ROULEAU HORIZONTAL, peinture

GU KAIZHI [KOU K'AI-TCHE] (344 env.-env. 406)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 050 mots

Dans le chapitre « L'œuvre »  : […] En son temps déjà, sa peinture valut à Gu Kaizhi une célébrité immense. Son génie s'imposa d'emblée au public de la capitale : dès l'âge de vingt ans, une fresque représentant Vimalakirti, qu'il exécuta dans un temple de Nankin, attira un prodigieux concours de foule. De son activité picturale, outre diverses autres fresques bouddhiques, les catalogues anciens ne mentionnent qu'une soixantaine de […] Lire la suite

PEINTURE - Les techniques

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Jean RUDEL, 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 13 202 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Kakemono et makimono »  : […] « Il faut remarquer que kakemono et makimono sont des termes typiquement japonais qui doivent être utilisés exclusivement pour des rouleaux japonais. Il est difficile de comprendre pourquoi de nombreux auteurs occidentaux persistent à utiliser ces termes japonais à propos de rouleaux chinois. Le fait que kakemono et makimono figurent dans les dictionnaires des langues européennes ne saurait êt […] Lire la suite

WEN ZHENGMING [WEN TCHENG-MING] (1470-1559)

  • Écrit par 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS
  •  • 1 153 mots

Dans le chapitre « Deux styles de paysage »  : […] La majeure partie des œuvres de Wen Zhengming qui ont subsisté date de la période comprise entre 1528 et 1558. Deux tendances s'y décèlent qui illustrent les deux faces de la personnalité de l'artiste : la face claire et la face sombre. La première s'exprime dans des paysages harmonieux tracés à l'encre sèche ; le style est réservé et l'écriture très élaborée ; ces peintures sont souvent centrées […] Lire la suite

XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « L'écriture elliptique de Xia Gui »  : […] Xia Gui dramatise et simplifie encore cet héritage de Li Tang ; les « rides taillées à la hache » qu'aimait utiliser son prédécesseur, impétueusement grossies, forment la texture fondamentale de sa peinture et deviennent une écriture audacieuse et elliptique, d'une infaillible efficacité, qui constituera en quelque sorte la « marque de fabrique » du paysage des Song du Sud. Chez Xia Gui, la virtuo […] Lire la suite