DARÍO RUBÉN (1867-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un poète fondateur

Comme la poésie de Garcilaso de la Vega au xvie siècle, comme celle de Góngora un siècle plus tard, la poésie de Darío marque un tournant dans la littérature de langue espagnole. Après lui on n'écrit plus comme avant : la poésie espagnole s'assouplit et se libère des contraintes qui pesaient sur elle à la fin du xixe siècle ; elle récupère son droit de cité dans la littérature universelle. La poésie de Darío est devenue un point de repère : pour ou contre lui, les plus grands poètes qui lui succèdent, Jiménez, Salinas, Vallejo, Neruda, Borges, Cernuda, Paz, n'ont pas échappé à son influence, et leur poésie se définit nécessairement par rapport à la sienne.

Dans un domaine plus spécifiquement hispano-américain, Rubén Darío a su revendiquer pour tous les écrivains de son continent le droit d'aborder librement tous les thèmes, même ceux qui paraissaient traditionnellement réservés à l'Europe, en une langue qui ignore délibérément les interdits académiques. Ce faisant, il prépare la voie à une littérature qui fuira des contraintes où elle ne se reconnaît pas, la seule littérature qui puisse, en Amérique hispanique comme partout ailleurs, constituer une parole neuve.

Le premier exemple en est ainsi le modernisme où les écrivains – qui n'ont plus à jouer un rôle politique – prennent conscience des possibilités d'un langage nouveau. On a souvent reproché à Rubén Darío et à ses amis l'imitation des modèles européens, surtout français ; on n'a pas assez compris que cette imitation signifiait non pas le snobisme de l'étranger, mais la reconnaissance d'un monde moderne qui refusait de trouver sa forme dans la rhétorique officielle proposée par l'Espagne et ses anciennes colonies au xixe siècle : « On a dit que le modernisme fut une évasion de la réalité américaine. Il serait plus exact de dire que ce fut une façon de fuir l'actualité locale – qui était, aux yeux des modernistes, un anachronisme – à la recherche d'une actualité universelle, la seule et véritable actualité » (O. Paz).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à la State University of New York, Buffalo

Classification

Autres références

«  DARÍO RUBÉN (1867-1916)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modernisme »  : […] Parmi les personnalités littéraires qui côtoyèrent le mouvement moderniste sans s'y rattacher, le Cubain José Martí (1853-1895) occupe une place éminente. Engagé dès avant l'âge d'homme dans la lutte pour l'indépendance de son île natale, il succomba prématurément à la répression espagnole, non sans avoir prodigué ses talents de polémiste, d'orateur et de poète, simple et grand, au service de son […] Lire la suite

CHANTS DE VIE ET D'ESPÉRANCE, Rubén Darío - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 814 mots

Azur (1888) et Proses profanes (1896) inauguraient avec éclat le modernisme, mouvement littéraire qui s'était imposé dans le monde hispanique à la fin du xix e  siècle. Chants de vie et d'espérance (1905) en manifeste l'épanouissement. Reconnu comme le héraut d'une esthétique nouvelle, le poète nicaraguayen Rubén Darío (1867-1916) est alors âgé de trente-huit ans. Publié à Madrid, le livre conti […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite

LUGONES LEOPOLDO (1874-1938)

  • Écrit par 
  • Jean ANDREU
  •  • 1 472 mots

Dans le chapitre « Un « poète socialiste » »  : […] Leopoldo Lugones naît à Villa María del Río Seco, petit village colonial de la province de Córdoba en Argentine, dans une vieille famille « créole ». Enfant prodige, lecteur vorace, il compose très tôt des poèmes qu'il déclame en public avec une grande éloquence. À dix-huit ans, il entre dans le journalisme, profession qu'il exercera jusqu'à sa mort, et il dirige un journal anticlérical et anarch […] Lire la suite

MARTÍ JOSÉ (1853-1895)

  • Écrit par 
  • Evelyne PISIER
  •  • 2 078 mots

Homme d'action, intellectuel aux talents multiples, penseur politique aux accents prophétiques, Martí fut considéré, un siècle après la guerre d'indépendance de 1868, comme l' apôtre de la jeune révolution cubaine. Nombre de critiques compétents voient dans Martí le principal précurseur du mouvement littéraire appelé modernismo et dirigé par l'écrivain Rubén Darío. Les rapports entre Martí et […] Lire la suite

MODERNISMO

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 1 809 mots

Dans le chapitre « Le choix de l'idéalisme »  : […] On peut prendre comme point de départ de ce mouvement la période comprise entre 1880 et 1890. Ce n'est pas seulement la décennie où Rubén Darío publie son premier grand livre, Azul ( Belu , 1888) ; c'est également l'époque où parviennent à l'âge adulte et produisent leurs premiers ouvrages ceux que l'on peut considérer comme les pionniers du modernismo  : les Mexicains Salvador Díaz Mirón et Man […] Lire la suite

RUEDA SALVADOR (1857-1933)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 190 mots

Poète espagnol qui, avec Manuel Reina et Ricardo Gil, fut l'un des précurseurs du modernisme en Espagne. Après la publication de Noventa Estrofas (1883) et de Aires españoles (1890), Salvador Rueda se considéra comme un disciple de Rubén Darío qui écrivit un Portique en vers, repris dans Prosas profanas , pour son recueil célèbre En tropel (1892). Ses nombreux recueils ultérieurs n'ont pas ass […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvia MOLLOY, « DARÍO RUBÉN - (1867-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ruben-dario/