SAGESSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sagesse dans la Bible

Les Anciens avaient représenté la sagesse sous les traits d'Athéna. C'était pensivement appuyée sur sa lance que la déesse-guerrière, née tout armée du crâne de Zeus, surgissait aux regards des mortels sous le ciseau du sculpteur ou le pinceau du peintre. Mais la reine des batailles tenait un rameau d'olivier à la main ; car la sagesse politique enseigne que la paix n'est jamais que la récompense du plus fort. La déesse incarnait également l'intelligence ; car sagesse et raison cheminent de conserve. Il ne manquait à la déesse aux bras blancs, protectrice de l'astucieux Ulysse, que d'avoir dicté des ouvrages. L'idée de transformer les Célestes en écrivains n'est apparue qu'avec le judaïsme. Le bénéfice le plus précieux que l'art de la politique a retiré de ce génial artifice a été de permettre au sage de paraître confier publiquement au ciel lui-même le soin de rédiger, par la main de ses fidèles secrétaires, les préceptes de la morale élémentaire et pratique qui assure la bonne marche des sociétés.

Aussi, dans la Bible, le sage et la divinité se partagent-ils équitablement les mérites qu'ils s'attribuent généreusement l'un à l'autre. C'est ainsi que la sagesse de Salomon est proclamée « plus grande que celle de tous les Orientaux et que toute celle de l'Égypte » (I Rois, v, 9-14 ; cf. x, 6 s., 23 s.) ; mais elle passe pour un don particulier que le roi aurait obtenu par les prières répétées qu'il n'a cessé d'adresser à son alibi et support invisible, dont il est censé tenir la plume avec le moins d'indignité possible. De même, Joseph est salué comme un administrateur avisé, mais il tient toute sa sagesse de l'inspirateur tout-puissant dont il est réputé n'être que le docile scripteur (Gen., xli-xlvii).

Le combat contre la lettre

Ce dédoublement de la personnalité est constant chez les Prophètes, qui se laissent tellement habiter par leur double littéraire qu'ils se sentent devenir comme un objet entre ses mains. Les Grecs appela [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAGESSE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

On méconnaîtrait l'importance culturelle de la philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité, l'Antiquité, et singulièrement l'Antiquité grecque, est le lieu de naissance de la philosophie, ce qu'on ne saurait dire au même titre […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être quelconque et être suprême »  : […] Cette dualité est déjà saisissable dans le célèbre Proœmium (Prologue) de la Métaphysique (A, 1 et 2), où Aristote analyse l'idée traditionnelle de la philosophie. S'il est clair que la philosophie est un savoir de type scientifique qui s'élève au-dessus de la sensation par l'intermédiaire de l'imagination, de la mémoire et de cette première forme de généralisation qu'est l'expérience, s'il est c […] Lire la suite

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 121 mots

Dans le chapitre « Autonomie et liberté stoïcienne »  : […] Indépendance de toute régulation et de toute contrainte venant de l'extérieur, suffisance de besoins satisfaits sans que la cité ou l'individu ait à se constituer dans la dépendance de qui que ce soit, achèvement et perfection, tels sont les sens principaux attachés à la notion d'autonomie par la réflexion classique. Mais c'est sans doute chez les stoïciens – bien que le terme d'autonomie ne figu […] Lire la suite

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « La « Consolation de Philosophie » »  : […] Du fond de sa prison, avant sa mort tragique, Boèce écrit sa Consolation de Philosophie . Dans cette œuvre, où alternent prose et poésie, il fait appel à la tradition de la sagesse antique, stoïcienne et platonicienne, pour assurer la paix de son âme au sein du malheur qui l'accable. Le premier livre décrit la Philosophie apparaissant à Boèce qui, dans sa prison, se lamente sur sa disgrâce. La Ph […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Le bonheur en acte »  : […] Est-il une autre voie ? Peut-être, et c'est ce que les philosophes appellent la sagesse. Mais comment la penser ? D'abord par opposition à ce qui précède. Si le divertissement est un bonheur manqué, la sagesse serait un bonheur réussi. Mais comment, si le désir est manque ? S'il n'était que cela, il n'y aurait pas d'issue, en effet, pas de bonheur, et le suicide sans doute – ou la religion – sera […] Lire la suite

CHEMIN, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 895 mots

Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par la médiation des arts plastiques ou par celle de la littérature et de la poésie, voire de la musique, de la myth […] Lire la suite

