CLAUSIUS RUDOLF (1822-1888)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le deuxième principe de la thermodynamique

Né à Köslin, en Poméranie, Clausius fréquenta les universités de Berlin, puis de Halle dont il sortit diplômé en 1848. Professeur jusqu'à sa mort, il fut titulaire de la chaire de physique de l'École royale d'artillerie et du génie à Berlin (1850-1855), puis, simultanément, à l'université et à l'École polytechnique de Zurich (1855-1867), ensuite à l'université de Würzburg (1867-1869), enfin à celle de Bonn, de 1869 à sa mort.

Sa première publication, en 1850 dans les Annalen der Physik de Poggendorff, attira largement l'attention. Il cherchait à y concilier l'idée de l'équivalence entre le travail et la chaleur (qui venait d'être découverte par Joule entre autres) avec les théories de Sadi Carnot – exprimées pour la première fois en 1824, mais négligées pendant près de vingt-cinq ans – selon lesquelles le travail fourni par une machine à vapeur résulte simplement d'un transfert ou « chute » de chaleur entre la chaudière (source chaude) et le condenseur (source froide), sans qu'il y ait consommation de chaleur. Comme William Thomson qui, indépendamment et à peu près en même temps, arrivait à une conclusion semblable, Clausius fit remarquer que l'hypothèse de la conservation de la chaleur dans le processus de transfert n'était pas une partie essentielle de la théorie de Carnot. Il établit en fait que, dans une machine idéale, la quantité de chaleur prise à la chaudière doit toujours être supérieure à celle qui est cédée au condenseur, et ce d'une quantité exactement équivalente au travail fourni. Cette importante synthèse effectuée, Clausius, dans la même publication, énonça ce que nous appelons aujourd'hui le deuxième principe de la thermodynamique. C'était la généralisation de la nécessité, déjà établie par Carnot, de la présence, non seulement d'un corps chaud (la chaudière), mais aussi d'un corps froid (le condenseur) pour qu'un travail soit fourni par une machine [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : reader en histoire des sciences à l'université de Lancaster, Royaume-Uni

Classification


Autres références

«  CLAUSIUS RUDOLF (1822-1888)  » est également traité dans :

CARNOT SADI (1796-1832)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Un pionnier de la thermodynamique »  : […] En dépit de l'importance qu'elle prit, trente ans plus tard, dans le développement de la thermodynamique, la théorie de Carnot fut pratiquement ignorée de son temps. Cela est dû au fait que les Réflexions envisageaient une machine à feu idéale, étudiée dans des conditions irréalisables, et non une machine capricieuse, inefficace, mais réelle, que les ingénieurs auraient eu à mettre au point. Il n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadi-carnot/#i_14486

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Ions, rayonnements »  : […] Rudolf Clausius (1822-1888) montra que, puisque la loi d'Ohm s'appliquait aussi aux électrolytes, le champ électrique faisait circuler les ions qui se trouvent dans le liquide vers les électrodes. En 1833, Johann Wilhelm Hittorf (1824-1914) précisa que, dans ce cas, les ions des deux signes ont des vitesses différentes. G. Johnstone Stoney (1826-1911) indiqua alors qu'il devait exister une charg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_14486

ENTROPIE

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 1 359 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La variation d'entropie »  : […] La variation d'entropie entre deux états d'un système thermodynamique se calcule à partir d'une transformation réversible (Carnot disait « idéale ») qui joint ces deux états. Supposons que, au cours de cette transformation, le système soit mis en contact avec plusieurs sources de chaleur, de températures absolues T 1 , T 2 ,..., qui lui fournissent les quantités de chaleur (algébriques) Q 1 , Q 2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entropie/#i_14486

MAXWELL JAMES CLERK (1831-1879)

  • Écrit par 
  • Franck GREENAWAY
  •  • 2 006 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie cinétique »  : […] Dans les années 1860-1865, Maxwell contribue notablement aux travaux sur la théorie cinétique des gaz. Son attention à cet égard avait été apparemment éveillée par l'œuvre de Rudolf Clausius. Les premières théories sur la structure moléculaire des gaz ne prenaient pas clairement en compte le mouvement des molécules, dont on mettait même l'existence en doute ; cependant, à la suite des travaux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-clerk-maxwell/#i_14486

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 736 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire de la thermique »  : […] Dans l’Antiquité, les Anciens ont beaucoup disserté sur la nature de la chaleur : Héraclite (576-480) considérait la chaleur comme une force, cause de toutes les transformations ; Démocrite (460-370), comme une matière émanant des corps chauds et formée d’atomes ronds et très mobiles ; Aristote (384-322) la regardait comme une quantité occulte de la matière, capable de réunir les éléments semblab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/#i_14486

THERMODYNAMIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 6 108 mots

Dans le chapitre « Le deuxième principe »  : […] Travail et chaleur sont énergétiquement équivalents, selon le premier principe ; le second va introduire une dissymétrie entre ces deux formes d'échange d'énergie, en indiquant dans quel sens se développent les transformations. Ainsi, certaines transformations que permettrait le premier principe – qui donc conserveraient globalement l'énergie – ne se produisent jamais parce que le second principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-notions-de-base/#i_14486

THERMODYNAMIQUE - Lois fondamentales

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 3 735 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le second principe »  : […] Le second principe de la thermodynamique trouve son origine dans le célèbre mémoire de Sadi Carnot intitulé Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance , publié à Paris, en 1824. Toutefois, comme il s'y trouvait exposé dans l'ancien langage du calorique, il a fallu toute la perspicacité de E. Clapeyron et de W. Thomson (lord Kelvin) pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-lois-fondamentales/#i_14486

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOX, « CLAUSIUS RUDOLF - (1822-1888) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-clausius/