ROMANTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Littérature

La problématique romantique

Le mot

L'adjectif « romantique », qui apparut le premier dans plusieurs langues de l'Europe (romantic, romantisch, romántico), et le substantif qui en fut tiré sont mal choisis et obscurs. Mais il en est de même pour « baroque », « classique », « réaliste », « symboliste » et pour presque tous les termes qui désignent une période ou un mouvement en littérature et en art ; et les adjectifs qui, dans certains pays, rattachent les productions intellectuelles au nom d'un souverain (« élisabéthain », « victorien » ou « édouardien ») les trahissent plus encore. L'adjectif, tiré du bas latin romanticus, apparaît timidement à la fin du xviie siècle. Il eut quelque peine à se distinguer en français d'un autre adjectif « romanesque », de l'italien romanzesco. L'origine est dans le mot « roman », issu lui-même de romano ou « romain », et qui primitivement s'appliquait à un récit d'un genre nouveau (novel, en anglais) écrit non en latin, mais en langue vulgaire ou « romane » et non soumis à des règles. La langue anglaise employa l'adjectif, tiré du français « romaunt » emprunté au xvie siècle, en 1659 (Journal d'Evelyn) et en 1666 (Journal de Pepys). On l'associa vite, en cette époque où le raisonnable et le rationnel plaisaient en littérature, à quelque chose d'étrange, de fantaisiste, de faux. Une centaine d'années plus tard, le goût ayant changé, l'adjectif, d'abord en anglais et en allemand, devint un terme d'éloge. Il désignait le pittoresque dans un paysage (Rousseau l'emploie en ce sens dans sa célèbre cinquième Rêverie d'un promeneur solitaire) ou « une naïveté spirituelle et piquante » dans la musique du compositeur Grétry en 1784. Pierre Letourneur, dans la préface à sa traduction de Shakespeare commencée en 1776, s'efforce de différencier « romantique » et « romanesque », pour recommander de lire Shakespeare dans « le paysage aérien et romantique des nuages ».

C'est en Allemagne tout d'abord que l'adjectif revêtit son sens en littérature, avec les poésies de L. Tieck (1800), Romantische Dichtungen, la tragédie de Schiller sur La Pucelle d'Orléans, qualifiée de eine romantische Tragödie. Goethe opposa le terme à « classique », et A. W. von Schlegel fit de même à propos de la Phèdre d'Euripide préférée à celle de Racine (1807). Mme de Staël assimila dans De l'Allemagne (1810) la poésie romantique à celle « qui tient de quelque manière aux traditions chevaleresques » et elle compliqua les choses avec sa fameuse distinction entre les littératures du Nord et celle du Midi. Sismondi réserva l'épithète de romantique pour la littérature du Midi. Peu après, en France surtout, le mot de romantisme (et par moments, surtout chez Stendhal, celui de romanticisme, importé de l'italien) deviendra la bannière d'une école nouvelle, sans que la clarté y gagne beaucoup. À dix-huit ans, Hugo, dans Le Conservateur littéraire, loue Chénier d'être romantique parmi les classiques. Les deux termes dorénavant s'opposeront l'un à l'autre : Goethe revendiquera le 21 mars 1830 devant J. P. Eckermann l'honneur douteux d'avoir lancé cette opposition des deux adjectifs et appellera, d'une boutade tout aussi malheureuse, romantique ce qui est malade, par contraste avec le classique (que Goethe avait préconisé après ses années d'apprentissage), qui est le sain. Autour du mot nouveau se cristalliseront dès lors les divers traits qui paraissent concourir à former cet état d'âme, ou cette doctrine, « romantique ».

