SACRE

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Un caractère sacré »  : […] d'un saint ; Aliénor reproche à Louis VII de vivre comme un moine. Et surtout, le roi capétien prend un caractère sacré à cause du sacre et de son pouvoir miraculeux. Lors de la cérémonie qui se déroule à Reims au cours du xie siècle, le Capétien est oint du chrême qui tend à l'assimiler à un évêque et lui confère une auréole d'autant plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/#i_10246

COURONNE IMPÉRIALE & ROYALE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 010 mots

Clovis reçut, ou prit de lui-même, une couronne lors de la cérémonie de réception du diplôme et des insignes de consul honoraire envoyés par l'empereur Anastase (Tours, 508). Des rois d'Austrasie portent sur leurs monnaies d'or frappées à l'image de celles du basileus un casque de cérémonie byzantin et d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couronne-imperiale-et-royale/#i_10246

ELIADE MIRCEA (1907-1986)

  • Écrit par 
  • Maurice OLENDER
  •  • 1 263 mots

le ganz andere de Rudolf Otto (1860-1937), qui eut tant d'influence sur Eliade. Désormais, le « sacré » sera le lieu où s'enracine une sympathie avec l'univers des éléments et où, comme en transparence, l'être coïncide avec l'apparaître du monde. On y respire enfin la fraîcheur des aurores en récitant Le Mythe de l'éternel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mircea-eliade/#i_10246

ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 771 mots

Arme blanche individuelle, l'épée accompagne souvent le guerrier barbare dans sa tombe. Childéric Ier, père de Clovis (mort en 481/482), fut inhumé avec une épée à poignée d'or enrichie de grenats (des débris au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale). À l'entrevue de Ponthion en 754, le pape Étienne II aurait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epee/#i_10246

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roi, représentant de Dieu »  : […] moins aléatoires que l'élection et plus conformes aux goûts de l'époque. Pour frapper l'imagination des contemporains, il demande au pape Zacharie de confirmer sa désignation. L'union étroite des Carolingiens et de l'Église sera encore renforcée par le sacre de Pépin le Bref et de ses successeurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_10246

REIMS

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN
  •  • 901 mots
  •  • 3 médias

actuel de la ville. En 496 ou 498, le baptême de Clovis par l'évêque Remi jette les bases du royaume de France. L'archevêque Hincmar (845-882) affirme le droit pour ses successeurs de sacrer les rois et, de fait, Reims restera jusqu'au règne de Charles X la « ville des sacres », tandis que sa rivale Troyes était capitale des comtes de Champagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reims/#i_10246

SCEPTRE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 909 mots

Depuis l'Antiquité, bergers, rois et dieux portent de longs sceptres qui sont le signe de leur autorité sur le troupeau, sur le peuple ou sur le cosmos. On y place souvent au sommet un emblème destiné à montrer quelle est la source de ce pouvoir, le symbole de la divinité tutélaire, parfois une fleur de lis ou encore un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sceptre/#i_10246

SURVIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 547 mots

Le terme de survie appartient, dès son attestation la plus ancienne, au domaine du droit et de la jurisprudence. On appelle gain de survie une disposition prévoyant que les avantages de l'un des conjoints passeront à celui qui lui survivra. Les biens matériels que, de facto, le défunt perd avec la vie se trouvent ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/survie/#i_10246

TRÔNE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 886 mots

Fauteuil sur lequel le souverain s'assied lors des grandes cérémonies, le trône s'insère en général dans un décor destiné à mettre un homme au-dessus du commun des mortels : les trônes sassanides et byzantins plaçaient le souverain au milieu du cosmos, à mi-chemin entre ciel et terre, position souvent suggérée depuis l'Antiquité par des fauteuils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trone/#i_10246