SAINTETÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'islām

Les trois traditions

La notion de sainteté en islām peut être considérée selon une triple perspective : le sunnisme, le shī‘isme et le ṣūfisme. Pour la pensée sunnite – largement majoritaire –, seule est habituellement admise l'« intercession » (shafā‘a) du Prophète pour son peuple. Cela n'infirme point le respect dû aux « grands hommes de l'islām », entendons ceux dont la piété, la fidélité à la loi religieuse et la crainte révérencielle de Dieu sont exemplaires. Ils sont les modèles et les guides. Ce sont les « pieux anciens », auxquels se joignent au cours des âges quelques figures de docteurs, de réformateurs ou de chefs religieux. Ils agissent constamment « en présence de Dieu », définition habituelle de la vertu d'iḥsān, dans une totale pureté et sincérité de cœur (ikhlāṣ). Les autres vertus célébrées en eux sont l'abandon à Dieu, l'humilité, le support patient des épreuves.

De son côté, l'islām shī‘ite vénère la sainteté des imām, chefs et guides de la Communauté, doués, par investissement divin, non seulement d'infaillibilité mais d'impeccabilité (‘iṣma). Tout imām légitime, du fait même qu'il devient imām, reçoit ce don d'impeccabilité et, par là, le pouvoir d'accomplir des actes miraculeux.

Seules les traditions sūfī (« mystiques ») font directement appel à une notion de sainteté définie comme un état spirituel d'union à Dieu, qui va jusqu'à l'« identification » (ittiḥād), et auquel le mystique se prépare par ascèse et renoncement. La recherche et l'amour de Dieu jalonnent la voie.

Selon les ṣūfīs et quelques ḥanbalites, il existe toujours des saints sur la terre, et ce sont eux qui portent et vivifient le monde. Ils peuvent être reconnus par certains croyants ou être ignorés de tous. Cette théorie, très ancienne, fut élaborée par Tirmidhī au iiie siècle de l'hégire. À chaque époque se trouve, au sommet, le « pôle » (qutb ou ghawth) unique, suivi des trois « seigneurs », des quatre « piliers », des sept « doués de piété », des quarante « intercesseurs » (abdāl, « saints apo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages





Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire d'étude du bouddhisme
  • : professeur à l'Institut catholique de Paris
  • : ancien professeur au collège philosophique et théologique de Toulouse, co-directeur de la collection Études musulmanes, collaborateur de l'Encyclopédie l'Islam
  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  SAINTETÉ  » est également traité dans :

ARHAT ou ARHANT

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 308 mots

Le terme arhat ou arhant (de la racine arh , mériter), que l'on peut traduire par « saint », désigne dans le bouddhisme ancien le stade le plus élevé dans la progression religieuse pour les adeptes du Petit Véhicule, stade qui fait suite aux étapes de srotaāpanna, de sakrdāgāmin et d'anāgāmin. Les caractéristiques principales de l'état d'arhat sont les suivantes : les impuretés du sujet sont dét […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Voie (Mārga) qui mène à la cessation de la douleur »  : […] La Voie de la Délivrance est la « Sainte Voie aux huit membres » : opinion correcte, intention correcte, parole correcte, activité corporelle correcte, moyens d'existence corrects, effort correct, attention correcte et concentration mentale correcte. Chacun de ces « membres » doit être visé au moyen de diverses méthodes, dont la première est une bonne conduite morale consistant dans l'abstention […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chemin de l'arrêt de la douleur »  : […] Le chemin qui conduit à l'arrêt de la douleur est une technique de comportement et d'entraînement psychique. Il aboutit à l'Extinction par quatre voies successives correspondant à quatre stades dans la marche au but, celui du converti, du religieux qui ne renaîtra plus qu'une fois, du religieux qui ne renaîtra plus, du saint qui touche à l'Extinction. De plus, il ouvre une carrière encore supérieu […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 001 mots

