ROYAUME-UNIL'empire britannique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier empire colonial

L'expression s'applique à l'ensemble des terres touchées par l'expansion coloniale, des origines à la consécration de l'indépendance des États-Unis, en 1783.

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

Vidéo : 1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

Les nouveaux conquérants : Hollande, Angleterre, France, Russie. Guerre de Trente Ans. Louis XIV.La prépondérance de l'Espagne et du Portugal s'achève au cours du XVIIe siècle devant les appétits commerciaux des autres grandes puissances européennes.Les Provinces-Unies calvinistes, dont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Explorations et découvertes

L'ère de l'expansion est relativement tardive. L'Angleterre a été devancée par les royaumes ibériques – Espagnols et Portugais visant même, à la fin du xve siècle, à un partage du monde après l'arbitrage pontifical de 1493. Les Tudors, pas plus que les Valois français, n'ont jamais souscrit à cette prétention. Mais la prétendue vocation maritime du royaume n'existe pas, le pays vit de la terre et de ses activités artisanales et commerçantes, les échanges se font en direction du continent européen, longtemps, pour les laines, par l'étape quasi obligatoire de Calais qui n'est perdu qu'en 1558. Les échanges mêmes avec la mer du Nord et la Baltique sont longtemps l'apanage des Hanséates, et il faut attendre 1485-1486 pour voir le grand moment d'un premier nationalisme marchand, avec des Actes de navigation réservant le commerce de la Guyenne à des bateaux anglais et retirant à la Hanse ses privilèges douaniers pour tous les produits qu'elle serait allée chercher dans un pays tiers. Henri VII loue les services de Jean Cabot, Italien établi à Bristol, lui confère, ainsi qu'à ses trois fils, le droit de gouverner, au nom de l'Angleterre, les terres éventuellement découvertes, et tente de participer à l'exploration d'une route de l'Orient par le nord-ouest : Terre-Neuve est ainsi explorée une première fois, confondue d'ailleurs avec... la Chine. Après la mort en mer de Jean, son fils Sébastien Cabot repart en 1508, explore les côtes de Terre-Neuve et de la baie d'Hudson, toujours à la recherche d'un passage vers l'Orient.

Henri VIII suit l'exemple de son père. Les résultats demeurent médiocres, même si la compagnie des Marchands aventuriers développe le commerce du Nord européen. Sous Édouard VI, cette compagnie obtient la fin de tous les privilèges de la Hanse et la Compagnie de Moscovie est constituée, qui développe les échanges avec le monde russe. Longtemps, partis de Londres, Bristol, Hull, Southampton ou Plymouth, capitaines et marchands ne parcourent que les mers connues, de la Baltique à la Méditerranée. Les explorations sont rares : Sébastien Cabot, sous Édouard VI, reprend un service qu'il avait abandonné au bénéfice de l'Espagne, et parcourt à nouveau l'Atlantique du Nord-Est, toujours à la recherche de « Cathay ».

Tout se passe comme si la prise de conscience de la nouvelle position de l'Angleterre sur un Atlantique devenue voie essentielle du commerce tardait. On ne peut parler d'expansion coloniale qu'à partir du règne d'Élisabeth Ire (1558-1603). C'est à ce moment que se manifestent les premiers véritables « idéologues » de la mutation. John Dee, en 1578, dans une lettre célèbre à la reine, invente l'expression « empire britannique » et dépeint l'empire qu'elle devrait exercer sur l'Atlantique nord, depuis l'Arctique, avec le mythique Friesland hérité du non moins mythique roi Arthur, et Atlantis, le continent nord-américain dont la découverte initiale est attribuée au prince gallois Owain Madoc au xiie siècle ; la mappemonde de Dee, en 1580, tente de représenter toutes ces « possessions ». Plus influent, le géographe Richard Hakluyt, dans The Principal Navigations, Voiages and Discoveries of the English Nation de 1589, rééditées en 1598-1600, fait l'éloge des qualités maritimes des Anglais, qui auraient « surpassé tous les peuples ».

De fait, les bateaux de pêche vont de plus en plus loin, des Açores à Terre-Neuve et au Labrador. Les marchands se dirigent vers la Guinée, où John Hawkins a inauguré en 1562-1563 le trafic des esclaves ; des gentlemen du Devon et de Cornouailles investissent leurs capitaux dans des « aventures » au loin. Certains bons esprits invoquent la nécessité d'apporter les Évangiles aux barbares. Il est parfois difficile de réunir des équipages, le scorbut les tue aussi sûrement que les naufrages, que connaissent Drake en 1578 et Gilbert en 1583. Les navires sont des coquilles de noix, de 80 à 350 tonneaux, à la quille rongée par les moisissures, aux mâts fragiles. Mais l'art de la navigation progresse ; on sait mesurer sa position ; la car [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Commonwealth

Commonwealth
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

La morale puritaine

La morale puritaine
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

William Penn

William Penn
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 45 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ROYAUME-UNI  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Les îles Britanniques sont constituées de roches dont l'âge s'échelonne du Précambrien ancien (le plus ancien identifié à ce jour en Europe occidentale) jusqu'au Néogène récent et au Quaternaire. Cette succession comporte peu de lacunes : les sédiments de l'époque miocène, bien que largement développés dans les fonds sous-marins adjacents, manquent sur la terre ferme ; dans le Précambrien moyen d' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord constituent le Royaume-Uni, qui s'étend sur 244 030 km2 et abrite, selon les estimations de 2011, 62,6 millions d'habitants. La Grande-Bretagne est elle-même formée de l'Angleterre, du pays de Galles et de l'Écosse, tandis que l' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

L'espace géographique britannique n'a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Seuls l'Angleterre et le pays de Galles réalisèrent leur unité au cours du Moyen Âge (bien que l'intégration totale soit le fait de Henri VIII Tudor) ; l'Écosse ne fut unie à sa voisine du Sud, au x […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 11 105 mots
  •  • 4 médias

Beaucoup de bons esprits, en France, estimaient autrefois que le Royaume-Uni « n'avait pas de Constitution ». Ce n'était pas faux en ce sens qu'il n'y a pas de texte fondamental unique décrivant en détail les institutions politiques et la façon dont elles fonctionnent. Il existe néanmoins un cadre constitutionnel général qu'on appelle le « modèle de Wes […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1945 et les grandes réformes socio-économiques d'après-guerre, la société britannique n'a cessé d'évoluer à vive allure. On peut distinguer dans cette époque contemporaine deux grandes périodes à peu près égales mais contrastées. La première, avec l'épanouissement de l'État-providence (Welfare State), correspond à une évolution vers plus d'égalité et à un gommage des dif […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays de l'OCDE, avec les États-Unis et le Canada, à bénéficier de ressources énergétiques importantes, ressources sur lesquelles il a pu fonder son développement et sa puissance industrielle. Le charbon au xixe siècle, l'énergie nucléaire dans les années 1950, le pétrole et le gaz dès 1975 lui ont longtemps donné l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-5 décembre 1991 Royaume-Uni. Effondrement du groupe Maxwell après la mort de son fondateur

Le 3, Kevin et Ian Maxwell démissionnent de leur fonction respective de président de Maxwell Communications Corporation (M.C.C.) et de Mirror Group Newspaper (M.G.N.), les deux principales composantes de l'empire de presse international fondé par leur père Robert, mystérieusement mort en mer, le 5 novembre, au cours d'une croisière au large des îles Canaries. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « ROYAUME-UNI - L'empire britannique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/