SAINT-MARIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom officielRépublique de Saint-Marin (SM)
Chefs de l'État et du gouvernementles capitaines-régents Alessandro Mancini et Grazia Zafferani (du 1er avril 2020 au 1er octobre 2020)
Note :
CapitaleSaint-Marin
Langue officielleitalien
Unité monétaireeuro (EUR) 1
Note : L'unité monétaire utilisée est l'euro même si Saint-Marin n'est pas membre de l'Union européenne
Population33 400 (estim. 2019)
Superficie (km2)61

Une tradition d'indépendance

La tradition historique a tendu à faire remonter aussi loin que possible dans le passé un idéal exceptionnel de liberté et d'égalité. Saint-Marin aurait pour origine une petite communauté chrétienne, fondée au ive siècle par Marin, tailleur de pierre dalmate, réfugié sur le mont Titan, pour échapper aux persécutions de Dioclétien. Il aurait reçu d'une dame de Rimini toute la montagne en « alleu » (terre libre et franche sans aucune dépendance). En fait, les rares documents historiques prouvent seulement la présence à cet endroit d'un monastère vers 500, d'un château fortifié au milieu du viiie siècle, et à nouveau d'un monastère en 885, possédant d'assez vastes domaines cultivés, ce qui implique l'établissement d'une population agricole. Ce n'est donc que vers les xe et xie siècles que commence réellement l'existence de la cité, avec l'augmentation de la population et la nécessité d'une organisation civique ; aux côtés de l'abbé apparaît un deffensor, chargé de la défense, et se constitue l'Arengo, assemblée des chefs de famille, qui détient le pouvoir délibératif suprême.

Du xie au xiiie siècle, la communauté eut à se défendre contre les prétentions de la papauté, des évêques voisins de Rimini et de Montefeltro (elle se rangea aux côtés des gibelins). Elle reçut en donation ou acheta de nouveaux territoires, et consolida son système de défense et son organisation interne : les premiers statuts communaux, antérieurs à 1295, furent réformés à plusieurs reprises ; les magistrats suprêmes étaient les consuls (appelés à partir de 1302 capitaines et défenseurs) ; elle prit le nom de république. Sa force nouvelle provoqua aux xive et xve siècles de nombreuses convoitises et des guerres avec ses voisins, les ducs de Rimini, durant lesquelles elle fut soutenue par les ducs d'Urbino. Grâce à leur alliance, à celle des papes et des ducs d'Aragon, rois de Naples, elle en sortit définitivement victorieuse en 1462, ayant affermi sa position parmi les États italiens de l'époque et atteint ses limites territoriale [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Saint-Marin : carte physique

Saint-Marin : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Saint-Marin : drapeau

Saint-Marin : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Fort de la Guaita, Saint-Marin

Fort de la Guaita, Saint-Marin
Crédits : Caminoel/ Shutterstock

diaporama





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-MARIN  » est également traité dans :

ENCLAVE

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 353 mots

Territoire d'un État ou partie de ce territoire entièrement entouré par le territoire d'un autre État. Nombreuses à l'époque féodale, les enclaves ont progressivement disparu avec l'apparition d'États modernes dans lesquels à l'unité du pouvoir correspond le plus souvent une même unité sur le plan du territoire et de la population. Cependant, les aléas de l'histoire ont laissé subsister jusqu'à au […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-30 décembre 2019 • Saint-Marin • Élections législatives.

Le 8, le Parti démocrate-chrétien, en forte progression, remporte les élections législatives avec 33,4 p. 100 des suffrages et 21 sièges sur 60. La coalition Demain en mouvement menée par le Mouvement civique RETE (gauche) obtient 24,7 p. 100 des voix et 15 élus. La liste Saint-Marin libre [...] Lire la suite

4 décembre 2016 • Saint-Marin • Élections législatives.

La coalition Adesso.sm (Maintenant.sm) dirigée par la gauche socialiste et démocrate remporte le second tour des élections législatives avec 35 sièges sur 60, contre 16 à la coalition San Marino prima di tutto (Saint-Marin avant tout) menée par le Parti chrétien-démocrate, et 9 à la coalition Democrazia in movimento (Démocratie en mouvement) conduite par le Mouvement civique pour la rénovation, l’équité, la transparence et le développement durable.  [...] Lire la suite

11 novembre 2012 • Saint-Marin • Victoire de la coalition au pouvoir lors des élections législatives.

La coalition électorale Pour le bien commun de Saint-Marin, dirigée par le Parti démocrate-chrétien au pouvoir, obtient 35 sièges sur 60 aux élections législatives anticipées – le Grand Conseil avait été dissous en août. Elle devance la coalition menée par le Parti socialiste, Entente pour le pays [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Lise BORDARIER, « SAINT-MARIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-marin/