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une sagesse pratique »  : […] En ce qui concerne la morale pratique, elle est dominée, dans le De officiis , par le conflit apparent entre l'honnête et l'utile. Cicéron déclare s'inspirer du philosophe stoïcien Panétius dans les deux premiers livres. Mais en fait, là et surtout dans le troisième livre, il se réfère directement au platonisme pour affirmer, comme les stoïciens aussi l'on fait après Platon, qu'il n'y a d'utile qu […] Lire la suite

CONTEMPLATION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 945 mots

Pour la plupart des philosophes grecs, et essentiellement pour le courant de pensée qui relie le pythagorisme, Platon et le néoplatonisme, la contemplation ( théôria , de Théa : déesse, et oraô  : voir) désigne une attitude de connaissance qui permet à l'être humain de se libérer d'une condition commune d'esclavage du sensible, des désirs et des opinions, et d'atteindre ainsi la perfection de sa n […] Lire la suite

CYRÉNAÏQUE ÉCOLE (Ve-IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 607 mots

Groupe de philosophes qui tire son nom de Cyrène, d'où était originaire son fondateur, Aristippe, disciple de Socrate. Les principaux successeurs d'Aristippe furent : sa fille Arété (une des rares femmes philosophes de l'Antiquité) ; le fils de celle-ci, Aristippe Metrodidactos (c'est-à-dire le « Disciple de sa mère ») ; Hêgêsias Péisithanatos (« qui conseille la Mort ») ; Annicéris ; Théodore l'A […] Lire la suite

DE LA NATURE, Lucrèce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 803 mots
  •  • 1 média

Le De rerum natura ( De la nature ) du Romain Lucrèce (98 env.-55 av. J.-C.), un des plus grands poèmes philosophiques de la tradition occidentale, fut écrit dans une période de grands troubles (guerre civile, révolte des esclaves emmenés par Spartacus, massacres, paupérisation...). La doctrine d'Épicure trouva chez Lucrèce de quoi satisfaire le besoin d'une sagesse (ou ataraxie) qui permettrait […] Lire la suite

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sagesse et vie publique »  : […] La solidarité et l' amitié qui, par ailleurs, étaient les éléments fondamentaux du système éthique d'Épicure, constituaient donc le lien idéal qui unissait les disciples à l'école. L'organisation pratique elle-même devait être des plus simples car tout était facilité par l'extrême frugalité de la vie que l'on menait au « Jardin ». Dans une lettre à Polyainos, Épicure se vantait de réussir à dépens […] Lire la suite

ÉPICURISME

  • Écrit par 
  • Geneviève HÉBERT
  •  • 945 mots

Dans la conscience commune, l'épicurisme souffre d'un malentendu. Il serait par excellence une philosophie du plaisir, un hédonisme, et l'épicurien un jouisseur, au mieux un bon vivant, au pire un débauché. Or, s'il fait l'éloge du plaisir, c'est dans le cadre d'un ascétisme raisonné. Une analyse rigoureuse des plaisirs véritables conduisait en effet Épicure (341-270 av. J.-C.) à juger que « ni l […] Lire la suite

FRAGMENTS, Héraclite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeu du monde »  : […] La discorde habite le monde, et la sagesse ne saurait se réduire à la simple conciliation des opposés. Le sage est celui qui a su entendre que la nature est mesure, non mesurable à partir de nos oppositions. « Guerre ( Polemos ) est de tous le père, de tous le roi ; et les uns, il les désigne comme dieux, les autres comme hommes ; les uns, il les fait esclaves, les autres, libres » (fragment 53, t […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

Dans le chapitre « Le mal, c'est de cesser de « philosopher » »  : […] Du plus profond de son âme, Socrate croit avoir reçu une mission du dieu de Delphes, Apollon. Il n'y a aucune raison de douter de ce fait. Au vrai, on se rend la personne de Socrate tout à fait inintelligible, sa façon de vivre et les circonstances de sa mort, si l'on refuse d'admettre qu'il ait cru à sa mission. Cette mission est, comme il dit, d'« agir en ami de la sagesse » (ϕιλοσοϕε̃ιν), c'es […] Lire la suite

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Les données de l'historiographie philosophique sont imprécises, qui permettraient de circonscrire les problèmes relatifs à la naissance du mot et de la notion d'hédonisme. Créé en 1890, par dérivation du grec ἡδονή qui signifie plaisir, ce terme désigne dès lors un ensemble de thèses éparses que la tradition philosophique gréco-latine attribuait aux cyrénaïques. Ces derniers, comme les mégariqu […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] La mort de Kindī coïncide, ou peu s'en faut, avec la naissance de celui qui inaugure vraiment la lignée classique des grands e̱alāsifa  : c'est Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ṭaraẖān b. Ūsaluġ al-Fārābī, mort, selon l'avis le plus courant, en 339/950. On remarque avant tout chez lui un puissant intérêt pour la logique, à laquelle il a consacré un bon nombre d'ouvrages (commentaires et paraphras […] Lire la suite