Johann Wolfgang von Goethe

Photographie : Johann Wolfgang von Goethe

Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) dans la campagne romaine, par J. H. W. Tischbein. Détail du portrait exécuté lors du voyage de l'écrivain en Italie. Städelinstitut, Francfort. 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

Multiplicité des romantismes nationaux ou unité du romantisme européen

Le mot, étant devenu ou un cri de guerre contre les vieilles perruques ou un symbole du mépris que les académiciens et les conservateurs (surtout en Allemagne, en France et en Espagne) professaient pour les rebelles romantiques, fut d'emblée entouré de confusion et source de malentendus. Bien des historiens amis de définitions claires, notamment le penseur Arthur Lovejoy, ont proposé que l'on renonce à jamais à employer le mot au singulier. Leur thèse est que chaque romantisme national diffère profondément des autres romantismes en Europe. Sans doute est-ce également le cas pour les diverses Renaissances, pour les classicismes assez pâles qui ont imité celui de la France, pour les mouvements impressionniste, symboliste ou structuraliste. Valéry a insinué que, pour définir (et, dirions-nous, pour employer) ce terme de romantisme, « il faut avoir perdu tout sens de la rigueur ». Mais critiques, poètes, historiens, professeurs, élèves et gens du monde continuent en plusieurs pays à user du vocable et ne prennent point chaque fois le temps de le définir. Pour certaines littératures à la rigueur (celles d'Italie, de Russie, des États-Unis), le mot n'est pas indispensable. Mais on est contraint d'y avoir recours lorsqu'on parle de Michelet, de Hugo, de Berlioz, de Novalis et de Kleist, de Coleridge et de Shelley, de Larra et d'Espronceda, et même de Walter Scott, de Balzac et de Delacroix, quelque tièdes qu'ils aient été envers les groupes de jeunes théoriciens du romantisme. Force est donc de marquer l'hétérogénéité des romantismes de chaque pays, mais aussi de souligner les grands traits par lesquels cette révolution de la sensibilité et des formes d'art conserve dans l'Europe occidentale un substratum d'unité.

Les différences proviennent en partie de ce que les circonstances politiques, sociales, historiques n'étaient point semblables dans l'Allemagne morcelée en petites principautés, dans l'Autriche-Hongrie de Metternich, la Russie d'Alexandre Ier, les dix ou douze Italies piétinées par les étrangers, la Grande-Bretagne de George III et de Wellington, la France révolutionnaire, impériale, puis rétive sous la monarchie restaurée. En outre, dans divers pays d'Europe où l'influence classique française avait longtemps prédominé, au point de faire obstacle à la croissance d'une littérature indigène originale, le romantisme pouvait être acclamé comme la libération d'un joug intellectuel étranger. Les modèles français, et plus encore l'esprit du xviiie siècle, libéral et voltairien, enflammaient encore la jeunesse d'Italie, d'Espagne, des pays balkaniques, d'Amérique du Sud. Ailleurs, notamment en Allemagne et en Angleterre, il importait de restaurer une tradition nationale et de renier le goût de Versailles et de Boileau, celui-là même de Racine qui n'avait [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Médias de l’article

Johann Wolfgang von Goethe

Johann Wolfgang von Goethe
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Les Plaintes d’Ossian, K. Károli

Les Plaintes d’Ossian, K. Károli
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

La Maison des morts, W. Blake

La Maison des morts, W. Blake
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université Yale, Connecticut, États-Unis
  • : professeur d'histoire de l'art à l'université Harvard

Classification

Autres références

«  ROMANTISME  » est également traité dans :

ARTISTE L', revue d'art

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Créée en 1831 pour défendre et illustrer les valeurs nouvelles du romantisme, la revue L'Artiste connut jusqu'en 1904 une existence tumultueuse. Elle constitue une source essentielle pour connaître l'histoire de l'art et l'histoire littéraire du xix e  siècle français. De nombreux jeunes artistes, les Johannot, Decamps, Raffet, collaborent à la revue et lui donnent, au premier abord, une colorati […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les jolies mortes : « La Sylphide », « Giselle » »  : […] Les conditions historiques seront pourtant bientôt réunies pour une renaissance profonde du ballet. La Révolution et l'Empire ont passé. Sous l'influence croissante d'une Église qui empêche les paysans de danser et qui fait fermer l'Opéra de Paris, la Restauration favorise l'apparition d'un nouveau type de danseuse. Certes, Geneviève Gosselin était déjà montée sur pointes, mais Marie Taglioni don […] Lire la suite

