ROMANCERO, Heinrich HeineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'impossibilité de la poésie

Dans le Romancero, la langue poétique de Heine assume toutes les tensions de l'œuvre antérieure pour produire le paradoxe d'une poésie envahie de prose et comme appliquée à sa propre destruction, dans une conscience aiguë de la contradiction qui existe désormais entre le lyrisme et les formes crues de la réalité. L'engagement – pour Heine comme pour Paul Celan (1920-1970), son lointain héritier – ne peut passer par l'entité réconciliée d'une « poésie engagée » : il implique une réflexion de la poésie sur elle-même qui la porte à exhiber douloureusement sa propre impossibilité. Dans la langue du Romancero, cette dissonance partout perceptible s'expose dans de brusques dénivelés, des changements de ton, une recherche systématique de l'incongruité, une prédilection pour les rimes de mauvais goût et un recours à tout ce que proscrit le « bon usage » poétique – les répétitions, notamment. La fixité du cadre métrique et strophique (Heine utilise le plus souvent, comme dans la plupart de ses poèmes, des quatrains en vers de quatre pieds) conforte le caractère « déplacé » de ces transgressions, qui ne sont pas sans expliquer le faible écho rencontré en France par une poésie dont on peut être tenté d'attribuer le foncier prosaïsme à une « maladresse » de traducteur, et dont la non-conformité avec l'image la plus répandue du lyrisme allemand n'a pu que dérouter.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROMANCERO, Heinrich Heine  » est également traité dans :

HEINE HEINRICH (1797-1856)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 2 697 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La maladie »  : […] Le dernier de ses grands recueils poétiques, le Romanzero a été publié en 1851. Il est le plus riche et il contient ses pièces les plus émouvantes, en particulier ses méditations sur la maladie, la mort, le dieu des Hébreux et le destin des âmes. Depuis 1848, Heine était atteint de paralysie, et il était habité par la pensée de la mort (qui surviendra huit ans plus tard à Paris). Il faisait, à l'e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Isabelle KALINOWSKI, « ROMANCERO, Heinrich Heine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero-heinrich-heine/