RUSSIE (Arts et culture)L'art russe

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art russe ancien

L'art kiévien

Si l'on ne sait que peu de chose sur l'art du paganisme slave, c'est parce qu'il fut anéanti par les néophytes après la christianisation. C'est en tout cas à une équipe de peintres et d'architectes grecs que le prince Vladimir de Kiev confia de bâtir et de décorer les églises de sa capitale. En outre, il fit installer sur la place du Marché deux statues et un quadrige en bronze ramenés de la Chersonèse. Ainsi, la conversion de la Russie à l'orthodoxie grecque se doubla d'une ouverture sur la culture antique.

Les plus anciennes de ces églises sont la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev (1037) et celle du Sauveur-Transfiguré de Tchernigov (1037 env.). Ces deux constructions en brique cuite sont de type byzantin, c'est-à-dire à plan cruciforme et à coupole. Mais Sainte-Sophie est couronnée d'un groupe de treize coupoles, ce qu'on ne trouve dans aucune église byzantine. Sans doute s'agit-il là d'une initiative locale inspirée de la charpente en bois. La silhouette pyramidale de la cathédrale, bien découpée au sommet de la haute rive du Dniepr était le point culminant du panorama de la ville. L'ascension progressive des douze coupoles secondaires vers le dôme principal reçut un rappel à l'intérieur, où la mosaïque du Pantocrator règne sur les images des Apôtres et des saints. Ce programme iconographique proclamait l'idée de la hiérarchie céleste, à laquelle répondait la hiérarchie terrestre ayant à sa tête le prince.

Les mosaïques du monastère Saint-Michel de Kiev (fin du xie s., actuellement installées dans une chapelle de Sainte-Sophie et à la galerie Tretiakov de Moscou) représentant la Cène et saint Démétrios, patron de Salonique, dépassent déjà leurs devancières de Kiev par la finesse du dessin et la richesse du coloris. Sans doute est-ce l'œuvre de mosaïstes de Constantinople particulièrement cotés. C'est aussi de Constantinople que fut acheminée à Kiev l'icône de la Vierge de Vladimir (galerie Tretiakov), image de la Mère douloureuse songeant au martyre futur de l'Enfant qui la caresse. Dès cette période, les Russes produisent de beaux émaux cloisonnés.

Avec l'intervention de l'art sacré byzantin, l'art russe acquiert une vocation humaniste clairement affirmée ; le type iconographique de la Vierge de Vladimir, si rare à Byzance, connaîtra une grande vogue en Russie.

La principauté de Vladimir-Souzdal (XIIe-XIIIe s.)

Harcelés par les nomades de la steppe, les Russes s'enfoncent vers le Nord, où apparaissent plusieurs centres culturels : Rostov, Vladimir, Souzdal. Les nouveaux venus apportent avec eux la tradition artistique kiévienne. Le prince André Bogolioubski est un actif constructeur d'églises qu'il fait orner somptueusement. On retiendra notamment la porte d'Or de Vladimir (1164), la cathédrale de la Dormition (1158-1161, agrandie par la suite), l'église de la Nerle (1163), la résidence du prince à Bogolioubovo (1158-1165). Ses successeurs érigent la cathédrale Saint-Dimitri (1194-1197) et celle de Iouriev-Polskoï (1230-1234). Tous ces temples bâtis de calcaire offrent des formes compactes aux façades bien ordonnées, agrémentées de frises d'arcatures. L'église de l'Intercession-de-la-Vierge, sur la Nerle, est une œuvre aux proportions particulièrement élégantes, soulignées par la fine plastique des portails et des baies. Certains motifs de cette architecture vladimiro-souzdalienne présentant des affinités avec le roman occidental (celui notamment de l'Italie du Nord), il n'est pas exclu que des compagnons étrangers aient pris part à leur construction. Il reste que les églises russes de cette époque offrent des proportions beaucoup plus sûres et harmonieuses, et s'inscrivent à la perfection dans le site.

Les façades de ces temples sont abondamment ornées d'une sculpture méplate figurant des personnages humains, des animaux, des oiseaux, des plantes. Certains de ces motifs se rapprochent de la sculpture romane et orientale, d'autres tireraient leur ascendance de l'art païen des Slaves. Tout un bestiaire s'ordonne autour du roi David et d'Alexandre le Grand pour les adorer. Les figures obéissent à un rythme ornemental puissant. On a l'impression d'une dentelle jetée sur la pierre.

La peinture murale de Vladimir-Souzdal est toujours dominée par la tradition de la métropole byzantine. C'est ce qu'attestent des fresques comme Les Apôtres du Jugement dernier à Saint-Dimitri et des icônes comme celle de L'Annonciation d'Oustioug (galerie Tretiakov).

Novgorod et Pskov (XIe-XIIe s.)

L'art des cités libres du Nord, Novgorod et Pskov, contraste avec celui de Vladimir-Souzdal par sa grandeur austère et la sobriété de ses formes. Peut-être est-ce là le signe de l'esprit démocratique des habitants de ces villes.

La cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod (1045-1052, remaniée au xiie s.) rappelle son homologue de Kiev pour le plan, mais présente une muraille aveugle badigeonnée de blanc et des formes plus massives. Les cinq robustes coupoles parachèvent l'impression de puissance. Le même sens de la grandeur caractérise les deux cathédrales que le maître Piotr élève aux monastères Saint-Antoine et Saint-Georges (1117, 1119). À la fin du xiie siècle apparaît le type du petit temple paroissial dont l'église du Sauveur sur la Néreditsa (1198, détruite par les nazis et reconstituée après la guerre) donne un exemple accompli.

