ROMANTISME ALLEMAND

L'ÂGE D'OR DU ROMANTISME ALLEMAND (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 065 mots

Le musée de la Vie romantique (Paris) a consacré du 4 mars au 15 juin 2008 une exposition à L'Âge d'or du romantisme allemand, aquarelles et dessins à l'époque de Goethe. Dans sa Préface au catalogue, Pierre Rosenberg avoue préférer le sous-titre : Aquarelles et dessin à l'époque de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or-du-romantisme-allemand/#i_796

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_796

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le romantisme politique »  : […] La fin du Saint Empire romain germanique, en 1806, a été profondément ressentie par beaucoup d'Allemands appartenant aux milieux éclairés. La formation d'une Confédération du Rhin dominée par la France, les défaites de la Prusse et de l'Autriche, l'occupation étrangère ont ravivé le patriotisme allemand et conduit à une idéalisation de l'Allemagne médiévale, dont le chef était le seul souverain à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_796

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les romantismes »  : […] Aucune définition ne peut rendre compte de ce que voulut être et de ce que fut le romantisme, tant il revêtit de formes diverses. D'un groupement éphémère à l'autre, d'Iéna à Berlin, à Dresde ou à Heidelberg, il change sans cesse de cap et d'intentions. Mieux vaut mettre le mot au pluriel et décrire une histoire plutôt que de définir un concept insaisissable. Lorsque paraissent en 1795 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_796

ARNIM ACHIM VON (1781-1831)

  • Écrit par 
  • Jacques PEYRAUBE
  •  • 1 961 mots

Dans le chapitre « Solitude et indécision »  : […] « Encore une journée passée dans la solitude de la poésie », écrivait Arnim en tête de sa préface aux Gardiens de la Couronne. La solitude de la poésie et de l'homme est le trait le plus constant de son génie, et elle en fait un poète authentiquement romantique si celui-ci, comme l'a écrit Thomas Mann, « n'est pas chez lui dans le monde ». Cette solitud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achim-von-arnim/#i_796

ATHENÄUM, revue littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 769 mots

La singularité de la revue Athenäum , qui a paru de 1798 à 1800, est d'avoir été constituée expressément pour servir d'organe à une école littéraire en cours de formation, celle des romantiques allemands du groupe d'Iéna. C'est là, autour des frères August et Friedrich von Schlegel, que se trouvèrent réunis, dans les années où la revue parut, le poète Tieck et, venu de la Thu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athenaum-revue-litteraire/#i_796

AUTEUR

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN, 
  • François-René MARTIN
  • , Universalis
  •  • 3 112 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'auteur, entre engagement et retrait »  : […] À ce titre, Goethe témoigne d'une mutation décisive : plus qu'un autre, cet écrivain a su inventer son personnage d'auteur, en jouer et en faire un enjeu de son œuvre. S'impose une personnalisation décisive de la fonction d'auteur, réalisée en France par Jean-Jacques Rousseau. Un George Gordon Byron ou un Victor Hugo sauront à leur tour l'exploiter. Aux intellectuels succèdent les « mages » roma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auteur/#i_796

AUTOMATISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 975 mots

« Dans le monde organique, dans la mesure où se fait plus obscure ou plus faible la réflexion consciente, plus rayonnante et triomphante s'avance la grâce. » Cette affirmation de Kleist ( Sur le théâtre de marionnettes , 1810) pourrait être tenue pour la charte originelle de l'automatisme. Certes, la notion de « fureur poétique » telle qu'elle apparaît déjà chez Platon ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automatisme-art-et-litterature/#i_796

BRENTANO BETTINA (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 803 mots

« Mon âme est une danseuse passionnée ; elle va dansant sur une musique intérieure qu'elle est seule à percevoir », disait d'elle-même cette attirante et inquiétante Bettina, qui pour ses raisonnables détracteurs n'est qu'une extravagante mythomane et, pour ceux qui restent sensibles à ses dons d'enchanteresse, demeure une des plus poétiques intelligences du romantisme allemand. Petite-fille de So […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bettina-brentano/#i_796

