RUINES, esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les «  vedutisti », peintres de ruines

Des ruines de Rome figurent dans le fond des scènes de genre peintes par Pieter van Laer, dit le Bamboccio à cause de son physique disgracieux, et par ses disciples appelés Bamboccianti d'après le sobriquet de leur maître (par exemple dans la Mascarade de comédiens à Rome de Jan Miel, au Prado). Mais les ruines formèrent surtout un ingrédient de la peinture de paysage, laquelle pendant un siècle, de Paul Bril à Jan Frans van Bloemen, inonda l'Italie et l'Europe de paysages italiens typiques, dont on peut lire la recette dans le Groot Schilderbook (Grand Livre des peintres) de Gérard de Lairesse, qui explique l'art de placer dans un tableau des tombeaux anciens, des cénotaphes, des cippes : « Toutes ces choses distribuées avec intelligence et art ne peuvent manquer de produire un bon effet dans un site ouvert, pourvu qu'on ne les multiplie pas inutilement, et qu'on ne répète pas trop souvent la même chose. » Or c'est justement cela que font les peintres de paysages romains avec des ruines : ils groupent plusieurs monuments dans la même scène selon une sélection éclectique et répètent à satiété certains d'entre eux. Quelques-uns de ces vedutisti sont remarquables par la précision des détails, comme Lievin Cruyl, précurseur de Gaspard Van Wittel ; d'autres ne respectent aucunement la topographie, comme Willem van Nieulandt dans le Marché parmi les ruines du Campo vaccino ; d'autres encore, comme Tobias Veraecht, arrivent à donner un pot-pourri de motifs italiens, dans le genre des « caprices » des compositeurs modernes (Tchaïkovski, Charpentier, Stravinski ou Casella). Dans le Cortège burlesque de Veraecht, par exemple, on voit un cortège de carnaval, une sérénade, une agression, contre un arrière-plan où l'on reconnaît la façade du palais Farnèse, les colonnes du temple de Castor et Pollux, une fontaine semblable à celle de la place Navone, œuvre de Bernin, une basilique semblable à Santa Maria in Trastevere, la coupole de Saint-Pierre et le [...]

Paysage fantastique avec cascade et pont, P. Bril

Paysage fantastique avec cascade et pont, P. Bril

Photographie

Paul BRIL, Paysage fantastique avec cascade et pont, huile sur toile. Johnny van Haeften Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Rome

Classification


Autres références

«  RUINES, esthétique  » est également traité dans :

BERCHEM ou BERGHEM NICOLAES PIETERSZ (1620-1683)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 664 mots

Né à Haarlem, Nicolaes Berchem devient membre de la guilde de cette ville en 1642. Il meurt à Amsterdam où il s'était fixé depuis 1677. Il est un des peintres italianisants de la deuxième génération, celle de Both et d'Asselyn, de dix ans ses aînés. Comme ces derniers, il est allé très probablement en Italie, une première fois entre les années 1643 et 1645, puis entre 1653 et 1656. Il est d'abord […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Du danger des richesses »  : […] Deux siècles séparent l' Apologie de Lövenklav de la publication, en 1776, du premier tome de l'œuvre de Gibbon, The History of the Decline and Fall of the Roman Empire , qui reçut les éloges de Robertson, Ferguson, Walpole et surtout de Hume. Au cours de cette période, l'histoire de Rome demeure le modèle de référence fondamental au moyen duquel la décadence des États est analysée. Le problème d […] Lire la suite

DUPÉRAC ÉTIENNE (1530 env.-1604)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 868 mots

Né à Paris, ou à Bordeaux, Étienne Dupérac part sans doute très jeune en Italie, où il va réaliser un œuvre gravé dont le catalogue comprend plus de cent vingt-deux numéros. Il débute à Venise, à une date mal déterminée, gravant une série de paysages proches de ceux des aquafortistes véronais (Battista d'Angolo del Moro, Battista Fontana). Vers 1559 et 1560, il est à Rome, où il commence à étudier […] Lire la suite

GIRTIN THOMAS (1775-1802)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 495 mots