Dans le chapitre « Le droit des personnes »  : […] Le livre II du Code latin, un des sept livres de ce Code, est, sans aucun doute, l'ensemble législatif central tant par son contenu que par le nouvel équilibre qu'il présente par rapport au Code précédent. Ce dernier organisait les relations entre les personnes en référence, comme nous l'avons déjà dit, à une ecclésiologie où étaient développés les aspects hiérarchiques en raison de la menace que […] Lire la suite

CANONISATION

  • Écrit par 
  • Joachim BOUFLET
  •  • 1 260 mots

La canonisation est, dans l'Église catholique, l'acte par lequel un personnage est proclamé officiellement saint, c'est-à-dire arrivé à l'union parfaite avec le Christ. La notion de sainteté existe dans le christianisme dès l'origine, car, « appelés par Dieu, non au titre de leurs œuvres mais au titre de son dessein et de sa grâce, justifiés en Jésus notre Seigneur, les disciples du Christ sont vé […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Les traits caractéristiques du Dieu d'Israël »  : […] Si l'on essaie de synthétiser les traits les plus caractéristiques du Dieu d'Israël, on pourra dire qu'il est à la fois le Dieu agissant (désigné par la troisième personne), le Dieu saint, le Dieu vers-nous ( un « Tu » pour l'homme). Surtout dans la théologie des traditions historiques, Dieu apparaît comme le Dieu agissant , « l'Actant » suprême, le héros d'une histoire singulière dont Israël est […] Lire la suite

DULIE & HYPERDULIE

  • Écrit par 
  • Henri-Jacques STIKER
  •  • 278 mots

La pratique populaire chrétienne consistant à rendre un culte aux saints, avec les excès ou les mépris qu'elle peut entraîner, a amené les théologiens et l'Église officielle à prendre position à ce sujet. On a admis qu'une forme de culte était légitime vis-à-vis des saints, mais en précisant qu'il fallait la distinguer du culte rendu à Dieu lui-même. La doctrine du Concile de Trente, face à la réa […] Lire la suite

GUILLELMITES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 994 mots

Le rassemblement, autour d'une certaine Guiglelma qui s'est acquis une réputation de sainteté, de fidèles prêchant l'imminence du troisième âge semble, à première vue, ne relever que de l'agitation joachimite si fréquente dans la seconde moitié du xvi e siècle. Deux traits prêtent cependant au phénomène un caractère particulier : l'un, qui reste dans l'orthodoxie, souligne la surenchère lucrative […] Lire la suite

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Jalons pour une histoire »  : […] Née avec les calendriers liturgiques et la commémoraison des martyrs aux lieux de leurs tombeaux, l'hagiographie s'intéresse moins, durant les premiers siècles (de 150 à 350 environ), à la vie qu'à la mort du témoin. Une deuxième étape s'ouvre avec les Vies : celles des ascètes du désert (cf. la Vie de saint Antoine par Athanase) et, d'autre part, celles de « confesseurs » et d'évêques – Vies de […] Lire la suite

ISAÏE (VIIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 2 208 mots
  •  • 1 média

Isaïe (ou Esaïe), dont le nom signifie « Yahvé est salut », est un des plus célèbres prophètes d'Israël, comme l'attestent déjà l'Église primitive et les milieux esséniens (les découvertes de Qumrān, près de la mer Morte, ont permis de retrouver divers manuscrits d'Isaïe, dont un rouleau complet en 1947). Ce qui frappe d'emblée chez ce prophète, c'est sa grandeur : autorité de l'homme qui parle d […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sainteté, « amitié divine » (« walāya ») et « proximité de Dieu » (« qurba ») »  : […] Selon la dernière phrase de la citation précédente, le rôle du maître spirituel s'arrête là où commence celui de Dieu à l'égard des êtres d'exception, c'est-à-dire les saints. Le mot qui les désigne habituellement est celui de walī ( awliyā‘ au pluriel). Des versets coraniques ( x , 62-64), souvent cités, attestent que : « Les amis de Dieu n'éprouveront plus aucune crainte ni aucune affliction, […] Lire la suite

JEANNE D'ARC (1412-1431)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 335 mots
  •  • 3 médias