BRENTANO CLEMENS (1778-1842)

  • Écrit par 
  • André SOUYRIS
  •  • 1 839 mots
  •  • 1 média

C'est autour de Brentano que se regroupa quelque temps, à Heidelberg, la deuxième génération romantique allemande, peu après 1800, lorsque se fut dissoute l'école d'Iéna. Brentano a touché à tous les genres, et c'est un des tempéraments les mieux doués et les plus créateurs du romantisme. Mais il a gaspillé ses dons et n'est parvenu à réaliser presque aucun de ses ambitieux projets. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemens-brentano/#i_796

BRION MARCEL (1895-1984)

  • Écrit par 
  • Marcel SCHNEIDER
  •  • 907 mots

En vrai romantique, Marcel Brion a cru à l'unité de la création artistique. De culture humaniste et de curiosité universelle, il s'est intéressé avec un égal bonheur à l'histoire, à l'archéologie, à la musique, au fantastique en littérature et dans les arts plastiques. Aussi ne saurait-on distinguer celui qui a consacré des études profondes et raffinées à Goethe (1949), à Vinci (1952), à Michel An […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-brion/#i_796

CARUS CARL GUSTAV (1789-1869)

  • Écrit par 
  • Paul-Henri BIDEAU
  •  • 973 mots

Issu d'une famille d'artisans aisés et cultivés de Leipzig, Carus, dès ses études achevées (1811), enseigne à l'Université l'anatomie comparée et se perfectionne en gynécologie, tout en poursuivant sa formation de peintre. Le typhus, contracté en soignant les blessés de la bataille de Leipzig, le laisse plusieurs jours entre la vie et la mort, événement qu'il décrit dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-carus/#i_796

CHAMISSO ADELBERT VON (1781-1838)

  • Écrit par 
  • Paul LAVEAU
  •  • 994 mots

Peu d'écrivains furent aussi écartelés entre deux pays, deux siècles, deux traditions que Louis Charles Adélaïde Chamisso de Boncourt (connu sous le prénom d'Adelbert). Les suites de 1789 placèrent ce gentilhomme champenois au carrefour de la France et de la Prusse, de l'Aufklärung et des nationalismes du xix e  siècle, du romantisme et de la Jeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adelbert-von-chamisso/#i_796

DE L'ALLEMAGNE, Madame de Staël - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 966 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « région de l'âme » »  : […] L'Allemagne n'existe pas comme nation en 1810. Sans doute le titre suppose-t-il une unité qui ne manquera pas de se faire sur les ruines de l'Empire. Mais ce morcellement, cette instabilité génèrent repli sur soi, étude, indépendance : « En Allemagne, il n'y a de goût fixe sur rien, tout est indépendant, tout est individuel. L'on juge d'un ouvrage par l'impression qu'on en reçoit, et jamais par de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-allemagne/#i_796

DE L'ALLEMAGNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 129 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire et paysage »  : […] Les œuvres qui témoigneraient de la cristallisation de « l’identité allemande » sont regroupées autour de trois thèmes. Premièrement, la reconstitution d’un passé héroïque, avec l’admiration pour l’Antiquité classique et l’Italie (J.H.W. Tischbein, Goethe dans la campagne romaine , 1787 ; Johann Friedrich Overbeck, Italia et Germania […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-allemagne-exposition/#i_796

DESCRIPTIONS DE TABLEAUX (F. Schlegel)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 942 mots

En 1802, l'écrivain et critique allemand Friedrich von Schlegel (1772-1829) arrive à Paris, où il restera jusqu'en 1804. Il commence à y publier ses Descriptions de tableaux , dans la revue Europa qu'il anime. (Ces cinq essais sont parus en 2003, dans une édition établie, présentée et traduite par Bénédicte Savoy, coll. Beaux-Arts Histoire, éd. École n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/descriptions-de-tableaux/#i_796