JOB LIVRE DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 711 mots
  •  • 1 média

Le Livre de Job est classé parmi les Écrits ( Ketubim ) dans les différentes Bibles, mais à des endroits qui varient (dans le canon catholique, la version syriaque le met entre le Pentateuque et le Livre de Josué, tandis que la Vulgate le place en tête des livres didactiques). Ces divergences s'expliquent en partie par les incertitudes concernant l'origine du livre et l'époque de son héros. Le Li […] Lire la suite

KEYSERLING HERMANN VON (1880-1946)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 890 mots

Né à Könno, en Livonie, le comte de Keyserling appartenait à une vieille famille de la noblesse allemande installée dans les provinces baltiques. Lorsqu'il meurt, âgé de soixante-six ans, à Innsbruck, il a parcouru toute la planète et longuement visité l'Inde, la Chine, le Japon, l'Amérique. L'immense succès du Journal de voyage d'un philosophe ( Reisetagebuch eines Philosophen ), commencé en 191 […] Lire la suite

LETTRES À LUCILIUS, Sénèque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Composées au cours des trois dernières années de la vie de Sénèque (4 av. J.-C.-65), ces 124 lettres qui nous sont parvenues, adressées à l'ami et poète Lucilius, constituent un manuel complet de philosophie. Entre Sénèque et le stoïcisme des origines, plus de trois siècles se sont écoulés. Mais, en ces temps troublés du règne de Néron (Rome est incendiée en 64), les exigences de mener une « vie p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 septembre 2009 • États-Unis • Abandon du bouclier antimissile en Europe.

de Varsovie, mais il sera plus ciblé, plus léger et moins coûteux. Moscou, qui a toujours perçu le bouclier américain comme une menace pour sa propre sécurité, se réjouit de cette décision; les chefs d'État européens saluent également la « sagesse » du président américain.  [...] Lire la suite

2-16 avril 2008 • France • Examen du projet de loi sur les O.G.M.

le rejet de l'amendement et s'en était remise « à la sagesse de l'Assemblée ». Le 8, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a essuyé des critiques de son camp, déclare dans la presse qu'« il y a un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé [président du groupe U.M.P. à l'Assemblée], qui essaie [...] Lire la suite

1er-22 novembre 1994 • Algérie • Durcissement de la répression et amorce d'un dialogue indépendant du gouvernement.

de la répression attendue après le constat d'échec de la politique de « dialogue » fait par le président Liamine Zéroual en octobre. Le même jour, le président du F.I.S. Abassi Madani adresse une lettre au chef de l'État dans laquelle il l'invite « à faire preuve de sagesse ». Dans les premiers jours [...] Lire la suite

3-15 janvier 1991 • Crise du Golfe • Échec des dernières tentatives pour un règlement négocié dans la crise du Golfe.

sans succès à Bagdad avec Saddam Hussein. Le 15, après que des plans de paix français et britannique n'ont pas retenu l'attention du Conseil de sécurité, Javier Perez de Cuellar lance à l'Irak un ultime appel à « la sagesse », dans lequel il promet d'œuvrer au rétablissement de la paix dans la région après le retrait irakien du Koweït.  [...] Lire la suite

2-10 décembre 1986 • France • Pause dans la politique des réformes après l'agitation universitaire

du projet de loi Devaquet a été un « acte de sagesse ». Le 10, sur le thème « Plus jamais ça », des manifestations sont organisées dans toute la France pour protester contre la répression policière et rappeler la mémoire de Malik Oussekine. À Paris, 300 000 personnes défilent dans le calme de Denfert [...] Lire la suite

2-21 avril 1982 • France • Tensions au sein de la majorité

décision entraîne une certaine gêne parmi les socialistes, tandis qu'Alain Peyrefitte, ancien garde des Sceaux qui fut à l'origine de cette loi, se félicite de la « sagesse du gouvernement ». Le 15, Gaston Defferre, ministre de l'Intérieur, déclare qu'il faut renforcer les dispositions concernant [...] Lire la suite

12-19 février 1982 • Vatican - Afrique • Second voyage du pape Jean-Paul II en Afrique

sa propre sagesse, son sens de la vie, son respect de Dieu. » Le 17, Jean-Paul II est au Bénin, qui compterait environ 430 000 catholiques pour 3,5 millions d'habitants, dans un environnement dominé par la pratique des cultes vaudou et le marxisme officiel, puis, du 17 au 19, au Gabon (400 000 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Manuel de DIÉGUEZ, « SAGESSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/