politique intérieure

La politique intérieure de Saladin, si elle a moins contribué à sa gloire, n'en mérite pas moins une mention. Sans parler des transformations introduites dans le régime des terres et l'organisation militaire par le seul fait de la prise du pouvoir par une armée mettant en place des institutions différentes de celles de l'Égypte, sans parler non plus de la construction au Caire de la puissante citadelle du Muqattam destinée à assurer son pouvoir, Saladin a marqué l'histoire de l'Égypte en y étendant la politique d'orthodoxie que Nūr ed-dīn avait inaugurée en Syrie : essentiellement par la fondation de madrasas, écoles juridico-religieuses semi-officielles destinées à la formation des cadres du régime. Néanmoins, il faut rappeler que la guerre sainte, pour Saladin comme dans la Loi musulmane en général, ne signifie pas persécution des non-musulmans soumis, tant qu'ils sont fidèles : s'il convient de se méfier de quelques éléments pro-latins, on peut d'autant mieux s'appuyer sur les autres, d'ailleurs majoritaires, et, dans Jérusalem reconquise, Saladin attira les melkites (chrétiens arabisés de rite grec) et les juifs. A fortiori ne refusait-il pas un accueil favorable aux marchands italiens qui, en échange des denrées importées par eux en Europe, fournissaient le bois et le fer indispensables aux armements de Saladin contre les croisés mêmes.

L'idée dominante de Saladin a été la guerre sainte ; ce fut aussi, plus tard, celle de Saint Louis. Mais, chez l'un comme chez l'autre, elle n'avait de sens qu'accompagnée d'une absolue dignité de comportement qui lui conférait sa valeur. Cette élévation a pour tous deux, au-dessus des barrières confessionnelles, forcé l'estime des contemporains et de la postérité. Le grand écrivain ‘Imād ed-dīn al-Iṣfahānī et le qādī Ibn Shaddād, entre autres, ont écrit des vies de Saladin, et un chef de l'Égypte moderne a relevé face à Israël le titre d'al-nāṣir (le victorieux) que Saladin avait porté face aux croisés. Quant à ces derniers, une fois rentrés en Europe, ils colportèrent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Saladin

Saladin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  SALADIN (1137-1193)  » est également traité dans :

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 581 mots
  •  • 1 média

Famille princière dont les membres régnèrent sur l' Égypte, la Syrie, la Mésopotamie et le Yémen, les Ayyūbides tirent leur dénomination du Kurde Ayyub, père du monarque connu en Europe sous l'appellation de Saladin, calquée sur son surnom arabe Salah al-din. Ce dernier avait installé le nouveau régime en Égypte, sans bruit, ordonnant de substituer dans le prône le nom du pontife sunnite de Bagda […] Lire la suite

CAIRE LE

  • Écrit par 
  • Éric DENIS, 
  • Gaston WIET
  •  • 5 838 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Construction de la Citadelle »  : […] L'avènement de la dynastie ayyoubide (1171), et particulièrement de son fondateur Saladin, constitue une révolution pour l'univers musulman d'Orient, pour l'Égypte et aussi pour Le Caire. Mettant fin à la puissance schismatique des Fatimides, Saladin s'assura d'une place forte où il pût établir sa résidence ; il fit choix d'un contrefort de la colline qui domine Le Caire à l'est, le Moqattam, pou […] Lire la suite

CAIRE CALIFAT FATIMIDE DU (969-1171)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

En 969, le calife fatimide chiite de Kairouan, al-Mu‘izz, décide de déplacer en Orient la capitale de son empire. Arrivé sur le trône en 953, al-Mu‘izz visait la domination sur l'ensemble de la communauté des croyants ( Umma ). Afin de se rapprocher de Bagdad, le siège du califat abbasside rival, il envoie son général, Djawhar, conquérir l'Égypte par la terre. Il arrive lui-même en Égypte par bate […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

CROISADES

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 8 148 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La deuxième croisade »  : […] La deuxième croisade fut provoquée par la chute d'Édesse (1144), qui décida le pape Eugène III à proclamer la croisade en 1146. Saint Bernard prit une part prédominante à la prédication de cette croisade ; le roi Louis VII prit la croix à Vézelay, l'empereur Conrad III à Spire (1147). Leurs deux armées descendirent le Danube, atteignirent Constantinople où l'empereur grec, Manuel Comnène, les acc […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Ayyoubides »  : […] Le vizir du dernier Fatimide, Saladin, fait, non sans quelque atermoiement, proclamer l'autorité du calife abbasside, ce que la paisible population de l'Égypte accueille avec une parfaite indifférence. […] Lire la suite

HATTIN BATAILLE DE ou BATAILLE DE TIBÉRIADE (4 juill. 1187)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 249 mots

Le sultan ayyubide Saladin, maître de l'Égypte et du sud de la Syrie, a appelé au djihad (guerre sainte) pour éliminer les États latins issus de la première croisade. Encouragé par les Byzantins, appuyé par la plupart des autres princes musulmans de la région et fort du soutien du calife abbasside de Bagdad, il déclenche son offensive à l'été de 1187, en assiégeant Tibériade. L'armée chrétienne, c […] Lire la suite

LATINS D'ORIENT ÉTATS

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Expansion, maintien et reflux »  : […] C'est entre 1098 et 1119 que les trois États du Nord atteignirent leur plus grande extension : Alep, Shaizar, Homs, Harran sont menacés, et les campagnes menées par les atabeg , ou gouverneurs de Mossoul, pour reconquérir les terres occupées se soldent par des désastres. La terrible défaite infligée au prince d'Antioche à l'Ager Sanguinis en 1119, elle-même, ne semblait pas définitive. Mais l'atab […] Lire la suite

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 029 mots

Dans le chapitre « Le « Shaykh al-ishrāq » »  : […] Sohrawardī est né en 649 de l'hégire (1155 de l'ère chrétienne) à Sohraward, au nord-ouest de l'Iran, en une région longtemps restée fidèle au mazdéisme. Il fut l'élève de Majdoddīn al-Jīlī à Marāgheh, en Azerbaījān, puis il partit pour Ispahan, où Omar al-Sāwajī l'introduisit à l'œuvre d'Avicenne, sans en omettre les conclusions ésotériques. Sohrawardī fréquenta les soufis, dont il adopta le mode […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude CAHEN, « SALADIN (1137-1193) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saladin/