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne »  : […] C'est dans l'Allemagne du xviii e siècle, morcelée, archaïque, empêtrée dans une féodalité désuète et un piétisme petit-bourgeois suffocant que jaillit avec force le nouveau drame. Peut-être parce que justement cette Allemagne ne connaît pas le poids d'une tradition littéraire classique. Le Sturm und Drang , mouvement de rév […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_796

EICHENDORFF JOSEPH VON (1788-1857)

  • Écrit par 
  • Georges PAULINE
  •  • 1 341 mots

Le culte que ses admirateurs lui ont voué a longtemps desservi Eichendorff auprès des critiques spécialisés. Pendant près d'un siècle, on n'a le plus souvent vu en lui que le chantre de la forêt allemande – un de plus –, celui de la nostalgie commune à tant de romantiques, de la Wanderlust , la joie des longues randonnées pédestres, et celui d'un catholicisme strictement orth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-von-eichendorff/#i_796

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Parus parfois de son vivant dans quelques revues, mais en grande partie inédits au moment où débuta la seconde « moitié de sa vie » marquée par la folie (1806-1843), les poèmes de Friedrich Hölderlin (1770-1843) ne furent pas d'emblée rassemblés en un recueil ou un cycle achevé. Les difficultés de publication que connut leur auteur, aggravées par son propre destin, mettent d'emblée en évidence un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegies-et-hymnes/#i_796

FAUST

  • Écrit par 
  • André DABEZIES
  •  • 3 906 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La transfiguration du héros romantique »  : […] Déjà Lessing a esquissé, vers 1760-1770, un schéma nouveau dans lequel Faust, promu héros du savoir humain, doit échapper au démon : « La divinité n'a pas donné à l'homme le plus noble des instincts pour le rendre à jamais malheureux... » Mais ce sont surtout les jeunes poètes, déjà romantiques, de la génération suivante qui consacrent un type nouveau de Faust : Maler Müller en 1776-1778, Klinger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faust/#i_796

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fragment et totalité »  : […] C'est chez les romantiques allemands du groupe d'Iéna et de l' Athenäum (1798-1800) qu'il faut chercher le sens de l'entreprise fragmentaire comme figure paradoxale d'un idéal communautaire et visant à une totalité sans système. En tant que représentation inachevée de la complétude, le fragment marque aussi l'achèvement de l'incomplétude. Comme l'écrit Friedrich von Schlegel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_796

GRILLPARZER FRANZ (1791-1872)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET
  •  • 1 808 mots

Les deux faces antithétiques de la personnalité de tendance schizoïdique – introversion marquée, mais aussi recherche d'appartenance à une communauté – dictèrent à Franz Grillparzer, considéré aujourd'hui comme le plus grand dramaturge autrichien, une œuvre diverse où s'opposent, apparemment, des «   drames à l'antique » (problèmes du bonheur personnel) et des « drames historiques » (problèmes du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-grillparzer/#i_796

GRIMM JAKOB (1785-1863) et WILHELM (1786-1859)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET
  •  • 1 735 mots
  •  • 5 médias

Il est sans doute peu d'œuvres qui aient connu à l'égal des Contes des frères Grimm une telle fortune auprès des lecteurs de tout âge et de toutes les couches sociales. Ce succès durable est à la fois mérité et injuste : il rend certes hommage au génie littéraire des deux frères, mais il étouffe leurs personnalités réciproques en les confondant dans une même gloire ; il les s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grimm-jakob-et-wilhelm/#i_796

HEINE HEINRICH (1797-1856)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 2 697 mots
  •  • 1 média

