RUMINATIONS MENTALES, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les ruminations dans le cadre de la dépression

Le rôle des ruminations mentales a été largement étudié dans la dépression. Selon la théorie des styles de réponse de Susan Nolen-Hoeksema, les ruminations mentales constituent un mode de réponse stable à la détresse. Ce mode de réponse se caractérise par des pensées répétitives et passives sur les causes (« pourquoi ai-je ces symptômes ? ») et conséquences (« que va-t-il arriver ? ») des symptômes de détresse. Il est plus fréquent chez les femmes et les personnes souffrant ou ayant souffert de dépression.

Des études longitudinales ont montré que la tendance à ruminer contribuait au développement et à la sévérité de la dépression chez des personnes n’ayant jamais été déprimées et au maintien de la dépression chez les personnes déprimées. Ces effets s’expliquent par différents mécanismes. Des études expérimentales ont révélé que, lorsque l’on est dans un état d’humeur négatif, ruminer augmente l’humeur négative, mène à plus de pensées négatives (par ex., rappels de souvenirs négatifs, interprétations négatives de situations, pessimisme), interfère avec la capacité à résoudre des problèmes et est associé à une diminution de la motivation à entreprendre des activités susceptibles d’améliorer l’humeur dépressive. Les conséquences négatives des ruminations s’étendent également à la dimension interpersonnelle. En effet, les personnes ayant plus tendance à ruminer ont également moins de soutien social.

Depuis les travaux initiaux, des études ont montré que les ruminations étaient impliquées dans le développement et le maintien de plusieurs troubles tels que les troubles anxieux, les troubles alimentaires, ceux liés à l’abus de substances ainsi que dans des problématiques d’automutilation.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUMINATIONS MENTALES, psychologie  » est également traité dans :

ÉCRITURE EXPRESSIVE

  • Écrit par 
  • Thierry OLIVE
  •  • 1 122 mots

L’écriture expressive est une technique thérapeutique qui demande à l’individu de décrire par écrit ce qu’il ressent au sujet d’un événement personnel à l’origine d’un stress ou d’une difficulté. Initialement développée par le psychologue américain James Pennebaker durant les années 1990, l’utilisation de l’écriture expressive s’inscrit dans le champ des thérapies cognitives et comportementales. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecriture-expressive/#i_56736

GESTION DU STRESS

  • Écrit par 
  • Jacques VAN RILLAER
  •  • 947 mots

Dans le chapitre « Une approche scientifique intégrée »  : […] Au xix e  siècle apparaissent des psychothérapies et des ouvrages de développement personnel qui contiennent souvent d’utiles recommandations, mais sans fondements théoriques solides ni validations méthodiques. C’est seulement avec le développement des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) que se développe, dans les années 1960, une conception intégrant des procédures, scientifiquement évalu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestion-du-stress/#i_56736

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « Vers une approche transdiagnostique »  : […] La psychologie clinique comportementale et cognitive s’intéresse aux processus psychologiques sous-tendant les troubles mentaux. Après s’être appuyée sur les critères diagnostiques pour proposer des thérapies empiriquement validées, elle se tourne vers une approche transdiagnostique et une prise en charge centrée sur les processus psychologiques, ce qui permet de mieux prendre en compte la comorb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-comportementale-et-cognitive/#i_56736

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 1 060 mots

Les obsessions et les rituels sont décrits depuis très longtemps : par exemple, la scrupulosité morbide – qui peut s’apparenter à la rumination obsessionnelle – rapportée par les moines, en médecine les « monomanies raisonnantes » d’Esquirol ou encore la folie du doute notée par Legrand du Saulle évoquent des caractéristiques du trouble obsessionnel compulsif. Cependant, il revient à Pierre Janet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-des-troubles-obsessionnels-compulsifs/#i_56736

PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martial VAN DER LINDEN
  •  • 2 365 mots

Dans le chapitre « Les croyances dysfonctionnelles  »  : […] Les croyances dysfonctionnelles sont constituées d’un ensemble complexe d’associations entre concepts, stockées en mémoire à long terme et qui influencent le fonctionnement cognitif, affectif et relationnel. Par exemple, en raison d’expériences précoces et de facteurs de personnalité, les personnes ayant reçu un diagnostic d’anxiété sociale ont développé des croyances problématiques sur elles-mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-cognitive/#i_56736

Voir aussi

Pour citer l’article

Céline BAEYENS, « RUMINATIONS MENTALES, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminations-mentales-psychologie/