Jeanne d'Arc qui, grâce à la documentation d'une exceptionnelle richesse constituée par les dossiers de ses deux procès (condamnation en 1431, réhabilitation en 1456), est l'un des personnages les mieux connus du xv e siècle reste pourtant mystérieuse. Cela tient d'abord au contraste qui rend son action et les sources historiques qui la présentent déconcertantes. Paysanne qui ne sait ni lire ni é […] Lire la suite

LE SANG ET LE CIEL. LES SAINTES MYSTIQUES DANS LE MONDE CHRÉTIEN (J.-P. Albert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 103 mots

En histoire du catholicisme, les travaux se multiplient dans le domaine de la spiritualité et de la mystique, notamment à propos de la place spécifique qu'y occupent les femmes, figures éminentes d'un christianisme dont l'appareil ecclésiastique reste monopolisé par des hommes. Les recherches universitaires mettent en général l'accent sur la diversité des époques et des modèles, tout en cherchant […] Lire la suite

MARABOUTISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 140 mots

Le mot « marabout » vient de la prononciation dialectale ( mrabot ) de l'arabe classique murābit qui désigne l'homme vivant dans un ribāṭ (couvent fortifié). Au pluriel, al-murābiṭūn , a donné Almoravides (dynastie qui régna sur le Maghreb et l'Espagne musulmane aux xi e et xii e  siècles). La signification du terme « marabout » résulte de l'évolution même qu'a subie le ribāṭ dans l'histoire musu […] Lire la suite

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La morale cosmique »  : […] Aucune morale concrète n'apparaît comme particulière aussi longtemps qu'elle est simplement vécue et n'a pas besoin d'être défendue contre d'autres morales qui existent à côté d'elle et mettent, par leur existence même, en doute sa validité. Le problème naît, dans les situations caractérisées plus haut, là où aucun système ne réussit à s'isoler ou à éliminer tous les autres au moyen de la lutte vi […] Lire la suite

NIRVĀṆA ET SAṂSĀRA

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 3 548 mots

Dans le chapitre « Le « saṃsāra » et ses diverses interprétations »  : […] La croyance en la transmigration apparaît dans l'Inde vers le début du vi e siècle avant notre ère, soit juste avant le bouddhisme, le jainisme et les premières Upaniṣad du brahmanisme, qui reposent tous sur elle. Dès cette époque, elle semble avoir été adoptée par la grande majorité des Indiens, bien que les anciens sūtra bouddhiques signalent quelques sectes hétérodoxes qui la rejetaient. Pour […] Lire la suite

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Les termes de « pèlerinage » et de « lieu sacré » sont typiquement occidentaux : si l'on met à part les langues germaniques, ce sont les formes latines de peregrinatio et de loca sacra qui sont, non seulement dans les parlers latins mais aussi dans tout le monde anglo-saxon, les racines communes du vocabulaire vernaculaire désignant ces faits essentiels de l'expérience religieuse. Mais, sous d'a […] Lire la suite

POLYEUCTE MARTYR, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Amour sacré, amour profane »  : […] Car Polyeucte n'est pas seulement une tragédie hagiographique. C'est aussi une tentative pour intégrer une réflexion esthétique à l'intérieur de la tragédie cornélienne, quitte à la rendre plus complexe, moins didactique, mais aussi plus « intéressante » pour les spectateurs et les lecteurs mondains. Corneille s'efforce ainsi de développer parallèlement la dynamique de l'aspiration au martyre et […] Lire la suite

PRATYEKABUDDHA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 390 mots

Dans la hiérarchie des saints du bouddhisme, les pratyekabuddha occupent une situation moyenne (madhya) entre les shrāvaka (auditeurs), qui obtiennent le salut d'un maître auprès duquel ils s'instruisent, et les samyaksambuddha, buddha à part entière. La vie du pratyekabuddha se passe tout entière dans la solitude (pratyeka). On l'appelle souvent, pour cette raison, khadgin, « rhinocéros ». L'accè […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André BAREAU, Yves CONGAR, Louis GARDET, Françoise MALLISON, « SAINTETÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/