Plus d'un siècle après sa mort, Heine demeure un écrivain discuté, en particulier dans son propre pays. Sans qu'on lui dénie du talent, sa personne est souvent mise en cause et son nom passionne les débats. Auteur de lieder, et parmi les plus populaires dans les pays de langue allemande, il semblerait devoir, par là, échapper aux polémiques ; mais son œuvre lyrique compte aussi de grandes parties […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-heine/#i_796

HEINRICH VON OFTERDINGEN (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 583 mots

C'est grâce à Novalis que le nom de Heinrich von Ofterdingen a gardé aujourd'hui toute sa puissance d'évocation ; comme il veut répliquer par un roman poétique au Wilhelm Meister de Goethe, qu'il juge trop réaliste et bourgeois, ce romantique de la première génération choisit tout naturellement de donner à son héros le nom d'un ménestrel. Mais le roman, d'ailleurs resté inac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-ofterdingen/#i_796

HENRI D'OFTERDINGEN, Novalis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 1 012 mots

Novalis est plus qu'un écrivain ; au lendemain déjà de sa mort, puis tout au long des deux siècles qui se sont écoulés depuis lors, il est devenu un mythe. Derrière ce nom mystérieux, tout entier tourné vers l'avenir (Novalis désigne en latin celui qui cultive de nouvelles terres) se cache la personne de Friedrich von Hardenberg (1772-1801), l'une des figures centrales du premier romantisme allem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-d-ofterdingen/#i_796

HESSE HERMANN (1877-1962)

  • Écrit par 
  • Barbara BELHALFAOUI
  •  • 2 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition romantique »  : […] Deux témoignages sont révélateurs dans l'enfance de Hesse : d'après sa mère, il fut un enfant difficile ; quant à lui, il a fortement idéalisé cette époque. Son enfance lui a laissé des souvenirs émus et sans mélange, elle est restée le paradis perdu par opposition à l'univers plat et commun des adultes, auquel on ne peut échapper que grâce au charme et à la magie de la poésie. Le héros de ses rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-hesse/#i_796

HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 1 944 mots

Dans le chapitre « Les deux pôles du monde et de l'art »  : […] Né à Königsberg, Hoffmann grandit dans un milieu cultivé où l'on reçoit beaucoup, et qui offre à l'enfant précocement éveillé l'occasion d'exercer un vif esprit critique qui se donnera plus tard libre cours dans ses œuvres souvent satiriques et humoristiques ainsi que dans ses caricatures. Après d'ennuyeuses études juridiques, il est nommé chef d'orchestre à Bamberg, puis, après l'effondrement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-theodor-amadeus-hoffmann/#i_796

HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LEFEBVRE
  •  • 4 965 mots
  •  • 1 média

Hölderlin est devenu une sorte d'emblème de la poésie allemande, et son nom, comme ceux de Paul Celan ou de Rilke, auxquels il est associé par des liens contradictoires, est employé dans le monde entier comme le shibboleth , le signe de reconnaissance et de connivence qu'échangent ceux qui ont décidé de ne parler que de la poésie, de choses essentielles. Si l'opinion omnipr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/#i_796

IRONIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

Figure de rhétorique et forme de plaisanterie, l'ironie se situe d'emblée dans un champ intentionnel par l'implicite qu'elle renferme et qui détermine sa propre condition d'existence. Si elle consiste communément à faire entendre à l'interlocuteur le contraire de ce qu'énonce l'auteur, elle se démarque de l'humour par la visée qu'elle soutient vis-à-vis du monde extérieur et la notion de sérieux q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ironie/#i_796

GENRES LITTÉRAIRES, notion d'

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 844 mots

Dans le chapitre « Dépasser la notion de genre ? »  : […] C'est le cas dans le romantisme, en particulier allemand, qui insiste d'abord sur l'historicité et l'artificialité des genres, lesquels, de réalités immanentes pour les classiques, deviennent des objets d'étude à replacer dans leur contexte historico-culturel. Ainsi, à une approche rhétorique, qui prétendait dégager des invariants, mais aussi établir des normes censées refléter l'ordre naturel des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-litteraires-notion-d/#i_796

