SAINT-MORITZ (JEUX OLYMPIQUES DE) [1928]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cette fois, contrairement à 1924, les compétitions de Saint-Moritz reçoivent officiellement l'appellation « jeux Olympiques d'hiver ». Néanmoins, le C.I.O. souhaitait – ce sera le cas jusqu'en 1936 – que Jeux d'hiver et Jeux d'été se déroulent dans le même pays. Mais, le 2 juin 1921, jour où Amsterdam fut désignée ville d'accueil des Jeux d'été de 1928, de Jeux d'hiver il n'était alors bien sûr point question. Si les Pays-Bas sont le berceau du patinage de vitesse, il n'est pas possible d'organiser dans ce plat pays des épreuves de ski ou de bobsleigh, par exemple. Le C.I.O. déroge donc à la règle qu'il a établie, et confie l'organisation des IIes jeux Olympiques d'hiver à la Suisse. Les villes de Davos, Engelberg et Saint-Moritz se portent candidates. Le 6 mai 1926, le C.I.O., réuni pour sa vingt-quatrième session à Lisbonne, choisit Saint-Moritz.

Saint-Moritz, station de sports d'hiver huppée et prisée de la haute société depuis la fin du xixe siècle, en profite pour s'offrir une cure de rajeunissement. La municipalité investit des sommes importantes pour rénover les installations sportives existantes ou en construire de nouvelles, telles que la patinoire, immense, et le tremplin de saut à skis. La station des Grisons se pare aux couleurs olympiques, de grands anneaux multicolores sont installés le long de la route accidentée qui conduit au village depuis la gare. Chaque train amène des voyageurs en grand nombre, et les hôtels de la ville affichent rapidement complet. Certains spectateurs doivent même « loger » dans les couloirs des hôtels. Néanmoins, personne n'envisage de renoncer à la fête olympique, surtout que fréquenter la rue centrale vêtu des dernières tenues à la mode est du meilleur ton...

Un nouveau sport est inscrit au programme olympique, le skeleton, qui est né à Saint-Moritz à la fin du xixe siècle et dont les épreuves se déroulent sur la célèbre Cresta Run, piste de 1 213 mètres reliant Saint-Moritz à Celerina. En outre, les spect [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SAINT-MORITZ (JEUX OLYMPIQUES DE) [1928] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-moritz-jeux-olympiques-de-1928-contexte-organisation-bilan/