RYTHMES CÉRÉBRAUX

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Max DONDEY, 
  • Jean DUMOULIN, 
  • Alfred FESSARD, 
  • Paul LAGET, 
  • Jean LENÈGRE
  •  • 17 359 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'E.E.G. physiologique »  : […] Dans l'E.E.G. d'un homme adulte éveillé on peut identifier un certain nombre de rythmes d'après leur fréquence, leur amplitude, leur morphologie, leur localisation et leur réactivité aux stimulations exogènes ou endogènes ainsi qu'aux variations du niveau de vigilance. On distingue ainsi : – le rythme alpha (α), le plus significatif et le plus constant. Chez un sujet au repos et les yeux fermés, s […] […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS, 
  • Universalis
  •  • 30 259 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les examens électrophysiologiques »  : […] L' éventail des examens électrophysiologiques est assez étendu puisqu'il comprend l'enregistrement des activités spontanées du cerveau, c'est-à-dire l'électro-encéphalogramme (E.E.G.), l'enregistrement des activités provoquées (potentiels évoqués) et celui des activités des voies nerveuses périphériques et des muscles (électrodiagnostic). L' E.E.G. consiste à recueillir sur le cuir chevelu des va […] […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 111 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le système exécutif du sommeil lent »  : […] Le sommeil lent est seulement défini par les deux critères contenus dans son appellation : l'immobilité et la présence de fuseaux et d'ondes lentes cérébrales. Celles-ci dépendent du noyau réticulaire du thalamus. Ce noyau peut être comparé à un pacemaker, car, lorsqu'il est isolé de toutes afférences cholinergiques et aminergiques pendant le sommeil lent, son activité continue à osciller rythmiq […] […] Lire la suite

VISUALISATION DE L'ACTIVITÉ DU CERVEAU

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 6 293 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’imagerie cérébrale par électroencéphalographie  »  : […] Durant le xix e  siècle et jusqu’aux années 1920, les études de l’activité électrique du cortex cérébral ne pouvaient être menées que sur l’animal. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1920 qu'elles furent rendues possibles sur des sujets humains vigiles, par enregistrement d’une activité électrique à la surface du scalp – c’est-à-dire au travers des os crâniens – corrélée avec un état psycho […] […] Lire la suite