RUTHERFORD WILLIAM HALE WHITE dit MARK (1831-1913)

Comme Conan Doyle avec Sherlock Holmes, William Hale White est l'un de ces auteurs que le public a confondu avec son personnage. En 1881, White publiait The Autobiography of Mark Rutherford, suivi de Mark Rutherford's Deliverance, 1885, et de The Revolution in Tanner's Lane, 1887, où figurait encore le personnage de Mark Rutherford. C'est sous ce nom que William H. White est resté finalement connu ; peu connu d'ailleurs. Pourtant des écrivains aussi fameux que Mathew Arnold, Joseph Conrad, Stephen Crane, André Gide et D. H. Lawrence ont témoigné des indéniables qualités de Mark Rutherford, auteur-héros.

Il naît à Bedford. Son père, propriétaire d'une petite librairie, esprit religieux, souhaite faire de lui un pasteur. White se laisse d'abord convaincre, mais il est rapidement révolté par l'hypocrisie religieuse de l'époque. La lecture de Wordsworth et de Coleridge achève de le détourner de cette voie. Il entre à l'Amirauté comme employé, et fait une carrière brillante dans l'administration.

Il publie ensuite d'autres romans : Myriam's Scooling and Other Papers (1890, Myriam à l'école), Catherine Furze (1893), Clara Hopgood (1896) et des extraits de son journal. Il se lance aussi dans des éditions savantes de Spinoza et de Samuel Johnson. En outre, il se passionne pour l'astronomie, où il acquiert une honorable compétence.

Mais c'est le cycle de Mark Rutherford qui constitue son œuvre principale. Il s'agit d'une réflexion, souvent austère, aride même, mais originale toujours, sur la religion chrétienne. Mark Rutherford (et, à travers lui, White) s'insurge contre une religion « morte » qui ne laisse pas place à une « imagination vivante », contre une éducation religieuse étouffante, et surtout contre l'hypocrisie puritaine de l'époque victorienne.

—  Ann Daphné GRIEVE

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « RUTHERFORD WILLIAM HALE WHITE dit MARK - (1831-1913) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutherford-william-hale-white-dit-mark/