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Le terme Cénacle, indissociable de l'histoire du romantisme, a été employé par Sainte-Beuve pour désigner le groupe de poètes et d'artistes qui, autour de Victor Hugo, contribuèrent à l'éclosion de la nouvelle école. Bien que l'entrée en scène de Sainte-Beuve ne date que de 1827 et que le rôle de Victor Hugo ne devienne réellement prééminent qu'à cette même époque, la critique appliqua ce terme à […] Lire la suite

CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE (1768-1848)

  • Écrit par 
  • Patrick BERTHIER
  •  • 6 267 mots
  •  • 1 média

Il « restaura la cathédrale gothique, rouvrit la grande nature fermée, inventa la mélancolie et la passion moderne. » Ce jugement de Théophile Gautier résume heureusement l'image légendaire de Chateaubriand , auteur opportun du Génie du christianisme , peintre mélodieux des rives du Meschacébé, alias Mississippi, et pionnier presque involontaire du désarroi romantique, via René et le « vague des […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Vers une chorégraphie « autonome » »  : […] En effet, le ballet romantique développe dans ses créations une sorte de « feuilletage » composé en deux ou plusieurs actes ( Giselle applique ce modèle en deux actes ; Le Lac des cygnes , en quatre actes) qui se succèdent selon le modèle suivant : l'acte I, réaliste ou prosaïque, développe la pantomime pour situer et faire avancer la narration ; l'acte II, acte dit « blanc », est situé dans un […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 627 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Écrivains et critiques d'art »  : […] «  salon (faire le). Début littéraire qui pose très bien son homme. » Cette boutade de Flaubert n'est pas qu'une « idée reçue », c'est un constat : de fort nombreux écrivains ont mis cette stratégie en pratique, au point que l'approche de la critique d'art fut longtemps l'affaire des seuls historiens de la littérature. Jusque vers 1890, il n'existe pas vraiment de commentateurs professionnels, d' […] Lire la suite

DE L'ALLEMAGNE, Madame de Staël - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 966 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Romantisme et modernité »  : […] Ouvrage critique qui pose les fondements théoriques du romantisme français, De l'Allemagne n'en est pas moins un livre personnel et engagé. Si l'on y entend la voix de l'exilée – « J'étais, il y a six ans, sur les bords du Rhin, attendant la barque qui devait me conduire sur l'autre rive » –, elle porte surtout comme un appel à une ouverture sur l'altérité, condition d'une révolution esthétique i […] Lire la suite

DICTIONNAIRE DU XIXe SIÈCLE EUROPÉEN (dir. M. Ambrière) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 350 mots

Faire renaître « notre avant-mémoire européenne et française » en révisant les jugements trop souvent injustes (le « stupide xix e  siècle » de Léon Daudet) portés sur ce dont elle est formée : tel est l'objectif que s'est proposé d'atteindre Madeleine Ambrière, maître d'œuvre du Dictionnaire du XIX e   siècle européen , publié aux Presses universitaires de France. Dans tous les domaines pris en c […] Lire la suite

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 681 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] Après avoir obtenu, grâce à l'appui d'anciens amis de son père, une modeste place de surnuméraire, puis d'employé dans les bureaux de Louis-Philippe, duc d'Orléans, Alexandre découvre le Paris de la Restauration et entreprend en autodidacte une seconde éducation en dévorant les livres. Les salons littéraires qu'il fréquente d'abord appartiennent aux milieux impériaux et libéraux, de tendance class […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mal de vivre du voyageur romantique »  : […] Le romancier, poète et voyageur Aldebert von Chamisso de Boncourt qui, comme naturaliste sur le Riourik , participa de 1815 à 1818 au tour du monde d'Otto von Kotzebue, était de même animé par la recherche d'un autre milieu, comme par la recherche de son ombre perdue : « Exclu de la société humaine [...], j'étais par compensation invité à me tourner vers la nature, [...] la nature m'attirant dava […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri PEYRE, Henri ZERNER, « ROMANTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/