BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'historien et le théologien

Il faut distinguer en Bultmann l'historien et le théologien. Bultmann est sans doute l'exégète moderne le plus éminent du Nouveau Testament ; il est en tout cas le plus radical. Son originalité n'est pas d'avoir formulé la règle d'or de tous les historiens : « l'absence de tout préjugé quant aux résultats de la recherche », mais de l'avoir appliquée, avec une honnêteté que Karl Jaspers a pu qualifier d'absolue, à l'élucidation du problème des sources orales et écrites à partir desquelles les Évangiles ont été composés. Les livres du Nouveau Testament sont en effet formés de couches successives. Ainsi on rencontre principalement, dans l'ordre : Jésus, le christianisme judéo-chrétien, le christianisme hellénistique antérieur et extérieur à Paul, le paulinisme, le johannisme et le passage à l'Église du iie siècle. Il s'agit, pour l'historien, de remonter du plus récent au plus ancien. Cet immense labeur scientifique débouche sur un résultat essentiel : tout l'élément miraculeux du Nouveau Testament est tardif et légendaire. Mais, si l'on ampute ainsi les Évangiles et les Épîtres de ce qui semble en être le noyau, que reste-t-il du christianisme ? C'est tout le problème de la démythologisation.

Pour le théologien Bultmann, il importe de s'entendre sur le sens du miracle. L'athéisme nie le miracle pour la raison très simple qu'il n'y a pas de Dieu. Bultmann, lui, non seulement croit en Dieu, mais professe que Jésus de Nazareth est l'unique révélation de Dieu. Seulement cette incarnation de Dieu est si réelle qu'elle ne se manifeste pas par des miracles. Elle est totalement invisible pour qui n'a pas la foi : Jésus est le pur incognito de Dieu. La foi ne peut ni ne doit s'appuyer sur des « béquilles », en l'occurrence les signes miraculeux. Et, de fait, le Jésus historique n'a jamais opéré de miracles à cette fin. Presque tous ceux qu'on lui attribue sont légendaires. Il a certes accompli des guérisons et des exorcismes. Mais de nombreux rabbis en avaient fait autant avant lui et en firent autant après lui. Ce qui caractérise Jésus, c'est – d'après les paroles authentiques qui nous restent de lui et aussi d'après celles qui, tout en n'étant pas de lui, ne trahissent pas sa pensée – le fait qu'il s'est présenté à ses contemporains comme la dernière et décisive Parole de Dieu : celui qui croit en lui possède la vie éternelle, celui qui ne croit pas en lui est à jamais perdu. Jésus ne fait pas qu'annoncer la fin du monde (le monde des valeurs humaines même les plus hautes telles que la morale et la religion), il est cette fin. Le monde et les humanismes pourront durer encore des millénaires : ils sont déjà « finis » pour le croyant. Entre ce que les hommes appellent vie et ce qu'ils appellent mort, il n'y a aucune différence sub specie Dei. La vie humaine la plus noble n'est que mort comparée à la vie divine. Seul le Christ est, selon l'expression lapidaire des Évangiles, la « Vie ». Jésus a donc prêché une radicale « démondanisation », pour reprendre un terme cher à Bultmann. Le salut consiste exclusivement dans l'amour de Dieu et du prochain en tant que ce dernier n'est pas un être humain pur et simple, mais qu'il est la créature de Dieu.

La révélation ainsi conçue est le seul vrai miracle et elle n'a pas besoin des signes visibles qui remplissent le Nouveau Testament dans ses couches secondaires. Cela veut dire, pour se borner aux points les plus importants, que Jésus est né de parents ordinaires et de façon ordinaire (les récits de l'enfance sont des légendes tardives). Cela veut dire que, s'il a été baptisé par Jean, ce fut sans l'élément miraculeux (la colombe et la voix divine) ajouté par la suite. Cela veut dire que, s'il est entré dans Jérusalem avant sa mort, ce fut sans tout l'appareil messianique décrit par nos textes actuels. Cela veut dire qu'il a souffert et qu'il est mort, mais sans aucun des nombreux épisodes miraculeux qui jalonnent le récit de la Passion. Cela veut dire enfin qu'il est ressuscité, mais sans aucune des apparitions miraculeuses bien connues : le Christ glorifié est, tout comme Dieu, radicalement invisible.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BULTMANN RUDOLF (1884-1976)  » est également traité dans :

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce intimement solidaire. Il faut noter la participation […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Un Dieu trop humain ? »  : […] Même si l'on conteste l'interprétation que propose Heidegger du destin de la métaphysique occidentale, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur la théologie traditionnelle, considérée comme théologie métaphysicienne, à la lumière de ce qu'il dit sur l'essence cachée de la métaphysique comme onto-théo-logie. La métaphysique grecque n'est pas devenue onto-théo-logique du fait de son assomption par […] Lire la suite

FORMES MÉTHODE DE LA CRITIQUE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 958 mots

Dans les années 1920 s'est développée, en Allemagne, une méthode d'approche des Évangiles synoptiques, la Formgeschichtliche Methode . Elle n'était pas totalement neuve : elle avait été inaugurée, au début du xx e siècle, à propos de la Genèse et des Psaumes, par le grand exégète de l'Ancien Testament, Hermann Gunkel. Elle doit son nom à l'un de ses deux grands manifestes, Die Formgeschichte des […] Lire la suite

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « Les critiques : de Loisy à Bultmann »  : […] Ce manifeste fut diversement reçu. Si les milieux du protestantisme libéral l'accueillirent très favorablement, il trouva immédiatement des adversaires nombreux. Il n'est pas étonnant que le luthéranisme allemand officiel se soit opposé aux thèses de Harnack. Mais la grande attaque vint du modernisme catholique français. Loisy répondit à Harnack dans son célèbre petit livre L'Évangile et l'Église […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique ontologique »  : […] La théorie contemporaine de l'interprétation n'a cessé de s'éloigner de la conception encore psychologisante de Dilthey : celui-ci, bien qu'il ait expressément lié à la notion de texte le passage de la compréhension intersubjective, telle qu'elle s'exerce dans le dialogue, à l'interprétation des expressions de la vie fixées par l'écriture, n'avait pas expressément rattaché la problématique de la c […] Lire la suite

SYNCRÉTISME

  • Écrit par 
  • Dario SABBATUCCI
  •  • 2 400 mots

Dans le chapitre « Christianisme et syncrétisme »  : […] À propos des « syncrétismes » hellénistiques romains, on a parfois remarqué la réalisation d'un dessein politique : ce serait le cas, par exemple, de l'institution du culte de Sérapis, qui aurait dû, dans l'esprit des Ptolémées, permettre d'unifier, en matière de religion, l'élément grec et l'élément égyptien ; ou du culte de Sol invictus fondé par Aurélien. Mais, plus profondément, l'attention d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André MALET, « BULTMANN RUDOLF - (1884-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-bultmann/