ROYAUME-UNIGéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleLondres
Langues officiellesanglais ; gaélique et gallois (langues officielles localement)
Unité monétairelivre sterling (GBP)
Population67 733 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)242 500

Un paysage urbain recomposé

Urbanisation et réseaux urbains

Comme le laisse supposer sa densité moyenne, le Royaume-Uni est un pays exceptionnellement urbanisé. Dans la mesure où les définitions de l'espace urbain (qui mêlent usage des sols et densité de peuplement) diffèrent d'un organisme à l'autre, d'une nation à l'autre et d'un recensement à l'autre, les estimations quantitatives peuvent elles aussi varier. Toutefois, selon les critères retenus pour le recensement de la population de 2001, et hors Irlande du Nord, les espaces urbanisés ne représentent que 8,9 p. 100 de la Grande-Bretagne mais regroupent 80 p. 100 de la population. Plus précisément, 40 p. 100 des ménages britanniques, soit un tiers de la population totale, résident dans l'une des dix premières aires urbaines (urban areas) du pays, qu'on doit distinguer des municipalités, entités purement administratives aux territoires beaucoup moins étendus. Ces grandes agglomérations, certaines millionnaires et même multimillionnaires, sont parfois peu distantes les unes des autres et reliées par un réseau autoroutier très dense, au point de donner de certaines régions l'impression qu'elles ne sont guère que de vastes conurbations.

Royaume-Uni : principales aires urbaines

Tableau : Royaume-Uni : principales aires urbaines

Population et densité de peuplement des 15 premières aires urbaines du Royaume-Uni (source : Office for National Statistics, Census 2001). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Historiquement, une bonne partie du réseau urbain britannique, en tout cas anglais, est héritée des villes et garnisons romaines mises en place pour contrôler les voies commerciales. Le reste est lié à la géographie des sites portuaires les plus favorables et/où à la géographie des ressources naturelles qui a commandé l'implantation et le développement des grandes villes industrielles aux xviiie et xixe siècles. Pour certaines cités, leur existence tient des deux facteurs. C'est par exemple le cas de Manchester, où on peut encore observer les vestiges du mur d'enceinte romain mais dont l'explosion démographique est intervenue au moment de l'essor de l'industrie textile (bien amorcé dès le xviiie siècle) à laquelle elle doit son surnom de Cottonopolis.

Du fait de la division du pays en sous-unités nationales auxquelles correspondent des réalités administratives et économiques spécifiques, on ne peut décrire le système urbain britannique comme un réseau unique. Pour autant, le poids démographique, économique et politique de Londres lui permet de dominer l'ensemble de la structure urbaine. Celle-ci est marquée par une certaine macrocéphalie, puisque la première ville du pays concentre 14 p. 100 de la population britannique (16,5 p. 100 de la population anglaise) et affiche une primatie (rapport du poids démographique entre la première et la deuxième ville d'un pays) moyenne, 3,6, avec celle de la deuxième conurbation, celle des West Midlands (2,3 millions d'hab.). Pour ce qui est des niveaux inférieurs de la hiérarchie urbaine, Birmingham et Manchester se placent à un niveau intermédiaire entre Londres et des villes de rang inférieur au rayonnement régional indiscutable comme Liverpool, Leeds, Bristol ou Newcastle. En Écosse, la structure urbaine est fondée sur la répartition des fonctions entre Glasgow l'industrieuse et Édimbourg la cité royale, qui polarise l'essentiel des pouvoirs (politiques et économiques). Les réseaux urbains nord-irlandais et gallois sont plus élémentaires encore. Londonderry, la deuxième agglomération ne peut évidemment pas rivaliser avec Belfast. Au pays de Galles, Cardiff, grâce à ses fonctions politiques, touristiques et à l'affirmation de son rôle de relais régional en matière de services supérieurs aux entreprises, émerge aisément au sein d'un complexe urbain qui concentre les quatre premières villes du pays dans un rayon de 30 kilomètres. Globalement ce réseau urbain et ses sous-ensembles n'ont pas été bouleversés par les évolutions démographiques parfois contrastées des villes qui les composent. En effet, parmi les plus grandes agglomérations, quelques-unes perdaient des habitants entre 1981 et 2010 (Liverpool notamment), d'autres telles que Manchester et Birmingham en gagnaient de nouveau après en avoir perdu sur le début de la période, alors que d'autres encore, telles que Bristol ou Londres, voyaient croître leur nombre d'habitants depuis les années 1980 (avec des gains respectivement de 100 000 et 900 000 hab.)..

Château d'Édimbourg

Photographie : Château d'Édimbourg

Le château d'Édimbourg sur sa colline fortifiée, Écosse. 

Crédits : Marcus Brooke/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Processus de recompositions socio-spatiales des métropoles et politiques urbaines

Cependant, en affinant l'échelle d'observation, il apparaît que les processu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Royaume-Uni : carte physique

Royaume-Uni : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Buachaille Etive Mor

Buachaille Etive Mor
Crédits : Gannet77/ Getty Images

photographie

Snowdonia

Snowdonia
Crédits : Travelpix Ltd/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Chaussée des Géants, Irlande

Chaussée des Géants, Irlande
Crédits : Tom Till/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROYAUME-UNI  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Les îles Britanniques sont constituées de roches dont l'âge s'échelonne du Précambrien ancien (le plus ancien identifié à ce jour en Europe occidentale) jusqu'au Néogène récent et au Quaternaire. Cette succession comporte peu de lacunes : les sédiments de l'époque miocène, bien que largement développés dans les fonds sous-marins adjacents, manquent sur la terre ferme ; dans le Précambrien moyen d' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

L'espace géographique britannique n'a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Seuls l'Angleterre et le pays de Galles réalisèrent leur unité au cours du Moyen Âge (bien que l'intégration totale soit le fait de Henri VIII Tudor) ; l'Écosse ne fut unie à sa voisine du Sud, au x […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Du xvie siècle des Tudors aux années 1960, l'Angleterre s'identifie avec le « grand large ». « Rocher » à la pointe du continent européen, elle a étendu sa domination sur des territoires de plus en plus vastes, au point que son empire a représenté, au début du xxe siècle, le quart des terres émergées et u […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 11 105 mots
  •  • 4 médias

Beaucoup de bons esprits, en France, estimaient autrefois que le Royaume-Uni « n'avait pas de Constitution ». Ce n'était pas faux en ce sens qu'il n'y a pas de texte fondamental unique décrivant en détail les institutions politiques et la façon dont elles fonctionnent. Il existe néanmoins un cadre constitutionnel général qu'on appelle le « modèle de Wes […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1945 et les grandes réformes socio-économiques d'après-guerre, la société britannique n'a cessé d'évoluer à vive allure. On peut distinguer dans cette époque contemporaine deux grandes périodes à peu près égales mais contrastées. La première, avec l'épanouissement de l'État-providence (Welfare State), correspond à une évolution vers plus d'égalité et à un gommage des dif […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays de l'OCDE, avec les États-Unis et le Canada, à bénéficier de ressources énergétiques importantes, ressources sur lesquelles il a pu fonder son développement et sa puissance industrielle. Le charbon au xixe siècle, l'énergie nucléaire dans les années 1950, le pétrole et le gaz dès 1975 lui ont longtemps donné l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Catherine LEFORT, Frédéric RICHARD, « ROYAUME-UNI - Géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-geographie/