JUIF ERRANT MYTHE DU

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 867 mots

L'histoire de ce personnage légendaire contient, dès le début de sa diffusion, certains éléments constitutifs d'un mythe. Cependant, il lui manque, et ce jusqu'à l'époque romantique, cette « prégnance symbolique » dont parle Cassirer. À ses débuts, la légende n'est en effet qu'un canevas qui sollicite l'imagination populaire, d'où elle est sortie. En effet, dès son apparition, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-du-juif-errant/#i_796

LACOUE-LABARTHE PHILIPPE (1940-2007)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 004 mots

Né en 1940, tout comme Jean-Luc Nancy, et, comme ce dernier, professeur à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, Philippe Lacoue-Labarthe s'inscrit dans la mouvance de Jacques Derrida (à propos duquel il organisa en 1980, avec Jean-Luc Nancy, un colloque à Cerisy-la-Salle publié sous le titre Les Fins de l'homme ). Aux limites de la philosophie, le questionnement serré de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-lacoue-labarthe/#i_796

LENAU NIKOLAUS (1802-1850)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 818 mots

Les compositions épiques et dramatiques de Nikolaus Lenau, poète autrichien de l'époque postromantique, sont marquées par une inguérissable nostalgie de la liberté. Ses pièces lyriques, ouvertes aux appels de la nature et du vagabondage, ont souvent inspiré les musiciens, à commencer par Franz Liszt, avec lequel il avait des affinités certaines, et jusqu'à Richard Strauss qui a trouvé chez lui l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolaus-lenau/#i_796

LETTRES SUR LA PEINTURE DE PAYSAGE, Carl Gustav Carus - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 883 mots

Les Lettres sur la peinture de paysage de Carl Gustav Carus (1789-1869), publiées en deux éditions en 1831 et 1835, ont été souvent considérées comme un manifeste de l'esthétique romantique du paysage en Allemagne. Si elle n'est pas dépourvue de fondement, cette lecture tend pourtant à occulter l'extrême diversité des traditions qui nourrissent l'ouvrage, une diversité qui ti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-sur-la-peinture-de-paysage/#i_796

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Quand et où ? »  : […] Au xviii e  siècle, déjà, mais de manière très ponctuelle, certains musiciens dramatiques ont écrit eux-mêmes leurs textes, tel l'Anglais Charles Dibdin (1745-1814). Jean-Jacques Rousseau, précurseur d'un « renversement » des sensibilités et des pensées esthétiques, apparaît ici comme un modèle, lui qui fait de la musique « l'origine des langues » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_796

MÖRIKE EDUARD (1804-1875)

  • Écrit par 
  • Henri PLARD
  •  • 1 228 mots

Peu abondante, l'œuvre de Mörike est d'une qualité constante. Indifférent à la politique, n'estimant guère Heine, le plus connu des poètes polémistes, il porte à une perfection extrême les qualités de l'École souabe : musicalité du vers, plasticité des images, attachement au terroir et à la poésie populaire. Mais l'étroitesse et, parfois, la sécheresse de cette poésie d'une placidité bourgeoise so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-morike/#i_796

MÜLLER WILHELM (1794-1827)

  • Écrit par 
  • Brigitte MASSIN
  •  • 801 mots

Sans l' Intermezzo lyrique de Heinrich Heine et sans les deux cycles de lieder, La Belle Meunière et Le Voyage d'hiver , de Franz Schubert, qui se souviendrait encore aujourd'hui — hors des limites du monde germanique — du nom et du rôle du poète de l'école souabe, Wilhelm Müller ? Bien que né à Dessau, c'est sous le nom de « Müll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-muller/#i_796

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « La « Naturphilosophie » »  : […] Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch  : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_796

