SAINT-JOHN PERSE (1887-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une adolescence tropicale et seigneuriale

Alexis Saint-Léger Léger est né à la Guadeloupe, cette France d'outre-mer qui n'a point connu la « cure d'amaigrissement culturel et linguistique » de Malherbe et de Voltaire. Les attaches européennes de la famille sont en Bourgogne, en Normandie et en Provence. Le milieu qu'il connut à Pointe-à-Pitre rappelle la France du xviiie siècle, stricte et un peu surannée, avec une touche espagnole, marquée entre autres par le formalisme rigoureux de la formation morale.

Alexis Léger vivait dans un très compliqué mélange et croisement de races et de langues. Seul garçon d'une famille de cinq enfants, il fut, une nuit, en ce monde évasif et chaud, le centre d'une sorte de cérémonie d'initiation « śivaïque » : titubant de sommeil, on lui fit « imposer les mains » ; il fut couronné de fleurs et de fruits, et marqué au front du signe de Viśnu. « Palmes... Alors on te baignait dans l'eau-de-feuilles-vertes ; et l'eau encore était du soleil vert ; et les servantes de ta mère, grandes filles luisantes, remuaient leurs jambes chaudes près de toi qui tremblais... »

Alexis Léger commença très tôt ses explorations terrestres et maritimes. Sa mère, toujours présente en l'œuvre, se profile dès l'enfance ; son père est déjà « le Prince », et la calme présence évoquée en ces mots : « Et la maison durait, sous les arbres à plumes. » La mort d'une très jeune sœur introduit dans cette enfance un signe mystérieux, non point négatif, mais inscrit dans le tissu même de la vie. Double articulation, dès l'enfance, d'une connaissance précise des choses du cosmos et communion lyrique avec elles, sous le signe de l'émerveillement : « Appelant toute chose, je récitais qu'elle était grande, appelant toute bête, qu'elle était belle et bonne. »



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Louvain, sous-secrétaire de la Congrégation de la foi, Rome

Classification


Autres références

«  SAINT-JOHN PERSE (1887-1975)  » est également traité dans :

ANABASE, Saint-John Perse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 653 mots
  •  • 1 média

En 1955, en réponse à un questionnaire sur les raisons d'écrire, Saint-John Perse déclare : « À la question toujours posée : “Pourquoi écrivez-vous ?” la réponse du poète sera toujours la plus brève : “Pour mieux vivre”. » Vie et écriture tissent intimement leurs trames dans une œuvre solitaire, liée aux plus exigeants soucis formels et cependant désireuse d'être « mode de vie – et de vie intégra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anabase/#i_39590

POINTE-À-PITRE

  • Écrit par 
  • Christian GIRAULT
  •  • 386 mots
  •  • 2 médias

Pointe-à-Pitre, dont le toponyme est attesté dès 1762 lors de l'occupation des îles par les Anglais, est la capitale économique du département et région d’outre-mer (DROM) de la Guadeloupe . Fondée sur un site pourtant considéré comme insalubre, car marécageux, la ville est située sur le Petit Cul-de-Sac marin, à la jonction des deux îles principales de la Guadeloupe, la Grande Terre et la Basse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pointe-a-pitre/#i_39590

Pour citer l’article

Charles MOELLER, « SAINT-JOHN PERSE (1887-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-john-perse/