Formé auprès de l'aquarelliste Edward Dayes, dont l'œuvre est bien représentatif de l'agréable tradition topographique du xviii e  siècle, le peintre anglais Thomas Girtin va révolutionner cette dernière. Vers la même époque, en copiant et en coloriant des gravures d'après Rubens, le Canaletto, Richard Wilson, John Robert Cozens, il élabore une vision plus synthétique, une écriture plus souple et […] Lire la suite

MONSÙ DESIDERIO (1re moitié XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 771 mots

On attribuait à un certain Monsù Desiderio un ensemble de tableaux représentant des paysages, des architectures imaginaires animées de figures fantomatiques — dont on savait, par des signatures ou des inscriptions au dos des toiles et par le témoignage de De Dominici, que l'auteur avait vécu à Naples dans la première moitié du xvii e  siècle. Bien que le terme de monsù (monsieur) ait toujours, en […] Lire la suite

PIRANÈSE (1720-1778)

  • Écrit par 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 2 195 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le graveur des antiquités romaines »  : […] Jusqu'à sa mort, Piranèse ne devait plus cesser de dessiner et de graver les œuvres de l'Antiquité, à Rome, dans la campagne romaine où il fouille, surtout à la villa Hadriana. Il collectionne infatigablement les fragments d'architecture, échangeant et marchandant avec Gavin Hamilton ou le cardinal Albani, et, surtout, il commence à publier ses œuvres : son premier recueil gravé, Prima Parte d'ar […] Lire la suite

PITTORESQUE, art et esthétique

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 652 mots
  •  • 2 médias

Si le mot pittoresque (de l'italien pittoresco ) apparaît en France en 1708 (il ne fut admis par l'Académie qu'en 1732), il qualifie à l'origine « une composition dont le coup d'œil fait un grand effet », c'est-à-dire qui répond aux canons de l'harmonie classique (abbé Du Bos, Réflexions critiques sur la poésie et la peinture , 1719) ; acception reprise tardivement par l' Encyclopédie tandis que, […] Lire la suite

RESTAURATION (architecture)

  • Écrit par 
  • Colette DI MATTEO, 
  • Piero GAZZOLA
  •  • 4 413 mots

Dans le chapitre « Les théories »  : […] À la fin du xviii e  siècle furent effectuées les premières entreprises conduites selon des critères systématiques. Rome accueille les initiatives ambitieuses : une impatiente volonté de remettre en état les ensembles monumentaux de l'époque impériale s'y manifeste. On identifie la structure du grandiose forum de Trajan et, en travaillant au milieu de la végétation touffue des édifices du Moyen Âg […] Lire la suite

RICCI MARCO (1676-1729)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 250 mots

Parallèlement aux « védutistes » du xviii e siècle, Marco Ricci, neveu de Sebastiano, donne son autonomie au paysage vénitien. Il trouve une source d'inspiration à Venise, dans l'œuvre de Titien et dans les gravures de Campagnola, mais surtout hors de Venise, chez Micco Spadaro, Salvator Rosa et même Claude Lorrain. Magnasco lui fait entrevoir les ressources des profondeurs ténébreuses, sillonnée […] Lire la suite

ROBERT HUBERT (1733-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 459 mots
  •  • 1 média

Artiste qui est à coup sûr l'un des principaux protagonistes du renouveau général de la peinture de paysage qui marque en France la seconde moitié du xviii e siècle . Hubert Robert se forma au cours d'un long séjour en Italie (1754-1765). L'intérêt pour la peinture de Claude Lorrain, qui se manifestait déjà chez un Joseph Vernet et qu'encourageait volontiers Natoire, (directeur de l'Académie de F […] Lire la suite

VÉDUTISTES

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI
  •  • 4 225 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le rôle des Nordiques italianisés »  : […] Les éléments figuratifs, qui sont à l'origine du genre de la vue topographique, sont variés et parfois opposés, leurs racines pénètrent dans la culture artistique de la première moitié du xvii e siècle et dans certains cas remontent même au siècle précédent. Il s'ajoute à l'élément prospectif une vraisemblance optique, c'est-à-dire un élément réaliste qui reflète, dans ce contexte particulier, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Mario PRAZ, « RUINES, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruines-esthetique/