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept philosophique »  : […] On connaît l'image romantique du voyageur à la recherche d'une terre d'accueil ; et l'on sait déjà que le mirage du port s'évanouira au fur et à mesure que le voyageur s'en approchera. Rappelons à ce propos l'importance des cycles musicaux de Schubert, qui, sur les poèmes de Wilhelm Müller dans le Voyage d'hiver , condamnera le voyageur à l'errance sans fin sur la ritournell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_796

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Dans le chapitre «  La nouvelle en Europe »  : […] En Europe, l'histoire de la nouvelle commence, d'après certains chercheurs, à l'Antiquité gréco-romaine, mais d'autres placent ses débuts à la fin du xiii e  siècle, où elle émerge des décombres du Moyen Âge pour s'imposer comme genre autonome. Véhicule de la croyance incrédule de la Renaissance, bien qu'elle soit issue de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle/#i_796

NOVALIS (1772-1801)

  • Écrit par 
  • Catherine KOENIG
  •  • 2 604 mots

Dans le chapitre « Le roman inachevé »  : […] > « Le roman doit être poésie de part en part », écrit Novalis. Poésie, par le héros, Heinrich von Ofterdingen, qui ne conserve de son homonyme troubadour que peu de chose, hors les récits de guerres saintes et de chevaliers. Poésie, de par cette volonté de l'auteur d'en faire un « Anti-Meister », un antiroman de formation à la manière de Goethe. Car si Wilhelm Meister « devenait » quelqu'un, Hei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/novalis/#i_796

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les deux Orients »  : […] Le mot fait son apparition en Europe occidentale dans les premières décennies du xix e  siècle. En France, il est admis par l'Académie en 1840 : comme toujours, la reconnaissance entérine a posteriori un usage et, dans le cas présent, un fait intellectuel qui concerne aussi bien les lettres que les sciences de l'homme. Si la vogue de l'orientalism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_796

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « L'autonomie de la littérature »  : […] C'est avec l'avènement du romantisme (allemand) que la notion de littérature sera établie dans son autonomie et c'est aussi le début de la théorie littéraire au sens strict (et sans guillemets). Les concepts de représentation et d'imitation cessent de jouer un rôle dominant pour être remplacés au sommet de la hiérarchie par celui de beau, et ceux qui lui sont corrélés : l'absence de finalité exte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_796

ROMANCERO, Heinrich Heine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 881 mots
  •  • 1 média

Le Romancero (1851), dernier grand recueil lyrique de Heinrich Heine (1797-1856), l'écrivain allemand exilé à Paris, expose dans une veine grinçante et radicale le bilan d'un rapport singulièrement déchiré avec le genre poétique. Dès le Livre des chants (1827), Heinrich Heine avait discrètement sapé les fondements de la poésie romantique allemande en si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero-heinrich-heine/#i_796

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] Si l' art romantique semble se définir par ses thèmes et par la galerie de ses héros plutôt que par ses formes, c'est que le romantisme a plus facilement et plus vite trouvé son expression littéraire. En fait, il s'agit d'indices plus que d'éléments constituants. Et, si l'on envisage le romantisme non pas comme une simple appellation qui couvre indistinctement une tranche chronologique, mais comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_796

RUNGE PHILIPP OTTO (1777-1810)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 441 mots
  •  • 1 média

Le meilleur représentant avec Caspar David Friedrich du romantisme allemand en peinture. Runge s'est formé à l'Académie des beaux-arts de Copenhague (1799-1801), qui attirait à l'époque les jeunes talents de l'Allemagne du Nord, puis à Dresde (1801-1803), où il fit la connaissance de Ludwig Tieck. Il fut également lié à Goethe, après avoir participé au prix annuel de Weimar, organisé à l'instigati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philipp-otto-runge/#i_796