Les premières peintures novgorodiennes présentent un caractère byzantin accusé (prophètes de la coupole de Sainte-Sophie, 1108 ; icône de la Sainte Face, xiie s., galerie Tretiakov). Les fresques de Staraïa Ladoga (xiie s.), celles du couvent Mirojski à Pskov et surtout du Sauveur sur la Néreditsa (1199) sont les œuvres de maîtres locaux à l'originalité beaucoup plus marquée. L'exécution est moins raffinée, voire grossière, mais la force d'expression n'en est que plus vive. Les fresques du Sauveur de la Néreditsa, dont on possède des copies, mettent en scène des personnages tout à fait remarquables (par exemple les visages des saints tournés craintivement vers le Juge du Jugement dernier).

L'invasion mongole (XIIe-XIVe s.)

L'invasion mongole fut une véritable tragédie nationale dont les conséquences furent extrêmement lourdes pour les Russes. Les Tatars incendient les villes, emmènent les gens de métier à la Horde. On ne construit plus en pierre, l'art de l'émail périclite, le pays est coupé de Byzance. Toute vie artistique ne cesse pas pour autant, et l'on voit les peintres d'icônes, opérant avec les moyens les plus modestes, s'é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 29 pages

Médias de l’article

Église de l'Annonciation au Kremlin

Église de l'Annonciation au Kremlin
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Jugement Dernier, École de Novgorod

Le Jugement Dernier, École de Novgorod
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Cathédrale de la Dormition, Moscou

Cathédrale de la Dormition, Moscou
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'Académie des beaux-arts de l'U.R.S.S.
  • : chargée de recherche au centre André-Chastel, université de Paris-IV-Sorbonne, docteur en histoire et civilisation de l'École des hautes études en sciences sociales, habilitée à diriger les recherches
  • : chercheuse associée au Centre d'histoire de Sciences Po
  • : docteur en histoire de l'art, membre de l'Académie russe des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, professeur de l'Institut d'architecture de Moscou, directeur de l'Institut scientifique et de recherche sur la théorie et l'histoire de l'art de Moscou

Classification

Autres références

«  RUSSIE  » est également traité dans :

RUSSIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 1 234 mots

L'hyperbole est d'usage dès qu'il s'agit de la Russie. La démesure y est montrée partout à l'œuvre, dans le territoire comme dans les passions individuelles et l'histoire collective. Au panthéon littéraire elle a légué des héros caractérisés par leurs excès, indolent Oblomov ou modèles exaltés de l'Homme révolté. Le flirt constant avec l'infini se dit jusque dans la conquête de l'espace : les Russ […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev engageait l'U.R.S.S. dans la perestroïka, nouvelle politique qui se transforma bien vite en séisme géopolitique pour le continent européen.Après l'effondrement des démocraties populaires en 1989, l'implosion de l'U.R.S.S. en 1991 laissait la place à quinze républiqu […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

L'histoire de la Russie est celle de la formation d'un vaste empire qui, du xe au xxe siècle, s'est peu à peu étendu, à partir des plaines de l'Europe orientale aux rives du Pacifique et aux montagnes d'Asie centrale. Le mot « Russie » désigne un domaine où se sont rassemblés des peuples divers, en grosse […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 323 mots
  •  • 8 médias

La Fédération russe naît en 1991 avec la disparition de l'URSS. Elle doit alors s'inventer comme État-nation, qui plus est multiethnique, tâche d'autant plus ardue que le pays a été tout au long de son histoire à la tête d'un empire et que sa population vient de subir, avec la perestroïka, un traumatisme identitaire, la sensation d'être une superpuissance déchue venant s'ajouter à la perte des rep […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 353 mots
  •  • 6 médias

L’histoire de l’économie russe à partir de la disparition de l’URSS en 1991 est symptomatique des enjeux de la « transition » qu’a connue toute l’Europe de l’Est à la fin du xxe siècle et au début du xxie : le passage d’un système économique de type soviétique à un système de type capitaliste. Les grandes […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Produit d'une société dont l'histoire est caractérisée par une suite de ruptures brutales, la littérature russe est née de la première de ces ruptures, celle qui, dans les dernières années du premier millénaire, fait de la Russie païenne évangélisée par Byzance l'un des grands États de la chrétienté médiévale. Une seconde rupture, provoquée à l'aube du xviii […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

L'année 1898 est une des grandes dates de l'histoire du théâtre européen. Elle marque la fondation du Théâtre d'art de Moscou, en réaction contre l'académisme, le vedettariat, le bas niveau du répertoire et le caractère commercial de la scène russe de l'époque. C'est sur les planches du Théâtre d'art que se produit la rencontre des deux figur […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 3 034 mots
  •  • 4 médias

« C'est le peuple qui crée la musique, et nous sommes des « arrangeurs » à son service », déclarait Glinka qui, même s'il eut quelques précurseurs, tel A. Verstovski, fut bel et bien le « père » de la musique russe, le fondateur d'une école nationale, durant la première moitié du xixe siècle. Et Glinka écrit enc […] Lire la suite

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 172 mots
  •  • 6 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas unique, ouvert à de très nombreuses expérimentations. P […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel ALPATOV, Olga MEDVEDKOVA, Cécile PICHON-BONIN, Andreï TOLSTOÏ, « RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/