ROME ET EMPIRE ROMAINLes origines

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La légende des origines de Rome

Énée et la légende troyenne

La légende concernant les origines de Rome est double. Elle distingue deux moments séparés par un long espace de temps. La première colonisation du Latium remonterait au xiie siècle avant notre ère. Alors, le héros troyen Énée qui avait échappé à la destruction de sa patrie et à la haine de Junon serait arrivé avec ses compagnons, après un long et périlleux périple, jusqu'aux bords du Tibre, fleuve nourricier de l'Italie. Il s'allie à Évandre, Grec originaire d'Arcadie, qui avait déjà fondé une petite cité grecque, Pallantée, sur la colline du Palatin, berceau de Rome. Ainsi peut-il vaincre les Rutules et leur chef Turnus et fonder ensuite Lavinium, du nom de sa femme Lavinia. Lavinium, qui demeurera à l'époque historique la ville sainte du Latium, marque ainsi le début de la civilisation urbaine d'où naîtra, mais près d'un demi-millénaire plus tard, la ville de Rome elle-même.

De quand date ce premier temps de la légende, que signifie-t-il, et correspond-il à quelque réalité ? Il est certain aujourd'hui, grâce à la comparaison entre les textes littéraires et les documents archéologiques, que le personnage d'Énée, fuyant sa patrie en flammes et emmenant avec lui son vieux père et les dieux de Troie, était familier aux Étrusques dès la fin du vie siècle avant J.-C. La légende de sa venue dans le Latium et de son rôle aux origines de la civilisation latine et romaine ne doit pas être très postérieure à cette date. Rome, ville alors étrusco-latine, a dû développer pour son propre compte l'histoire du Troyen fugitif, devenu le héros fondateur de Lavinium, d'où naîtra à son tour Rome. Comment expliquer ce choix ? La psychologie des Romains permet, semble-t-il, de répondre à une telle question. Rome a toujours manifesté une prédilection pour la pietas, attachement pieux et attentif à l'égard des parents et à l'égard des dieux, qui lui est toujours apparue comme la vertu majeure du citoyen comme du chef ; la pietas est garante de la bonne entente entre les citoyens et leur ville d'une part, et les dieux de l'autre ; elle est donc garante de la prospérité et de la survie de Rome elle-même. Les autorités républicaines, puis impériales exalteront à l'envi cette vertu qui trouvera d'admirables illustrations dans l'art romain. Mais existe-t-il quelque preuve d'une présence de navigateurs venus de l'est de la Méditerranée en Italie centrale, à la date haute qu'attribue la légende à la venue d'Énée dans le Latium ? Jusqu'à une époque récente, on ne le pensait pas, mais de récentes découvertes ont conduit à changer d'opinion. La présence de navigateurs et de marchands mycéniens dans la seconde partie du deuxième millénaire avant notre ère, si abondamment prouvée en Italie du Sud par des découvertes opérées en Grande-Grèce, apparaît maintenant comme probable en Toscane même, grâce à la découverte de tessons de céramique mycénienne à Luni, aux environs de Viterbe. Dans ces conditions, il devient impossible de rejeter dans le domaine de la pure légende les récits de l'installation de l'Arcadien Évandre sur le Palatin et ceux de l'arrivée d'Énée sur les côtes latines.

Romulus et la fondation de Rome

Le deuxième volet de la légende concerne la fondation effective de Rome par le Latin Romulus, au milieu du viiie siècle avant l'ère chrétienne. Quatre siècles séparent ainsi l'épisode troyen de l'épisode romuléen, occupés, suivant le récit traditionnel, par les règnes d'Ascagne, fils d'Énée et fondateur d'Albe la Longue au pied des monts Albains, et de douze rois albains. Après une naissance et une enfance marquées du sceau du divin, Romulus et son frère jumeau Rémus se disputent l'honneur de fonder une ville nouvelle, sur le site de la future Rome. Après la prise rituelle et indispensable des auspices, une dispute éclate entre les jumeaux, et Rémus est tué de la main de son propre frère. Romulus trace le sillon primordial qui marque, sur le sol, le pomoerium romain, cette zone entourant d'une frontière sacrée le corps même de la ville. À partir de cette date, qui est, selon la chronologie de Varron, l'année 753 avant notre ère, commence l'histoire même de Rome qui doit durer plus d'un millénaire.

Cette légende des jumeaux semble avoir été élaborée progressivement et n'avoir pris sa forme définitive qu'à l'extrême fin du ive siècle avant J.-C. C'est un mélange bariolé de motifs italiques et grecs, et l'on y décèle quelques touches hostiles aux Ro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ROME ET EMPIRE ROMAIN  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 925 mots
  •  • 9 médias

La République romaine a duré pendant près de cinq siècles, de 509 à 27 avant J.-C. Elle a connu tour à tour la mise en place d'institutions qui ont subsisté jusqu'au principat d'Auguste, la conquête de l'Italie, puis du bassin méditerranéen, enfin les divisions et les guerres civiles qui, affaiblissant progressivement le régime, ont abouti peu avant l'ère […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Pendant plusieurs siècles, l'Empire romain a assuré la paix et l'unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l'Europe. Les Romains n'avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de l'emploi judicieux de la force. Mais, une fois établie, cette domination s'est maintenue grâce à la diffusion d'une civilisation en partie héritée des Grecs, […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 460 mots
  •  • 7 médias

Les travaux les plus récents s'efforcent de montrer que le ive siècle, loin d'être une période de profonde « décadence », a connu au contraire une brillante renaissance dans tous les domaines de la civilisation. L'expression « Bas-Empire », jugée péjorative, est délaissée par certains historiens qui préfèren […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

On entend par « religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viiie siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette re […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 648 mots
  •  • 35 médias

Rome est une des villes d'art les plus prestigieuses du monde, et une bonne partie des monuments qui font sa gloire remontent à l'Antiquité. Sur toute l'étendue de l'Empire qu'elle a régi, de l'Écosse au Sahara, de l'Atlantique à l'Euphrate, d'innombrables vestiges d'architecture, de sculpture, de peinture et de mosaïque […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'artisanat sous l'Empire

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 3 846 mots

Si l'analyse des modes de production antiques est de grande actualité dans l'historiographie moderne, on sait comme les mots sont trompeurs : l'esclave à Rome est bien différent de l'esclave des plantations américaines ; de même, l'artisan contemporain qui travaille à son compte après son apprentissage, qui est autonome et n'a que peu de collaborateurs est bien différent de l'artife […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Le rôle joué dans l'histoire de la pensée par la langue latine et, à travers elle, par la civilisation romaine est considérable. De Boèce à Kant, soit pendant près de treize siècles, le latin sera par excellence la langue philosophique de l'Occident chrétien. Mais ce latin, tour à tour classique, patristique et scolastique, et dont la […] Lire la suite

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 283 mots
  •  • 18 médias

Le destin de Rome est celui d’une obscure bourgade de la péninsule italienne devenue, en l’espace de quatre siècles, une mégapole, capitale d’un immense empire s’étendant de l’Écosse à l’Arabie, des confins sahariens aux rives du Danube. Ce processus historique s’accompagna de la disparition de la République. Il abou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raymond BLOCH, « ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-les-origines/