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du satanisme considéré comme fondement des beaux-arts »  : […] Il serait parfaitement abusif de porter au compte de Satan tout ce qui, dans la littérature et dans l'art « décadents », vise à magnifier le mal, à revivifier par le culte d'une antinature des sensibilités blasées, à faire rendre gorge à une société engluée dans la foi au progrès. Il faudrait alors citer Villiers de l'Isle-Adam, Péladan, le jeune Barrès et beaucoup d'autres. Il reste que la céléb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/#i_796

SAVIGNY FRIEDRICH KARL VON (1779-1861)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Enseignant le droit romain à l'université de Marburg, Savigny s'impose par ses qualités de juriste dès la publication de son ouvrage Le Droit de la possession ( Das Recht des Besitzes , 1803). En 1808, il est nommé professeur à l'université de Landshut et, en 1810, il est appelé à inaugurer la chaire de droit romain à l'université de Berlin où il enseig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-karl-von-savigny/#i_796

SCHLEGEL AUGUST WILHELM VON (1767-1845)

  • Écrit par 
  • Michel KORINMAN
  •  • 1 167 mots

Né à Hanovre, August Wilhelm von Schlegel, frère aîné de Friedrich, étudie à partir de 1786 la théologie, puis la philosophie classique chez Christian Gottlob Heyne à l'université de Göttingen où l'influence de Bürger le marque profondément. Une collaboration suivie aux grandes revues de l'époque lui assure très vite une certaine notoriété. En 1798, il fonde, avec Friedrich, le célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-wilhelm-von-schlegel/#i_796

SCHLEGEL FRIEDRICH VON (1772-1829)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  •  • 2 355 mots

Dans le chapitre « La critique créatrice »  : […] Né à Hanovre, Friedrich von Schlegel, frère cadet du célèbre August Wilhelm von Schlegel, mourut à Dresde. La personnalité du jeune Schlegel mérite quelque attention. À vingt ans, il écrivait à son frère : « Le suicide est une idée quotidienne chez moi depuis presque trois ans. » Dans d'autres lettres, il affirme que tout lui paraît vide, insatisfaisant, répugnant. Toute son existence a été marqué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-von-schlegel/#i_796

SCHLEIERMACHER FRIEDRICH DANIEL ERNST (1768-1834)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 946 mots

Dans le chapitre « « Un Herrenhuter d'espèce supérieure » »  : […] Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher est né la même année que Chateaubriand, à Breslau, où son père exerçait les fonctions d'aumônier militaire réformé. Durant l'absence de celui-ci, la mère, originaire d'une famille de pasteurs calvinistes, prit en charge l'éducation de ses enfants. Schleiermacher en garda l'empreinte : celle d'un piétisme fervent, dans le style de la communauté des frères mora […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-daniel-ernst-schleiermacher/#i_796

TEXTES ESTHÉTIQUES (F. W. J. Schelling)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 970 mots

Les réflexions sur l'art du philosophe allemand Friedrich Wilhelm Schelling (1775-1854) ont eu une incidence majeure sur l'histoire intellectuelle allemande des années 1790-1820, et ce pour deux raisons. Non seulement elles ont exercé une influence importante sur de nombreux écrivains, philosophes et artistes de cette période – parmi lesquels Goethe, Hegel ou encore le paysagiste Josef Anton Koch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textes-esthetiques/#i_796

TIECK LUDWIG (1773-1853)

  • Écrit par 
  • Robert MINDER
  •  • 1 225 mots

Le nom de Tieck est indissolublement lié à la genèse et à la diffusion du romantisme allemand. Le cénacle de Berlin, en 1797, celui d'Iéna un peu plus tard ont reçu de puissantes impulsions de ce génie précoce, éveillé et rêveur, ironique et fantasque, plus ample d'ailleurs que profond et dont la production abondante, inégale, toujours suggestive, comporte des œuvres qui demeurent : tels, pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-tieck/#i_796

VEILLES DE BONAVENTURA LES

  • Écrit par 
  • Erika TUNNER
  •  • 655 mots

Qui est Bonaventura ? On a avancé des noms célèbres : Schelling, Jean Paul, F. Schlegel, Clemens Brentano, E. T. A. Hoffmann, Gotthilf Heinrich Schubert. Il a été question d'écrivains plus obscurs comme Friedrich Gottlob Wetzel ou bien August Klingemann. On a même pensé à une femme : Caroline Schlegel-Schelling. De toutes ces thèses, aucune ne se révèle absolument satisfaisante. Le poète qui se di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-veilles-de-bonaventura/#i_796

VOLKSLIED

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 930 mots

Par opposition à Kunstlied (chanson savante), le terme allemand de Volkslied est traduisible faute de mieux par « chant populaire », mais ne recouvre pas exactement les mêmes données que ce vocable français. Le mot est introduit pour la première fois à l'époque moderne par Johann Gottfried Herder (1744-1803), qui veut redonner vie au genre, à propos de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volkslied/#i_796

WACKENRODER WILHELM (1773-1798)

  • Écrit par 
  • Françoise AURIVAUD
  •  • 1 070 mots

Connu comme précurseur du romantisme allemand, mais principalement en tant qu'ami et collaborateur de Ludwig Tieck, Wilhelm Heinrich Wackenroder est né à Berlin dans une famille de fonctionnaires prussiens. Il était de faible constitution et mourut à vingt-cinq ans ; la minceur de son œuvre contraste avec l'importance de son influence, située moins au niveau des idées ou des procédés littéraires q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-wackenroder/#i_796


Affichage 

Hermann Hesse

photographie

L'Allemand Hermann Hesse (1877-1962), poète, romancier, critique et éditeur 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge

photographie

Philipp Otto Runge, Le Repos pendant la fuite en Égypte 1805-1806 Huile sur toile Musée Goethe, Francfort, Allemagne 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le Watzmann, C.D. Friedrich

photographie

Caspar David Friedrich, Le Watzmann, 1824-1825 Huile sur toile, 135 cm × 170 cm Alte Nationalgalerie, Berlin 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

Les frères Grimm

photographie

Les frères Grimm : Jakob (1785-1863) et Wilhelm (1786-1859) Célèbres pour leurs Contes, ils furent des philologues et des médiévistes allemands reconnus 

Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Moine au bord de la mer, C. D. Friedrich

photographie

Caspar David Friedrich, Moine au bord de la mer 1808-1810 Huile sur toile 110 cm x 171,5 cm Nationalgalerie, château de Charlottenburg, Berlin 

Crédits : J. P. Anders, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz, Berlin

Afficher

Trois Âges de la vie (ou Les Trois Âges de l'homme), C. D. Friedrich

photographie

Caspar David Friedrich, Trois Âges de la vie (ou Les Trois Âges de l'homme) 1834-1835 Huile sur toile 72,5 cm x 94 cm Museum der Bildenden Künste, Leipzig, Allemagne 

Crédits : Museum der Bildenden Künste, Leipzig, Allemagne

Afficher

Voyageur contemplant une mer de nuages, C. D. Friedrich

photographie

Le thème du Wanderer, qui associe errance et voyage intérieur, irrigue tout le romantisme allemand On le retrouve en peinture chez Friedrich, en musique chez Beethoven et Schubert Caspar David Friedrich, Voyageur contemplant une mer de nuages, huile sur toile, 95 cm × 75 cm Kunsthalle, Hambourg... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Hermann Hesse
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Repos pendant la fuite en Égypte, P. O. Runge
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Watzmann, C.D. Friedrich
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Les frères Grimm
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Moine au bord de la mer, C. D. Friedrich
Crédits : J. P. Anders, Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz, Berlin

photographie

Trois Âges de la vie (ou Les Trois Âges de l'homme), C. D. Friedrich
Crédits : Museum der Bildenden Künste, Leipzig, Allemagne

photographie

Voyageur contemplant une mer de nuages, C. D. Friedrich
Crédits : Bridgeman Images

photographie